Locarno 2022 : Il Pataffio, de Francesco Lagi, propose une fable noire médiévale aux échos contemporains. Rencontre

Un groupe improbable de soldats et de courtisans mené par Marcount Berlocchio (Lino Musella) et sa nouvelle épouse Bernarda (Viviana Cangiano) prend possession d’un fief lointain. Mais leur château est un dépotoir décrépit et les villageois ne veulent pour rien au monde être gouvernés. Entre appétits profanes et sacrilèges, soldats débraillés et pauvres gens affamés, Il Pataffio relate une histoire sur la liberté, sur la faim, sur la soif de pouvoir et le besoin de possession. S’inspirant du roman éponyme de Luigi Malerba, qui fut une véritable révélation pour le cinéaste et « le début d’un voyage imaginaire » qu’il ne soupçonnait pas, Francesco Lagi n’osant pas se risquer à adapter ce roman sur grand écran avant d’être soutenu par des producteurs. Pour celles et eux qui ne connaîtraient pas Malerba, Luigi Bonardi, connu sous le nom de plume de Luigi Malerba, est un écrivain italien, né en 1927 à Berceto, dans la province de parme, et mort en 2008 à Rome. Il est cofondateur du Gruppo 63 d’orientation marxiste et structuraliste et a œuvré comme scénariste de cinéma. (…)

Lire la suite

Il Giardino del Re, de Silvio Soldini, marque le retour réussi du cinéaste italo-suisse qui signe un drame existentiel subtil et magnifiquement interprété. Rencontre

La vie de Camilla (Kasia Smutniak), une avocate d’affaires milanaise, brillante, divorcée, cohabitant tant bien que mal avec une fille adulte qui a tant de reproches à l’égard de sa mère.  Camilla s’investit pleinement dans son travail au détriment de ses proches et d’une éventuelle histoire d’amour. Sa vie à la mécanique bien huilée va être est brutalement bouleversée une nuit lorsqu’un accident de scooter dont elle pourrait être responsable laisse un jeune homme sans-papiers sur l’asphalte. Ce mort, que personne n’identifie, l’incite à se lancer dans une enquête privée personnelle qui l’éloigne des lieux et des personnes qu’elle a l’habitude de fréquenter. Peut-être le début d’un éveil de conscience et d’un changement de vie…

Lire la suite

Locarno 2022, Open Doors: Rencontre avec la réalisatrice équatorienne, Ana Cristina Barragán

Née à Quito, en Équateur, en 1987, la réalisatrice et scénariste Ana Cristina Barragán s’est concentrée sur l’exploration des sensations et des émotions de la préadolescence et de la féminité, accordons une place prépondérante au monde de la flore et de la faune. Domingo Violeta (2010), créé dans la sélection officielle du Festival du film de Locarno, a participé au Festival latin de Toulouse, La Havane et à des expositions dans des espaces tels que Malba en Argentine, Signes de Nuit, entre autres.
Alba, son premier long métrage, a été présenté en première au Festival international du film de Rotterdam et a fait partie de la sélection Horizontes Latinos au Festival de San Sebastian où il a reçu une mention spéciale du jury.
Le film a remporté une trentaine de prix internationaux, dont un prix FIPRESCI. Présente dans la section Open Doors au Festival de Locarno 2022, Ana Cristina Barragán nous a parlé de son parcours, de son second long métrage, La piel pulpo, qui sera projeté prochainement un grand festival européen. Ana Cristina Barragán travaille actuellement sur un nouveau projet expérimemtal, Yedra, avec l’actrice Karla Souza. (…)

Lire la suite

Locarno 2022, Fuori Concorso : Erica Jong, breaking the wall, présenté en première mondiale à La Sala, en présence du réalisateur Kaspar Kasics, rend hommage à la féministe américaine, intervenue par zoom. Rencontre avec le cinéaste suisse

Kaspar Kasics ne connaissait pas Erica Jong ni son parcours, mais à la découverte de son livre Fear of Flying, le réalisateur suisse s’est mis à dévorer les autres ouvrages publiés par la féministe américaine, avant de la contacter pour réaliser un documentaire. Pensant qu’il s’agissait d’une lubie et que le documentaire ne verrait jamais le jour, Erica Jong lui répond poliment en riant : « Kaspar, we are going to have fun together. » (…)

Lire la suite

Locarno 2022, Open Doors : rencontre audio avec Yanillys Pérez Rivas, réalisatrice de la République dominicaine

Née en septembre 1983 en République dominicaine, la réalisatrice, scénariste et productrice Yanillys Pérez Rivas nous a parlé de son parcours autodidacte dans l’univers du septième art et de son expérience en tant qu’actrice dans le film Carlos d’Olivier Assayas. Avec humour et en français, Yanillys Pérez Rivas a expliqué comment ses courts métrages, Un chien nommé Emily (2009), Del otro lado (De l’autre côté, 2011), Techos rotos (Plafonds brisés, 2014), sélectionné pour le Festival des courts métrages de Clermont-Ferrand, lui ont permis d’acquérir une légitimation auprès de ses pairs. (…)

Lire la suite

Locarno 2022 : Petites, premier long métrage de Julie Lerat-Gersant, est projeté en première mondiale dans la compétition Cineasti del presente. Rencontre (audio)

Enceinte à seize ans, Camille (Pili Groyne) se retrouve placée dans un centre maternel par le juge des enfants. Sevrée d’une mère aimante mais toxique, elle se lie d’amitié avec Alison (Lauréna Thellier), jeune mère immature qui lui confie sa fillette (Diana, la fille de la réalisatrice) pour aller danser. Camille se débat contre l’autorité de Nadine (Romane Bohringer ), une éducatrice aussi passionnée que désillusionnée. Ces rencontres vont bouleverser son destin…

Lire la suite

Locarno 2022 : la section Open Doors met en lumière les cinémas des Caraïbes et de l’Amérique latine

Depuis vingt ans, Open Doors défend le cinéma dans des régions où le cinéma indépendant est particulièrement difficile, construisant des ponts pour la collaboration entre les régions, les pays et les continents. À travers ses programmes publics et professionnels, Open Doors vise à fournir un espace où les talents trouvent un soutien à chaque étape de leur parcours créatif et professionnel et où la discussion et la réinvention du cinéma d’aujourd’hui peuvent se produire entre voix libres. (…)

Lire la suite

Locarno 2022 : présenté sur la Piazza Grande, Medusa Deluxe, de Thomas Hardiman mène une enquête noire dans le milieu de la coiffure artistique

(…) Dans la frénésie, le stress et l’enthousiasme des élaborations des coiffures, un drame se produit alors que les modèles sont sur le point de défiler : un meurtre mystérieux est commis pendant les préparatifs de cette compétition de coiffure impitoyable. La mort soudaine d’un des participants provoque des suspicions de tous côtés, suspicions qui s’exacerbent quand le mari du défunt débarque avec le nourrisson et qu’il découvre que son bien-aimé a été scalpé. Jalousie ? Fétichisme ? Acte passionnel ? (…)

Lire la suite

Locarno 2022 : Where the Crawdads Sing (Là où chantent les écrevisses), d’Olivia Newman, projeté sur la Piazza Grande, crée l’événement en proposant l’adaptation du roman de Delia Owens

S’inspirant du roman à succès de Delia Owens, la réalisatrice et scénariste américaine Olivia Newman plonge le public dans la mystérieuse et captivante de la vie de Kya (Daisy Edgar-Jones), une fillette livrée à elle-même et qui a grandi en survivant, jusqu’à l’âge adulte, dans les marais dangereux de la Caroline du Nord. Attirée par deux jeunes hommes de la ville, la farouche et énigmatique Kya s’ouvre à un monde nouveau et surprenant, fait de sensualité et de sentiments pas toujours réciproques. L’un, Tate Walker (Taylor John Smith), est emphatique, tendre, respectueux et bien décidé à lui apprendre à lire et à écrire ; l’autre, Chase Andrews (Harris Dickinson), est dans la séduction immédiate, sans fioritures, voire brutale. (…)

Lire la suite

Locarno 2022 : présenté en Compétition officielle, Nação Valente (Tommy Guns), second long métrage du réalisateur luso-angolais Carlos Conceição, traite des douloureux sujets du colonialisme et de la guerre d’indépendance

Le second long métrage, de Carlos Conceição, Nação Valente, entraîne le public, bien malgré lui, dans les affres de la fin du colonialisme portugais en Angola.
En 1974, après plusieurs siècles de présence coloniale, les Portugais fuient l’Angola où des groupes indépendantistes récupèrent leur territoire. Une femme angolaise découvre l’amour, puis la mort, lorsque son chemin croise celui d’un soldat portugais (João Arrais). Dans la séquence suivante, une escouade portugaise, au sein de laquelle combat le jeune Zé, est barricadée à l’intérieur d’un mur dont elle devra s’échapper lorsque le passé sortira de sa tombe pour réclamer la justice attendue. (…)

Lire la suite