j:mag

lifestyle & responsible citizenship

Cinéma / KinoCulture / Kultur

Corbeaux et Corneilles – La nature nous observe, de Martin Schilt, révèle l’extrême intelligence des corbeaux et l’étroite relation qui les unit aux êtres humains. Rencontre

Né à Berne en 1971 et ayant grandi à Langnau, Martin Schilt a commencé à écrire très tôt pour le Wochen-Zeitung pour l’Emmental et l’Entlebuch. Mais, sur le conseil de son conseiller d’orientation, il fait une formation d’enseignant et travaille d’abord comme professeur d’école primaire. Sa passion pour le cinéma le rattrape et, en 2008, il fonde avec Belinda Sallin la société de production indépendante Lucky Film à Zurich. Martin Schilt travaille comme réalisateur et producteur de films documentaires.

— Corbeaux et Corneilles – La nature nous observe de Martin Schilt
Image courtoisie MovieBiz Films

Présenté aux 58e Journées cinématographiques de Soleure et au 76e Festival de Locarno, son dernier documentaire, intitulé Krähen – Nature is watching us (Corbeaux et Corneilles – La nature nous observe) se consacre aux corneilles et aux corbeaux, entraînant le public à observer à travers diverses cultures ce volatile omniprésent aux côtés des hommes.

Martin Schilt part tout d’abord à la rencontre de Fred Sangris, qui chasse dans le Nord du Canada où les étendues neigeuses d’étendent à parte de vue, et qui explique : « Quand nous partons à la chasse, les cornues nous suivent d’arbre en arbre. Ils dépendent de nous et nous dépendons d’eux. »

Martin Schilt rencontre divers spécialistes à travers le monde et au fil de ces rencontres, le public réalise que les corvidés sont les seuls animaux que les humains observent et étudient depuis des milliers d’années et mais que les corvidés font de même à l’égard des humains qui ont la capacité de transmettre ces connaissances à leurs descendants.

Martin Schilt filme au plus près les corbeaux, en particulier des nids avec des oisillons piaillant pour obtenir leur pitance – et montre, entre autres, comment les animaux fabriquent des outils et ont développé une culture étonnante. Diverses personnes qui connaissent les corbeaux sont également sont interrogées dans le film de Martin Schilt : soit parce que ce sont chasseurs qui veulent les faire déguerpir et les éliminer de leurs champs par le truchement de leurres soit parce que ce sont des chercheurs ou spécialistes qui cherchent à mieux comprendre les corbeaux. Grâce aux explications des chercheurs, le public découvre que les corvidés ont beaucoup plus à nous apprendre qu’on pourrait le supposer de prime abord. Au-delà des croassements, le documentaire de Martin Schilt nous dévoile un univers très développé, où la solidarité règne et où l’observation est de mise pour garantir la survie de l’espèce. Rencontre avec le réalisateur bernois Martin Schilt :

Quand et comment est née votre passion pour l’ornithologie ?

J’ai démarré ce projet sans aucune expertise ornithologique. Si j’avais su au début à quel point il était difficile de filmer des corbeaux, je ne me serais peut-être pas penché sur le sujet.

Comment vous est venue l’idée de ce film ?

« Fais un film sur les corbeaux ! » m’a recommandé mon fils âgé de neuf ans après la première du film Die Weisenberger (Une chanson pour Shanghai, 2012). C’était il y a presque dix ans. Sans aucune connaissance ornithologique préalable, je suis tombé éperdument amoureux de ces oiseaux lors de mes premières recherches. Comme beaucoup d’autres personnes qui observent et étudient les corvidés, je suis probablement fasciné par ce qu’il y a d’humain chez les corvidés. Et j’ai aussi rapidement reconnu ce qu’il y a de corvidé en moi : en tant que journalistes et cinéastes, nous observons le monde et en rendons compte. Les corbeaux et les corbeaux font aussi cela. Ce sont nos chroniqueurs noirs.

Dans votre film, vous voyagez à travers le monde pour rendre visite aux corbeaux et à divers spécialistes. Comment avez-vous rencontré les protagonistes qui interviennent  ?

Heureusement, lorsque j’ai commencé mes recherches, je suis rapidement tombé sur les travaux de recherche de John Marzluff. Grâce à ses expériences à long terme, il a pu prouver que les corbeaux peuvent distinguer les visages humains et s’en souvenir. De plus, ses études montrent que les corbeaux ont la capacité de transmettre ce « savoir » à leur progéniture et aux autres corbeaux. Cette idée a ensuite conduit à la thèse du film : dans les territoires des corbeaux, il existe une «connaissance » collective sur nous, les humains. La nature nous regarde.
L’un des plus importants chercheurs sur les corbeaux, Bernd Heinrich, m’a également chaleureusement accueilli dans les forêts lors de mon premier voyage de recherche. Étant originaire de l’Emmental, j’avais une certaine expérience dans les travaux forestiers et j’ai également pu me rendre utile comme assistant lors de l’abattage du bois… C’était un peu comme si nous jouions aux dominos. Une histoire en a conduit à d’autres – jusqu’en Nouvelle-Calédonie, où le professeur Christian Rutz étudie l’étonnante culture des outils des corbeaux de Nouvelle-Calédonie.

Corbeaux et Corneilles – La nature nous observe de Martin Schilt
Image courtoisie MovieBiz Films

Pour vous, les corvidés sont plus que des contemporains attentifs. Votre film montre qu’ils accompagnent et observent les humains depuis des milliers d’années, c’est pour cela que vous parlez de « nos chroniqueurs noirs » ?

Les corvidés sont partout. Les êtres humains aussi. Nous, les humains, ainsi que les corbeaux et les corvidés, nous nous sommes répandus sur tous les continents de la planète. Il est fort possible qu’ils nous aient montré la voie dans nos voyages de découverte et de conquête – comme le corbeau à trois pattes qui, selon la légende, a conduit le premier empereur du Japon dans le pays et qui orne encore aujourd’hui le maillot de l’équipe nationale de football. Ce qui est difficile dans le tournage des corbeaux, c’est qu’ils nous observent depuis des temps immémoriaux, mais ils n’aiment pas du tout être observés. À ce propos, les journalistes n’apprécient généralement pas particulièrement que l’on regarde par-dessus leur épaule.

Vous rencontrez l’ornithologue américain John Marzluff et son équipe à l’Université de Washington. Dans votre film, vous expliquez que John Marzluff a réussi à montrer que les corvidés – dans son cas les corneilles d’Amérique – peuvent distinguer les visages humains les uns des autres et s’en souvenir des années plus tard. Cette intelligence incroyable nous surprend. Avez-vous également été surpris ?

En fait, cela m’a aussi surpris. C’est en réalité une évidence : de nombreuses histoires, des fables, des contes de fées et des légendes racontent les capacités extraordinaires des corvidés. Pensez à la fable d’Ésope du corbeau assoiffé…

Dans votre film, les intervenants comprennent que les corbeaux nous tendent un miroir. Qu’avez-vous personnellement découvert lors de ce tournage et de cette expérience ?

Les corvidés sont extrêmement adaptables et, en tant qu’adeptes culturels, ils bénéficient en fait de nous, les humains, dans de nombreux endroits : villes, agglomérations, des paysages urbains étendus – les corbeaux trouvent ici en abondance sécurité, nourriture et lieux de nidification. L’agriculture intensive avec monocultures garantit également une réserve alimentaire presque inépuisable, tout comme le gaspillage alimentaire sur les terrains de jeux. Les corvidés mangent presque de tout. Il y avait de quoi les nourrir et il y a toujours suffisamment de quoi les nourrir, même pendant les guerres ou après les catastrophes. Le fournisseur de viande le plus généreux pour les corbeaux  a toujours été l’homme. Bien entendu, cela n’a pas été particulièrement bénéfique pour l’image des corvidés et ce constat reste actuel.

Le commentaire dit que les corbeaux assistent à des changements profonds comme ceux du Grand Nord, aux confins de la civilisation. Quels changements profonds avez-vous observés dans le monde grâce aux corbeaux ?

Les corbeaux de l’extrême nord du Canada ne vivent plus de la chasse au renne, car les immenses troupeaux ont été décimés à cause du changement climatique. Aujourd’hui, ils traquent les camions qui approvisionnent les mines en carburant. Ils savent exactement où les chauffeurs font une pause et où il y a quelque chose à manger. Il y a aussi beaucoup de déchets autour des mines elles-mêmes dont les corbeaux peuvent se nourrir.

Un chasseur explique que les corbeaux se nourrissent de carcasses et s’associent aux chasseurs, qu’il s’agisse d’humains, de loups ou d’autres carnivores. Sa capacité d’adaptation montre son grand pouvoir d’observation et son incroyable intelligence ?

Les corbeaux et les corvidés sont des oiseaux chanteurs. Ils ne peuvent pas tuer eux-même de gros animaux. C’est pourquoi ils coopèrent avec les meilleurs chasseurs, avec des loups par exemple ou avec des coyotes. Ils conduisent ces animaux vers des proies. Pendant longtemps, nous, les humains, étions également de très bons chasseurs et travaillions avec les corbeaux. C’est pourquoi les corvidés jouissent encore aujourd’hui d’un grand prestige dans les cultures de chasse.

Bernd Heinrich, professeur de zoologie, explique que les corbeaux mantelés sont néophiles. Ils mangent tout ce qu’ils trouvent, mais ont fait preuve de prudence. Cela prouve leur grande adaptabilité au monde moderne ?

Non seulement nous partageons notre histoire avec les corvidés, mais les Homo Sapiens ont beaucoup de points communs avec leurs compagnons noirs : tout comme nous, les humains, les corbeaux et les corvidés essaient tout ce qui est nouveau. Le chercheur spécialiste des corbeaux Bernd Heinrich décrit cela dans le film comme une « néophilie », c’est-à-dire une préférence pour les choses nouvelles. En revanche, ils combinent cette « néophilie » prononcée avec une bonne dose de prudence. Ils examinent tout ce qui est nouveau en détail. Ils sont aussi curieux, attentif et ont indubitablement des similitudes de la vivacité d’esprit à l’instar des humains.

Vous filmez le nid d’un corbeau cagoulé sur le bord d’une route à Vienne. Vous avez réussi à filmer le corbeau nourrissant ses très jeunes oisillons : Comment avez-vous fait cette prise ?

Il est extrêmement difficile de documenter le comportement naturel des corbeaux. Lorsque nous filmons des corbeaux, nous filmons presque toujours des corbeaux en train de regarder une équipe de tournage. Notre objectif déclaré était d’observer une famille de corbeaux se positionnant à quelques mètres – sans que la famille ne se sente dérangée ou surveillée. Notre caméraman Attila Boa a dû se rendre invisible pour le tournage. Pas une tâche facile lorsqu’il s’agit d’observer les observateurs les plus attentifs. Heureusement, il existe également un effet d’accoutumance chez les corbeaux : après deux ans, les corbeaux ont peu à peu ignoré la caméra. Et nous avons appris à passer inaperçus…

Corbeaux et Corneilles – La nature nous observe de Martin Schilt
Image courtoisie MovieBiz Films

Comment avez-vous travaillé la photographie avec Attila Boa et Karen Vazquez Guadarrama ?

Attila Boa et Karen Vazquez Gudarrama ont rendu ce film possible grâce à leurs images. Le grand défi était de continuer à nous regarder nous les êtres humains avec le regard du corbeau. Ils ont tous deux très bien interprété cette nouvelle perspective.

Vous avez demandé à Marthe Keller de lire le commentaire en voix off : Avez-vous immédiatement pensé à elle ?

Diana Bolzonello Garnier a eu l’idée de demander à Marthe Keller. Marthe Keller a regardé le film et était enthousiasmée à l’idée d’apparaître comme la narratrice.

Y a-t-il eu des difficultés techniques lors de ce tournage ?

Tourner à moins 40 degrés était très exigeant tant pour la technologie que pour les personnes

Avez-vous eu un moment préféré pendant le tournage ?

Nous avons passé trois ans à essayer de filmer une famille de corbeaux lors de l’élevage de leur nichée. Quand nous avons vu les premières photos des parents attentionnés, nous savions : nous pouvions montrer au public que les corbeaux ne sont pas des parents corbeaux (en allemand, les parents qui négligent leurs enfants sont appelés parents corbeaux).

Les corvidés ont une mauvaise réputation depuis des siècles. Pensez-vous que votre film va changer cette opinion ?

Je l’espère de tout mon cœur. Nous pouvons apprendre beaucoup des corbeaux et des corvidés …

Firouz E. Pillet

Le film est sorti ce mercredi dans les salles romandes.

j:mag Tous droits réservés

Firouz Pillet

Journaliste RP / Journalist (basée/based Genève)

Firouz Pillet has 947 posts and counting. See all posts by Firouz Pillet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*