Cannes 2018 : condamné à se taire, Jafar Panahi continue à parler de son pays en se mettant en scène dans un road-movie bucolique et métaphorique avec Three Faces

Au cours de ces dernières années, le réalisateur iranien Jafar Panahi a élaboré une série de films à la tranquillité déconcertante présentés dans des festivals auxquels il n’a jamais été autorisé à se rendre. Three Faces, dont la première a eu lieu ce dimanche au Festival de Cannes, ne déroge à cette règle et est le dernier de ces petits tours de passe-passe cinématographiques savoureux auxquels Panahi nous a désormais habitués.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2018 – du 15 au 25 février, la chasse à l’Ours d’or est ouverte !

Avec ses 385 films – de tous genres et formats – présentés dans 12 sections, la Berlinale reste le festival qui rend le plus justement un instantané de l’état du monde et des évolutions artistiques cinématographiques. Toujours très politique, il s’empare des sujets qui agitent l’actualité mais permet également de dévoiler des réalités qui ne font pas la Une de nos différents écrans. C’est également à Berlin que les évolutions cinématographiques s’exposent sans peurs, dans toutes les sections, compétition comprise, mais il est vrai principalement dans une section ouverte à toutes les expérimentations, celle gérée par l’Institut allemand du film et de l’art de la vidéo – Arsenal.
(…)

Lire la suite

Palmarès 67è Berlinale: de la dignité à la poésie en passant par la résistance!

Quel beau palmarès pour une année où la section de la compétition officielle était de haute volée – comme quoi parfois moins c’est mieux, le moins étant ici les stars du tapis rouge, le mieux, des films et leurs équipes. En revanche, les sections parallèles ont un peu déçu dans leur ensemble, même si de très bons et beaux films s’y sont également glissés. Seul regret, Sally Potter et sa Party jubilatoire, mais il était difficile de lui trouver un prix, tant il fallait primer de films. Elle a reçu un prix très important, et surtout révélateur, d’un jury indépendant : celui de la Guilde des cinémas indépendants qui ont bien des chances de remplir un peu leurs caisses en projetant ce film dans leurs salles dans lesquelles il faut continuer à se rendre, car ce sont des lieux (physiques) authentiques avec des écrans qui s’ouvrent le plus largement sur les états du monde et des ses habitants.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2017: la chasse à l’Ours d’or est ouverte!

Après une année 2016 collectivement difficile dans toutes les régions du monde, le cinéma se fait, comme il se doit, le reflet de l’état de l’humanité mais, si on en croit la programmation de la 67è Berlinale (9-19 février 2017), en l’abordant avec beaucoup d’humour et d’ironie – ne sont-ils pas en effet la politesse du désespoir? comme l’avait un jour suggéré le réalisateur Chris Marker. Pour le directeur du festival Dieter Kosslick, l’apport essentiel de ces films est de ne pas se contenter de faire un simple constat mais d’ouvrir les yeux et une fenêtre sur des perspectives menant à d’autres chemins à suivre.
(…)

Lire la suite

Palmarès 66è Berlinale très politique, trop politique(ment correct)?

Edité à 11h45 le 21-02-2016. [Les reproches continuant sur Twitter concernant le titre de ce compte-rendu de palmarès, voilà une

Lire la suite

L’amérique latine au palmarès de la 65e Berlinale

Alors que les éditions 2014 et 2013 avaient consacré l’Asie et l’Europe de l’est, cette année c’est au continent sud-américain

Lire la suite

L’Asie de l’est au palmarès de la 64e Berlinale

L’an passé, l’Europe de l’est était à l’honneur. Cette année, c’est au tour de l’Asie de l’est avec quatre distinctions

Lire la suite

L’Europe de l’est au palmarès de la 63è Berlinale

Le cinéma de l’Europe orientale était fortement représenté  dans la sélection en compétition officielle. La qualité, tant au plan de

Lire la suite

Berlinale: Les frères Taviani en compétition avec « Cesare deve morire » – Entretien

Du grand cinéma en compétition officielle avec les frères Paolo et Vittorio Taviani et leur César doit mourir. Non pas parce que ce sont les frères Taviani et qu’ils font déjà partie de l’histoire du cinéma, ceux qui nous suivent savent ce que j :mag a pensé de leur dernier film Le Mas des Alouettes (2006) présenté également à la Berlinale, non tout simplement parce que ce film est tout ce que l’on demande au cinéma : donner à réfléchir, offrir des émotions, mettre un éclairage sur un point de la société et du monde et ceci si possible avec un souci artistique.
(…)

Lire la suite