Berlinale 2021: Dans la section Generation, Beans, de Tracey Deer, rappelle les manifestations durement réprimées de la Nation Mohawk dans les années nonante

L’approche de Tracey Deer mêle avec poésie et authenticité l’histoire personnelle de Beans, de la chrysalide de l’enfance à l’adolescente guerrière mohawk avec la grande histoire de la Nation Mohawk et de ses revendications bafouées par l’Etat canadien.

« C’est le territoire mohawk ! » s’exclame une cheffe de file des manifestants pacifiques de la Nation Mohawk.

Dès le générique d’ouverture, l’inscription « basé sur des faits réels » donne le ton. On comprend que le vécu empirique de Tracey Deer sera intrinsèquement lié à un chapitre crucial de l’histoire de la Nation Mohawk. La séquence d’ouverture montre le regard d’une très jeune fille (Kiawentiio Tarbell), les yeux songeurs qui regardent au loin à travers la vitre arrière dune voiture, le souffle un peu haletant alors que la radio annonce d’importants bouchons pour se rendre à Montréal. La séquence suivante montre d’abord une femme d’une trentaine d’années (Rainbow Dickerson) aux côtés de la jeune fille qui répète patiemment en séparant les syllabes son prénom mohawk, pleine de confiance : « Mon nom est Tekahentahkhwa, mais tout le monde m’appelle Beans. » Puis la caméra montre une femme tirée à quatre épingles et au tailleur strict : on comprend que Beans (Kiawentiio Tarbell), la pré-adolescente de la voiture et sa mère se trouvent face à la directrice, Mrs Arsenault (Dawn Ford) d’un établissement secondaire. Quand la directrice lit le dossier de Beans dans lequel son professeur a écrit qu’elle est une « élève concentrée et très intéressée », Beans précise aussitôt : « Je veux être soit une avocate, soit un docteur. » Séquence ; Beans et sa maman, enceinte, quittent l’école sous la pluie et la jeune fille dit à sa maman : « Je suis désolée ! »
(…)

Lire la suite

Le Grand Théâtre de Genève annule trois productions mais convie son public à plusieurs rendez-vous digitaux

Suite aux dernières annonces du Conseil fédéral mercredi 17 février 2021, la scène lyrique genevoise doit prendre la décision d’annuler trois productions : un opéra, un ballet et un récital, ces annonces empêchant toute activité culturelle publique jusqu’au 1er avril au moins. Les productions de l’opéra Parsifal, du ballet Drumming et du récital de Matthias Goerne sont donc annulées ainsi que les dernières représentations de l’opéra La clemenza di Tito. Le Grand Théâtre de Genève n’abandonne pas son public et donne rendez-vous sur les chaînes et sa page GTG digital où des captations de haute qualité sont disponibles.

Le Grand Théâtre de Genève met tout en œuvre pour maintenir un lien artistique avec son public
(…)

Lire la suite

Sin señas particulares (Sans signe particulier), le premier long métrage de la productrice mexicaine Fernanda Valadez, rend un vibrant et poétique hommage aux disparus et à leurs proches au Mexique

[Edit du 22.02.2021: La critique a paru le 26 octobre 2020; la pandémie ayant coupé les ailes au film pour sa sortie en salle, nous republions la critique pour la sortie du film sur la plateforme suisse de films à la demande filmingo.]

Magdalena (Mercedes Hernández) n’a plus entendu parler de son fils Jesús (Juan Jesús Varela) depuis des mois – pas depuis qu’il a quitté leur ville pour traverser la frontière qui les sépare des États-Unis. Son amie Chya (Laura Elena Ibarra) va l’aider, émotionnellement et financièremrent, à poursuivre cette quête dont la majeure partie des gens que Magdalena croise veulent l’en dissuader. Les autorités veulent qu’elle signe l’acte de décès de son fils, mais une rencontre avec un parent endeuillé fait comprendre à Magdalena qu’elle ne peut pas vivre sans connaître son sort. Elle entame une odyssée à travers le Mexique, dans des zones de violence et de désolation, à la poursuite de toute piste disponible malgré la mise en garde de ne pas poser publiquement de telles questions. En chemin, elle rencontre et voyage avec Miguel (David Illescas), récemment expulsé, qui se retrouve à rentrer chez lui à travers un pays changé mais, surtout, qui ne retrouve pas de traces de sa mère.
(…)

Lire la suite

Les rivières de Mai Hua ou l’autopsie d’une généalogie contrariée, parfois bafouée

Proposé par Sister Distribution sur la plateforme suisse filmingo.ch, Les rivières, film documentaire de et avec Mai Hua est une quête intime voire très intime et universelle sur une lignée de femmes et les enjeux de la mémoire familiale. Une mémoire douloureuse, parfois enjolivée, très souvent occultée afin de ne pas se confronter à une réalité éprouvante.

Mai Hua, femme française d’origine vietnamienne, est une mère divorcée qui vit avec ses deux enfants. En 2013, Mai Hua et sa mère décident de ramener sa grand-mère mourante en France. Alors que la grand-mère renaît de manière miraculeuse, un passé non résolu refait surface : Mai Hua devient l’héritière d’une mémoire familiale emplie de chapitres tus, enfouis et enrobés dans une version censée satisfaire tout questionnement. Sentant le poids des non-dits pesait sur elle, Mai Hua ne veut pas transmettre un tel héritage à sa fille. À travers cette lignée de femmes et sa quête de vérité, la réalisatrice plonge dans une archéologie familiale à la fois intime et universelle.
(…)

Lire la suite

Cellule dormante de Christian Lecomte, Prix Roman des Romands – Rencontre

Voilà des mois que la culture semble être devenue un mot tabou : les salles de cinéma, les théâtres, les salles de spectacles et de concerts, les opéras sont fermés et essaient tant bien que mal, de survivre en proposant des films, des concerts, des extraits de spectacle en streaming. Nos libraires ont aussi dû fermer mais il nous reste la possibilité de commander des ouvrages en ligne et de se faire livrer par envoi postal ou d’aller chercher les ouvrages commandés par le biais du service click and collect. Les lecteurs et les lectrices peuvent aussi s’adresser directement aux maisons d’éditions, pour ce livre, aux Éditions Favre.

Le prix littéraire du Roman des Romands 2021 a été décerné à Christian Lecomte pour Cellule dormante

Paru aux Éditions Favre, le livre raconte l’histoire d’un adolescent de la banlieue parisienne récupéré par la mouvance terroriste. Christian Lecomte a été invité par Alain Bittar ce vendredi 12 février 2021, pour parler de son dernier recueil et échangé avec ses lecteurs depuis la librairie L’Olivier par le truchement d’une vidéo en direct sur le site de la librairie.
(…)

Lire la suite

Lou ! Sonata – tome 1 : Julien Need propose d’accompagner son héroïne dans sa nouvelle vie de jeune adulte

Voilà des mois que la culture semble être devenue un mot tabou : les salles de cinéma, les théâtres, les salles de spectacles et de concerts, les opéras sont fermés et essaient tant bien que mal, de survivre en proposant des films, des concerts, des extraits de spectacle en streaming. Nos libraires ont aussi dû fermer mais il nous reste la possibilité de commander des ouvrages en ligne et de se faire livrer par envoi postal ou d’aller chercher les ouvrages commandés par le biais du service click and collect. Les lecteurs et les lectrices peuvent aussi s’adresser directement aux maisons d’éditions, pour cette BD, aux Éditions Glénat.
Lou a résonné avec toute une génération : entre quotidien décalé, évocation des problématiques adolescentes et références à la pop-culture, Lou ! est une série attachante, mystérieuse, fascinante qui accompagne les lectrices depuis 2004. Elle se démarque par sa créativité foisonnante, à la fois atypique et par son dessin coloré qui égaie l’esprit et les yeux comme des bonbons acidulés qui éclatent en bouche.
Au fil des ans, les albums de la série Lou ! se sont imposés comme l’une des BD les plus en phase avec leur époque et les attentes des lectrices. Julien Neel en avait fait la promesse à la fin du Tome 8 de Lou !, il revient pour une saison 2 intitulée Lou ! Sonata. C’est désormais chose faite : Lou n’est plus l’adolescente que nous avons accompagnée pendant des années mais une jeune femme confrontée à sa vie d’étudiante qui s’installe seule (presque puisque le chat est toujours là) dans la ville de Tygre.
(…)

Lire la suite

Le septième art tunisien est en deuil : Moufida Tatli, réalisatrice de Les silences du palais, a tiré sa révérence

La presse tunisienne a annoncé la nouvelle ce dimanche 7 février 2021: la réalisatrice scénariste et monteuse Moufida Tlatli est décédée, à l’âge de septante-quatre ans, après un long combat contre la maladie. Née en 1947 dans le quartier aux maisons joyeuses blanches et bleu ciel de Sidi Bou Saïd, Moufida Tlatli a fait ses études de montage à la fameuse école de cinéma de Paris, l’IDHEC qui sera intégrée à la FEMIS en 1988.

Lors de sa venue en 1995 en Suisse romande, à l’invitation du distributeur Trigon film, Moufida Tatli se confiait sur la période de ses études :

« J’ai vécu une époque charnière et dans ma vie en vivant ces deux modes de culture parallèlement : je sortais d’un milieu arabo-musulman traditionnel et, lors de mon arrivée en France pour mes études, j’ai tout de suite basculé dans le monde occidental avec Paris, Mai 68 et tout l’enthousiasme de cette révolution. J’avais déjà ressenti ce même enthousiasme à mes vingt ans, juste après l’indépendance du pays; cette période était euphorique et nous donnait l’impression d’avoir un pays à reconstruire après la colonisation.»
(…)

Lire la suite

Black Movie 2021 : la 22ème édition s’annonce dense, variée, passionnante et en ligne vu le contexte actuel et les mesures sanitaires strictes

La programmation de la 22ème édition du Festival Black Movie propose aux cinéphiles quatre-vingt-quatre longs et courts métrages en provenance de quarante-huit pays !
Le Festival Black Movie dans les salles de cinéma : impossible ! A la maison : nécessaire et une occasion bienvenue de se divertir, de s’instruire, de se changer les idées vu la morosité ambiante ! Confronté à la fermeture des salles de cinéma, le Festival International de Films Indépendants Black Movie se déroule en ligne du 22 au 31 janvier 2021. Cette 22ème édition, élaborée et pensée avec soin depuis de nombreux mois, est l’occasion pour les cinéphiles de reproduire l’expérience Black Movie à domicile, avec la possibilité de visionner la totalité de la programmation en ligne.
Le tandem de directrices, Kate Reidy et Maria Watzlawick, ne se sont pas laissées abattre par le contexte actuel qui met à mal la culture et annoncent les temps forts de la programmation qu’elles ont concoctée :
(…)

Lire la suite

Disparition de Jean-Pierre : un râleur attachant et facétieux nous tire sa révérence

On le devinait à sa maigreur : Jean-Pierre Bacri était malade mais tous ses proches, comme Rhicard Berry, disaient qu’il restait très discret au sujet de son état tout en se battant avec vaillance. Décédé lundi 18 janvier 2021 à l’âge de soixante-neuf ans d’un cancer, Jean-Pierre Bacri aurait dû fêter ses septante ans en mai prochain.

Le monde du cinéma et du théâtre comme les spectateurs pleurent un immense acteur, d’une justesse et d’une authenticité remarquables. Jean-Pierre Bacri a joué avec les plus grands : Alain Resnais, Claude Letouch, Jacques Deray, Luc besson, Yves Robert, Jean-Marie Poiret, Nicole Garcia, Alexandre Arxady, Cédric Klapisch, Alain Chabat. A son palmarès, Jean-Pierre Bacri affiche plus de soixante de films et une vingtaine de pièces de théâtre; Jean-Pierre Bacri a été nommé six fois aux Césars du Meilleur acteur.
(…)

Lire la suite

Les 56es Journées de Soleure se tiendront du 20 au 27 janvier 2021 sous la forme d’une édition en ligne éclectique

Voici une bonne nouvelle pour les cinéphiles : le festival soleurois aura bel et bien lieu et les organisateurs planchent depuis de nombreux mois afin de concocter une édition riche et bigarrée. 
La directrice des Journées de Soleure, Anita Hugi :

« Cette année, les 56es Journées de Soleure n’auront pratiquement pas lieu à Soleure mais à partir de Soleure. Concrètement, cela signifie que nous retransmettrons, par exemple, depuis le cinéma du Uferbau où nous mettrons en place un studio de cinéma. Nous y mènerons des entretiens avec les réalisateurs des films en direct, ce qui signifie que les gens chez eux seront connectés au cinéma et pourront poser des questions via un chat. Je me réjouis déjà de ce moment où nous mettrons toute la Suisse en relation avec Soleure pour célébrer cette forme hybride du festival. »
(…)

Lire la suite