Entretien [audio] avec Léa Pool, cinéaste d’origine suisse adoptée par le Québec, pour la sortie suisse de: Et au pire on se mariera

Et au pire on se mariera, treizième long-métrage de Léa Pool, sorti en salle au Québec le 15 septembre 2017, arrive sur les écrans romands en compagnie de la cinéaste d’origine suisse, adoptée par le Québec.

Adaptation libre du roman éponyme de Sophie Bienvenu (publié en 2011 aux éditions La Mèche), Et au pire on se mariera, basé sur un scénario qui a été écrit à quatre mains par Léa Pool et Sophie Bienvenu, suit les affres amoureux d’une adolescente de quatorze ans, Aïcha Saint-Pierre (Sophie Nélisse), qui tombe en amour, comme on dit au Québec, d’un homme deux fois plus âgé qu’elle, Baz un musicien (Jean-Simon Leduc, un musicien et acteur en plein essor) qui sait garder les distances face aux assauts soutenus de l’adolescente et qui a la décence de ne pas profiter des sentiments de cette jeune fille lui voue, Aïcha sera prête à tout pour obtenir son amour.
(…)

Lire la suite

Rencontre avec Philippe Lioret pour la sortie allemande du Fils de Jean (Die kanadische Reise)

(…)
Coproduction France-Canada qui a fait 400’000 entrées en France, le film de Philippe Lioret a fait sa Première allemande pendant ce festival. Son histoire universelle, celle qui pose la question des deux faces de la filiation – celle de la quête d’identité et celle de la paternité – a justement touché un public avide d’un cinéma qui vous entraîne dans un univers duquel vous ne sortez qu’au générique de fin.
(…)

Lire la suite

[Audio] Pessac : « L’Échange des princesses », de Marc Dugain, présenté en avant-première, suscite un accueil mitigé

Sur le conseil de sa femme Marc Dugain se plonge dans la lecture du roman de Chantal Thomas et décide de le porter sur grand écran. Il se met à la recherche d’enfants pour incarner les principaux protagonistes et rencontre Igor Van Dessel, qui joue Louis XV, alors que ce dernier tournait au Cap Ferret. Le metteur en scène, qui habite Bordeaux, se rappelle : « Je l’ai emmené déjeuner, on a discuté, et du haut de ses treize ans à la fin du repas, il a sorti son portefeuille : « Vous voulez que je vous invite ? » Igor, très photogénique, capte la lumière, avec ses yeux au regard lointain et son air angélique. « Comme les grands acteurs, il est capable d’une grande concentration mais quand il a fini sa prise, il déconnecte immédiatement ». Juliane Lepoureau, qui joue l’infante d’Espagne, a été choisie au terme d’un casting et impressionne par son jeu troublant de maturité malgré son très jeune âge. Anamaria Vartolomei, qui incarne Marie Elisabeth, avait été repérée par le directeur de la photographie Gilles Porte dans L’idéal de Frédéric Beigbeder dont il avait fait la lumière. Quant à Kacey Mottet-Klein, notre digne représentant lausannois qui tourne désormais tant en France qu’en Belgique où il vit, campe ici Don Luis, « il est tombé un peu du ciel », s’amuse Marc Dugain.
(…)

Lire la suite