Sortie du film de Michel Finazzi sur le milieu carcéral en Suisse romande: Bloc Central

La prison, un sujet délicat s’il en est !, que le grand public appréhende la plupart du temps par la marge, c’est-à-dire les faits divers qui émaillent l’actualité. L’originalité de Bloc Central du cinéaste Michel Finazzi, (re)connu pour ses documentaires et dont c’est ici le premier long métrage de fiction, est de nous faire entrer par deux portes opposées du système carcéral, celui d’un prévenu et celui d’un nouveau venu parmi les gardiens, ce qui permet d’entrouvrir les sas intermédiaires de la prison que sont par exemple les secteurs de la santé et des activités au sein de la prison. A cet égard, le réalisateur parle en connaissance de cause, il a animé des ateliers vidéo en milieu carcéral pendant 16 ans! Il a ainsi pu recueillir une somme d’anecdotes, d’histoires, d’expériences qui forment la trame de l’histoire du film.
(…)

Lire la suite

Liu Xiaobo: a voice of conscience who fought oppression for decades

Only a few weeks after being diagnosed with a late-stage liver cancer in late May 2017, the world learned that China’s most prominent dissident, Liu Xiaobo, died at 61 in a hospital in the north-east region of China, where he was born. As the poetess Tang Danhong wrote, he departed as “an innocent prisoner into the eternal light” (无罪的囚徒,融入永恒的光芒). What a tragedy for a man who fought most of his life for freedom to live out his last days in a hospital bed under lock and key.

Lire la suite

ALFILM : quelques éclats de rire, des perles et des larmes à la 8è édition du festival du film arabe de Berlin

ALFILM – le festival du film arabe de Berlin est devenu au fil de ses éditions un rendez-vous incontournable de la scène foisonnante des festivals de films que compte la capitale allemande. Le festival, en prenant de l’importance, n’a pas sacrifié au succès sa ligne première consistant à montrer au public européen des cinémas ayant très peu de visibilité dans les salles du continent (nombre de films présentés sont des Premières européennes ou allemandes), avec une focale sur les productions indépendantes et le cinéma de genre. Évolution très intéressante du festival : ses premières éditions se concentraient classiquement dans un lieu, puis dans deux cinémas pour finir, cette année, à s’ouvrir largement à la ville avec quatre salles partenaires : celles de la cinémathèque Kino Arsenal, le fsk Kino, le Eiszeit Kino et le City Kino de Wedding au Centre Français de Berlin.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2017 Panorama : Ghost Hunting (Istiyad Ashbah)

[Edité le 19 février 2017: Ghost Hunting (Istiyad Ashbah) a remporté le Prix du documentaire, toutes sections confondues]

Dans la veine très prisée en ce moment du re-enactment, le documentaire du réalisateur palestinien Raed Andoni nous fait entrer dans la reconstruction mentale du plus grand centre d’interrogatoire israélien, la prison Al-Moskobiya située à Jérusalem.

Ghost Hunting (Istiyad Ashbah)

À l’âge de 18 ans, Raed Andoni a été emprisonné dans ce centre et subit les interrogatoires. Depuis, les fantômes de cette période hante le documentariste qui a décidé de les faire sortir du placard.
(…)

Lire la suite

Berlinale: Les frères Taviani en compétition avec « Cesare deve morire » – Entretien

Du grand cinéma en compétition officielle avec les frères Paolo et Vittorio Taviani et leur César doit mourir. Non pas parce que ce sont les frères Taviani et qu’ils font déjà partie de l’histoire du cinéma, ceux qui nous suivent savent ce que j :mag a pensé de leur dernier film Le Mas des Alouettes (2006) présenté également à la Berlinale, non tout simplement parce que ce film est tout ce que l’on demande au cinéma : donner à réfléchir, offrir des émotions, mettre un éclairage sur un point de la société et du monde et ceci si possible avec un souci artistique.
(…)

Lire la suite