Le Kino Babylon (Mitte) de Berlin fête en grande pompe les 100 ans d’Ingmar Bergman du 12 juillet au 12 août 2018

Ingmar Bergman. Rien qu’à l’évocation du nom du cinéaste, écrivain, homme de théâtre suédois, il y a en général deux réactions : la première, et la plus courante, un sourire en coin affichant d’un air entendu quelque chose qui veut dire peu ou prou, « ah oui, celui qui a fait des films auxquels on ne comprend rien et qui servent à s’endormir » ; la seconde, celle des aficionados, pour qui Bergman est le plus grand metteur en scène du monde. En Suède cependant, il existe d’autres réactions qui ont trait au rapport difficile qu’entretenait le cinéaste avec la critique, les relations compliquées avec le monde du théâtre, les problèmes avec les autorités fiscales qui l’ont amené à l’exil, l’ambivalence d’une icône nationale vue par une partie de la population comme un grand artiste mais un homme exécrable.
(…)

Lire la suite

L’œuvre de la documentariste autrichienne Ruth Beckermann du 19 au 29 avril 2018 au Kino Arsenal Berlin

Depuis le début des années huitante, Ruth Beckermann documente avec sa caméra le présent en résonance avec des racines qui sont profondément ancrées dans le passé. Cela donne une œuvre au caractère à la fois très personnel mais parfaitement en phase avec le monde et son état, très politique et qui se frotte aux sujets qui continuent à gangréner les sociétés d’après-guerre. Une fois encore, Arsenal – l’Institut allemand du film et de l’art de la vidéo – offre une belle et intelligente rétrospective au public, en cela aidé par le fait que quatre des 11 films de la cinéaste ont été sélectionnés et présentés dans la section de la Berlinale dont s’occupe l’institut, la section Forum.
(…)

Lire la suite

Rencontres publiques avec Michel Hazanavicius aux Cinémas du Grütli suivies d’une rétrospective – Entretien audio

Les Cinémas du Grütli accueillaient Michel Hazanavicius pour une rencontre avec le public le vendredi 6 avril 2018 dès 19h30 ! Le cinéaste venait présenter son film récompensé aux Oscars, The Artist. Il sera également présent le samedi 7 avril, pour présenter et commenter ses films. Ces rencontres exceptionnelles sont suivies d’une rétrospective jusqu’au 18 avril.
(…)

Lire la suite

Rétrospective parisienne du couturier belge Martin Margiela au Musée de la mode

Motivé par le désir d’organiser un parcours intime et montrer son très inhabituel rapport aux vêtements transportés à l’espace, le couturier belge Martin Margiela a collaboré pleinement à l’installation de sa première rétrospective parisienne, actuellement ouverte au Musée de la mode.

Constructions déstructurées

Le célèbre palais Galliera a rassemblé ses extraordinaires structures vestimentaires, assemblages, accumulations ainsi que récupérations d’habits anciens. Grâce aux 130 silhouettes, vidéos de défilés, archives et différentes installations futuristes, les visiteurs peuvent admirer les modèles les plus marquants du créateur élaborés entre le printemps 1989 et l’été 2009.
(…)

Lire la suite

[Audio] Les frères Dardenne en interview long format

Jean-Pierre et Luc Dardenne ont accordé à j:mag un long entretien de 55 minutes, revenant sur leur carrière, y compris leurs débuts moins connus dans le documentaire qui reflète également l’engagement social de leur cinéma révélé par leurs films de fiction, leur manière de travailler mais aussi sur le regard qu’ils portent sur le monde actuel.
(…)

Lire la suite

Rencontre avec Toni Servillo à l’occasion d’une petite rétrospective qui lui est consacrée à Berlin

L’acteur, metteur en scène de théâtre et d’opéra et producteur napolitain est un vrai caméléon capable de se fondre physiquement dans ses personnages sans y laisser son âme personnelle. En dehors de l’Italie, quand on cite son nom, la réaction est souvent : « cela me dit quelque chose mais ne me reviens pas là… ». Et pourtant et pour cause !
Et pourtant dès que l’on cite quelques titres de films (au hasard – La grande bellezza, Gomorra, Il divo, Una vita tranquilla [Une vie tranquille], Le Confessioni), les gens réalisent qu’ils l’ont tous vu ici ou là. Et pour cause, puisque dans la veine de la Commedia dell’arte, il n’hésite jamais à se transformer, parfois à l’extrême comme dans Il divo de Paolo Sorrentino où il interprète Giulio Andreotti, une des figures majeures de paysage politique italien du XXè siècle, avec un maquillage transformant tellement le visage qu’il s’apparente au masque.
(…)

Lire la suite

[audio - English] Le réalisateur et scénariste américain Abel Ferrara a rencontré les cinéphiles durant le GIFF

Abel Ferrara grandit à Peekskill, New York et rencontre à l’école Nicholas St. John, avec qui il écrira la plupart de ses films. Le petit Abel a connu sa première expérience cinématographique avec Bambi, nous confiera-t-il lors de l’entretien : « Un film impressionnant pour un enfant, un film qui contient tous les ingrédients de la vie comme Walt Disney savait les faire. » Abel Ferrara commence en réalisant des films amateurs en Super 8 sous le pseudonyme de Jimmy Boy L. jusqu’en 1979.
(…)

Lire la suite

Rétrospective Straub et Huillet à l’Akademie der Künste de Berlin

Les cinéastes Danièle Huillet (décédée en 2006) et Jean-Marie Straub (qui a reçu un Léopard d’honneur au festival de Locarno 2017) ont pendant presque 50 ans de travail commun bousculé le monde cinématographique, sa grammaire comme son public ou ses critiques, sans jamais dérogé à leur éthique personnelle et artistique. Cette radicalité s’est heurtée aux systèmes de production et de distribution, sans pour autant freiner ni leur créativité ni leur volonté de réalisation. Leur œuvre, généralement considérée comme hermétique, trouve dans cette rétrospective une occasion de s’ouvrir au public dans son exhaustivité, forme qui, comme nous le faisions remarquer pour la rétrospective de Tsai Ming-lian permet de mieux appréhender le cheminement artistique – et ici également de positionnement politique dans l’art – des cinéastes.
(…)

Lire la suite

Bojan Golija – a retrospective in Maribor, Slovenia

Golija’s art evolved from the early, socially charged figurative prints from the 1950s that were created under the influence of his mentor and close friend Božidar Jakac, to increasingly abstract compositions, in which the realistic starting point is first replaced by the stylized dynamics of sharply delineated surfaces in black and white and colour woodcuts. Golija perfected his woodcutting technique during his stay in Japan. He travelled there in 1957 at the invitation of the later chairman of the International Art Education Association and the assistant director of the National Museum of Modern Art in Tokyo, and thus became the first student from the Academy in Ljubljana to visit Japan after World War II.
(…)

Lire la suite