j:mag

lifestyle & responsible citizenship

Cinéma / KinoCulture / Kultur

32ème édition Festival International du Film Francophone de Namur

Créé en 1986, le Festival International du Film Francophone de Namur  – FIFF – se consacre à la diffusion du cinéma francophone, œuvrant ainsi à la promotion de la diversité culturelle. Ayant assis sa réputation sur la scène internationale  au fil des ans, le FIFF promeut les œuvres des cinéastes qui partagent l’usage ou la défense de la langue française. Son but est de mettre en exergue une francophonie vivante et dynamique, forte de ses richesses pluriculturelles.

La 32ème édition du FIFF se déroulera du vendredi 29 septembre au vendredi 6 octobre 2017

Le FIFF propose chaque année une centaine de films – longs et courts métrages, de fiction, d’animation, de documentaires et clips – et décerne les Bayards d’Or, qui récompensent les lauréats des différentes compétitions et s’accompagnent de prix à la distribution.

— Les Bayards d’or

En plus d’explorer des univers cinématographiques, le Festival organise également de nombreux ateliers et rencontres permettant ainsi aux professionnels de se réunir et de bâtir le cinéma francophone de demain. Soucieux de transmettre, le FIFF contribue par ailleurs à l’éducation des jeunes en proposant des activités et séances pédagogiques pour les 3-25 ans.

En constante évolution, le FIFF est un événement culturel incontournable et attendu, attirant aussi bien un large public qu’un grand nombre de professionnels

Depuis plus de 31 ans, le FIFF Namur s’est imposé sur la scène nationale et internationale comme un acteur incontournable dans la diffusion et la promotion du septième art. En explorant des univers cinématographiques variés, en les faisant découvrir à un public multiple, en favorisant la création et en veillant à éduquer la jeune génération, le FIFF de Namur fait briller le cinéma francophone et met en valeur sa diversité.

Depuis maintenant quinze ans, le FIFF met à l’honneur une personnalité emblématique du septième art francophone. Les festivaliers ont ainsi eu la chance de rencontrer de nombreux artistes prestigieux : Jean Rochefort, Philippe Noiret, Bernadette Laffont, Jean-Claude Brialy, Sandrine Bonnaire, Emmanuelle Béart, Kristin Scott Thomas, Isabelle Huppert, Elsa Zylberstein, Ariane Ascaride, Benoit Magimel, Josiane Balasko, Audrey Tautou, Vanessa Paradis et, l’an dernier, Sergi Lopez qui s’est livré au public lors d’une rencontre à la fois emplie d’humour et de tendresse.

Pour sa 32ème édition, le FIFF offre son Coup de cœur à Nicolas Duvauchelle, l’un des comédiens français les plus emblématiques de sa génération.

Rappelons les moments-clefs du parcours de ce jeune acteur : figurant dans Toto le Héros de Jaco Van Dormael, Nicolas Duvauchelle, qui n’a alors que onze ans, n’imagine point la carrière cinématographique à laquelle il est destiné. Pourtant, en 1998, le jeune homme tape dans l’œil d’un directeur de casting lors d’un entraînement dans son club de boxe thaïlandaise. Il décroche alors le rôle principal dans Le Petit voleur d’Erick Zonca et voit les portes du cinéma s’ouvrir à lui.

Il enchaine alors avec deux films de Claire Denis, Beau travail et Trouble Every Day, puis tient l’un des rôles principaux dans Snowboarder d’Olias Barco. En 2003, il donne la réplique à Laura Smet dans Les Corps Impatients de Xavier Giannoli, réalisateur qu’il retrouve deux ans plus tard pour Une Aventure, thriller dont il partage l’affiche avec Ludivine Sagnier.

Son interprétation dans Les Corps impatients lui vaut d’ailleurs de décrocher sa première nomination aux César, catégorie Meilleur espoir masculin. Il enchaine alors les collaborations, navigant entre les univers des cinéastes aussi divers que Jean-Pierre Améris (Poids léger), Bruno Chiche (Hell), Benoit Jacquot (A tout de suite), Gérald Hustache Mathieu (Avril), Philippe Haïm (Secret défense) ou encore Jean-Daniel Verhaeghe (Le Grand Meaulnes).

— Nicolas Duvauchelle
© Sylvia Galmot – (image courtoisie du FIFF)

Après avoir joué sous la direction d’Alain Resnais dans Les Herbes Folles en 2009, c’est au tour d’une autre pointure du cinéma français, André Téchiné, de le mettre en scène dans La Fille du RER aux côtés d’Emilie Dequenne, Catherine Deneuve et Michel Blanc en 2009. Dans le même temps, la télévision s’intéresse à l’acteur qui rejoint le casting de Braquo, série d’Olivier Marchal diffusée sur Canal+.

En écrivain souffrant du syndrome de la page blanche, il infiltre la vie de Catherine Deneuve et Géraldine Pailhas dans Les Yeux de sa mère (2011), sa première collaboration avec Thierry Klifa. La même année, il rejoint Karin Viard, Joey Starr, Marina Foïs et Emmanuelle Bercot au casting de Polisse, film très remarqué de Maïwenn au Festival de Cannes. Son interprétation de Mathieu, membre de la Brigade de protection des mineurs, lui vaut une nomination au César dans la catégorie Meilleur acteur dans un second rôle.

Habitué aux rôles dramatiques, le comédien prolifique prouve qu’il excelle tout autant dans le registre de la comédie dans Comme des frères de Hugo Gélin qui réunit à l’écran Mélanie Thierry, François-Xavier Demaison et Pierre Niney ou encore dans Mariage à Mendoza d’Edouard Deluc, présenté en clôture du FIFF en 2012. Entre deux tournages, il joue au théâtre aux côtés de grands acteurs tels que Fanny Ardant dont il est le partenaire dans la pièce Des journées entières dans les arbres, mise en scène par Thierry Klifa.

En 2015, il tient le rôle principal du film d’Emmanuel Finkiel Je ne suis pas un salaud , aux côtés de Mélanie Thierry. Ce rôle intense d’un homme en pleine descente aux enfers lui permet de remporter le Valois du meilleur acteur à Angoulême et d’être nommé au César du Meilleur acteur. Dernièrement, c’est notamment dans Orpheline d’Arnaud des Pallières, Bayard d’Or du Meilleur film, qu’on peut le voir puis sous les traits de Richard Anfray, ancien compagnon de Dalida, dans le biopic de Liza Azuelos.

Parfois qualifié d’électron libre du cinéma français, Nicolas Duvauchelle est cependant un acteur fidèle : 2017 marque ses retrouvailles avec Thierry Klifa qui le dirige face à Catherine Deneuve, Diane Kruger et Nekfeu dans Tout nous sépare, sélectionné cette année au FIFF. Il retrouve également Claire Denis pour Un beau soleil intérieur dans lequel il joue face à Juliette Binoche, sélectionné lors de la dernière Quinzaine des réalisateurs.

Le FIFF accueillera cet acteur qui a choisi trois films parmi sa filmographie pour les proposer aux festivaliers : Je ne suis pas un salaud d’Emmanuel Finkiel, Les yeux de sa mère de Thierry Klifa et Les corps impatients de Xavier Giannoli.

Cet acteur passionné et engagé rencontrera le public du FIFF le le samedi 30 septembre, à 14h, au Théâtre de Namur… et votre sous-signée ira récolter les confidences du séduisant trentenaire.

Firouz E. Pillet

www.fiff.be

© j:mag Tous droits réservés

Firouz Pillet

Journaliste RP / Journalist (basée/based Genève)

Firouz Pillet has 943 posts and counting. See all posts by Firouz Pillet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*