FIFF 2019 : « Mon nom est clitoris », de Lisa Billuart Monet et Daphné Leblond, dévoile les arcanes de cet étrange organe du plaisir au Festival International du Film Francophone de Namur

Image signées Lisa Billuart Monet, accompagnée au son par Daphné Leblond, ce documentaire propose une immersion progressive, pudique mais salutaire dans l’antre du plaisir féminin, souvent occulté en occident pendant des siècles vu que le corps féminin était limité à la reproduction des héritiers …. Un plaisir féminin encore mutilé et dominé dans de nombreuses régions du monde.
(…)

Lire la suite

FIFF 2019 : Les héros ne meurent jamais, de Aude-Léa Rapin, replonge les festivaliers de Namur dans la terre en Bosnie-Herzégovine et ses spectres

Dans une rue de Paris, un inconnu interpelle violemment Joachim en le nommant Zoran et croit reconnaitre en lui un soldat mort en Bosnie le 21 août 1983. Or, le 21 août 1983 est le jour même de la naissance de Joachim ! Alors qu’il raconte cet incident à une amie, Alice (Adèle Haenel), le filme dans un studio parisien.
(…)

Lire la suite

FIFF 2019 : Papicha, de Mounia Meddour, a surmonté l’obscurantisme et représentera l’Algérie aux Oscars

Alger, fin des années nonante . Papicha replonge les festivaliers dans l’horreur de la désormais célèbre décennie de la terreur où les faux barrages et les décapitations sommaires sont pratiqués à travers tout le pays.
Nedjma, dix-huit ans, étudiante en français, habite la cité universitaire, rêve de devenir styliste. D’alleurs, elle passe son temps à dessiner pendant les cours. A la nuit tombée, elle se faufile à travers les mailles du grillage de la Cité avec ses meilleures amies pour rejoindre la boîte de nuit L’étoile noire, où elle vend ses créations aux « papichas », jolies jeunes filles algéroises coquettes et modernes.
(…)

Lire la suite

FIFF 2019 : « Camille », de Boris Lojkine, déjà  présenté au dernier Festival de Locarno, est proposé dans la programmation du FIFF qui se déroule du 27 septembre au 4 octobre 2019 à Namur

Jeune photojournaliste française éprise d’idéal, Camille Lepage part en Centrafrique couvrir la guerre civile qui se prépare. Très vite, elle se passionne pour ce pays et sa jeunesse, emportée par la tourmente, elle se retrouve au cœur du conflit.
(…)

Lire la suite

FIFF 2019 : Alice et le maire, un plaisir oratoire jubilatoire signé Nicolas Pariser et présenté au Festival du film francophone de Namur 2019

Après trente ans de vie politique, le maire socialiste de Lyon, Paul Théraneau (Fabrice Luchini), va mal. Il n’a plus une seule idée. Après trente ans de vie politique, il se sent complètement vide. Pour remédier à ce problème, on décide de lui adjoindre une jeune et brillante philosophe, Alice Heimann (Anaïs Demoustier). Se sentant désormais incompris par son entourage professionnelle, et surtout piégé au sein d’un panier de crabes intéressés et envieux, le maire de Lyon espère trouver dans cette jeune philosophe, qui reconnaît ne pas connaître grand-chose à la politique, une écoute attentionnée, une complice intellectuelle. Alice est tout cela au fil des mois voire encore plus : une alliée inébranlable face à l’adversité. Un dialogue se noue, qui rapproche Alice et le maire et ébranle les certitudes de l’entourage du magistrat, tissant des liens amicaux qui se moquent de la bienséance et des commérages jaloux. Cette rencontre, a priori improbable, débouchera sur des échanges passionnés, des joutes oratoires et une complicité tangible, rembarquement incarnée par ce duo d’acteurs.
(…)

Lire la suite

FFW 2018 – La Semaine du film français à Berlin du 28 novembre au 5 décembre 2018

Depuis quelques années, le début de la période de l’Avent correspond à Berlin à la Semaine du film français (Die französische Filmwoche – FFW). Cette 18e édition a lieu du 28 novembre au 5 décembre 2018 dans de nombreux cinémas de la ville, ce qui, dans cette période de grand froid, enlève aux francophiles éventuellement cinéphiles (cette remarque est expliquée plus bas) l’excuse de la distance pour ne pas profiter de la présentation en Premières de films souvent accompagnés de leurs réalisateur.trice.s et/ou acteur.trice.s.
(…)

Lire la suite

[Audio] Rencontre avec Samuel Maoz qui a remporté le Lion d’argent à la Mostra de Venise 2017 avec Foxtrot

Samuel Maoz, réalisateur israélien, invité au Festival International de Films de Fribourg, a poursuivi son périple suisse en passant par Genève à l’occasion de la présentation de son second long métrage, Foxtrot aux Cinémas du Grütli. Lebanon, son premier long-métrage de fiction, avait obtenu le Lion d’or à la Mostra de Venise en 2009 et son deuxième film, Foxtrot, a remporté le Lion d’argent également à la Mostra de Venise, cette fois en 2017.
(…)

Lire la suite

FIFF 2017 : Palmarès de la 32ème édition

Le 32ème Festival International du Film Francophone de Namur, au cœur de la Wallonie, en Belgique, s’est clôturé ce vendredi 6 octobre par la cérémonie de remise des Bayard, suivie de la projection en première mondiale du film Diane a les épaules de Fabien Gorgeart, en présence du réalisateur, de l’actrice Clotilde Hesme et des acteur Grégory Montel et Thomas Suire.
(…)

Lire la suite

FIFF 2017 : Ciné Guimbi, réhabilitation, distribution et promotion des films au Burkina Faso

(…)
A l’époque où l’on assiste à la montée des populismes à travers nombre de pays, Berni Goldblat est un bel exemple de citoyen du monde : ce cinéaste helvético-burkinabè né en 1970 à Stockholm, d’un père polonais et d’une mère suisse, a grandi en Suède et a totalement adopté le Burkina Faso depuis la fin des années 1990. Il est réalisateur, producteur, distributeur et critique de cinéma.
(…)
Berni Goldblat nous a convoqué sur la terrasse du théâtre namurois pour nous parler d’une initiative qui lui tient à cœur : le Ciné Guimbi, au Burkina Faso.
(…)

Lire la suite

FIFF 2017: Interview audio de Martin Provost, président du jury de la 32è édition

Pensionnaire de la Comédie Française, Martin Provost débute très tôt sa carrière. Acteur de cinéma et de théâtre, il joue notamment dans le film de Nelly Kaplan Néa et dans La Dynastie des Malpropres de Jean-Louis Bauer en 1976. Trois ans plus tard, il cesse toute activité de comédien pour se vouer entièrement à l’écriture et à la mise en scène. Sa pièce Les Poupées reçoit les honneurs du Festival d’Avignon avant d’être jouée à Paris. Parallèlement, il réalise les courts métrages J’ai peur du noir et Cocon et signe, en 1997, son premier long métrage, Tortilla Y Cinema avec, en tête d’affiche, Carmen Maura.
(…)
Entretien:

Lire la suite