68e Berlinale: un palmarès iconoclaste

Étrange Berlinale 2018: beaucoup de bons films mais pas de chefs-d’oeuvres, par contre des choix inexplicables dans la sélection avec des films qui sont presque une atteinte à l’intégrité intellectuelle et sensorielle des spectateurs – on pense ici principalement à Eva de Benoît Jacquot, Mein Bruder heisst Robert und er ist ein Idiot de Philip Gröning et Damsel de David & Nathan Zellner. On pourrait inclure également dans cette face sombre de la sélection Touch Me Not de Adina Pintilie qui certes n’a absolument rien à faire dans cette section mais aurait été parfait dans celle de Forum, mais au moins ce film part d’une démarche artistique, ce que les 3 autres cités semblent cruellement manquer. Seules explications trouvées pour la présence de Eva et Damsel, c’est le besoin de couvrir le tapis rouge de quelques stars brillant de tous leurs feux précédents et bien poli(cé)es, à savoir Isabelle Huppert et Robert Pattinson.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2018 – compétition jour #3: Dovlatov / Transit / Eva

Belle journée de compétition en ce 3e jour, avec deux films potentiellement oursérisables et le troisième, Eva de Benoît Jacquot, d’une indigence crasse, ne servant qu’à la décoration du tapis rouge avec Isabelle Huppert.
(…)

Lire la suite

Mostra 2017: Marvin, de la réalisatrice franco-luxembourgeoise Anne Fontaine, dans la section Orizzonti

Martin Clément (Finnegan Oldfield, nommé au César 2016 de meilleur espoir pour Les Cowboys), né Marvin Bijou, a fui. Il a fui son petit village des Vosges. Il a fui sa famille, la tyrannie de son père (Grégory Gadebois, nommé au César 2012 de meilleur espoir pour Angèle et Tony, qui offre ici une interprétation incroyable), la résignation de sa mère (la Belge Catherine Salée, Magritte 2014 de meilleur second rôle pour La vie d’Adèle). Il a fui l’intolérance et le rejet, les brimades auxquelles l’exposait tout ce qui faisait de lui un garçon «différent».
(…)

Lire la suite

Madame Hyde : une relecture contemporaine et très libre de la nouvelle de Stevenson

De professeure de physique timide, ridiculisée par ses collègues et méprisée par ses élèves, Mme Gékyl (Isabelle Huppert, excellente, comme à l’accoutumée) est déterminée à s’affirmer et à se faire dorénavant respecter. Que s’est-il passé durant cette nuit orageuse alors qu’un coup de foudre s’abat sur le laboratoire où Madame Gékyl fait des expériences ? Devenue Mme Hyde grâce à un choc électrique puissant tombé du ciel, elle se mue en femme de feu et va être en mesure de tout changer dans sa vie, méconnaissable pour son mari (José Garcia), homme au foyer, comme pour le facétieux directeur d’établissement (Romain Duris, qui excelle dans un jeu maniéré) où elle enseigne.
(…)

Lire la suite

Une semaine de cinéma francophone à Berlin

Berlin en décembre, c’est le temps des marchés de Noël – environ 80 pendant toute la période de l’avent, sans

Lire la suite

Berlinale 2016 – Compétition jour #4: Un belle journée de cinéma avec Cartas da Guerra, 24 Wochen, Quand on a 17 ans

Ce 4è jour de festival est notable : rare sont les journées de festivals où tous les films présentés en compétition

Lire la suite

Berlinale 2016 – Compétition jour #3: Fuocoammare et L’avenir

Cette 3è journée de compétition a commencé de manière très dure par la présentation du documentaire italien sur la tragédie

Lire la suite

La semaine du film français à Berlin fête ses 15 ans!

La semaine du cinéma français est à présent un rendez-vous bien établi dans la capitale allemande où pas une semaine

Lire la suite