Le Sourire du Scorpion de Patrice Gain, un roman choc – Entretien

L’auteur hypnotise le lecteur sur les 206 pages de son roman, paru récemment chez l’éditeur marseillais Les Mots et le reste, avec de fantastiques descriptions de la  nature enchantée d’un début d’été durant lequel une charmante famille française part dans le canyon de Tara en raft : Alex, sa femme Mily et leurs jumeaux de 15 ans Luna et Tom.; nomades modernes vivant dans un camion rouge, en quête permanente de liberté et d’aventure. Sans se méfier, ils font confiance à Goran, un guide serbe rencontré par hasard. Longtemps après, Tom, le narrateur dés événements, comprendra grâce à Sulé, un Bosniaque de son collège, que tout a été bien planifié :
(…)

Lire la suite

Berlinale 2020 – Forum : Le réalisateur israélien Ra’anan Alexandrowicz convie les spectateur à une expérience fascinante d’observant-observé dans The Viewing Booth  – Entretien

Ra’anan Alexandrowicz est tombé un jour sur une correspondance entre Virginia Woolf et un avocat londonien qui lui demandait : « Comment, selon vous, empêcher la guerre ? » Dans sa réponse, Woolf suggérait qu’ils abordent d’abord son utilisation du mot « nous » par une petite expérience de réflexion. Que se passerait-il, lui demanda-t-elle, s’ils observaient tous deux les images de guerre qui étaient publiées chaque semaine ? « Voyons, écrit-elle, si en regardant les mêmes photos, nous ressentirons les mêmes choses. » Cette petite phrase a été le point de départ du projet du cinéaste israélien. Pendant plusieurs années, il a cherché une voie cinématographique permettant de questionner la fonction des images de non-fiction, notamment en ce qui concerne leur rôle dans la défense des droits humains et de la justice sociale. Il a fini par se dire que pour comprendre les images, il devait cesser de les regarder et commencer à tourner sa caméra vers les spectateurs. Le résultat est The Viewing Booth, qui veut dire la cabine de visionnage.
(…)

Lire la suite

Rencontre avec Ritesh Batra, le réalisateur du film Photograph sorti sur les écrans romands

Ritesh Batra est surtout connu pour son premier long métrage The Lunchbox, qui a été présenté au Festival de Cannes en 2013 et a remporté le Rail d’Or (Grand Golden Rail). Le film avec Irrfan Khan, Nawazuddin Siddiqui et Nimrat Kaur est également devenu le film étranger le plus vu à travers le monde  pour l’année 2014, et a été nominé pour un prix BAFTA dans la catégorie du meilleur film en langue étrangère.

Avant Photograph, Batra a réalisé The Sense of an Ending, une adaptation du roman lauréat du prix Booker de Julian Barnesau titre éponyme. En 2017, il a également réalisé le drame romantique américain Our Souls at Night avec les acteurs primés aux Oscars Robert Redford et Jane Fonda.
(…)

Lire la suite

Rencontre avec Martin Witz réalisateur de Getaways to New-York sur l’ingénieur suisse Othmar H. Ammann, constructeur de célèbres ponts aux Etats-Unis

Après des études de langue et littérature allemandes, de littérature populaire européenne et de journalisme, Martin Witz, né à Zürich, a cofondé la Videoladen Zürich et y a travaillé jusqu’en 1982. Depuis, Martin Witz travaille en tant que réalisateur indépendant, principalement en Suisse et en Allemagne. Martin Witz travaille également comme monteur et dramaturge, principalement pour des documentaires dans les domaines de l’histoire, de la politique et de l’art.

Quand il réalise pour le grand écran, Martin Witz s’intéresse aux destins de Suisses qui ont marqué leur époque et leurs contemporains. On se souvient de de certaines documentaires marquants qui lui ont valu des nominations et des prix. Après les documentaires pour la télévision, Dutti der Riese (2007) fut sa première réalisation pour le cinéma.
(…)

Lire la suite

« Être vivant et le savoir », d’Alain Cavalier, rend un hommage émouvant à la romancière Emmanuelle Bernheim, disparue en mai 2017 – Sortie en Suisse romande le 19 juin 2019. Rencontre

Être vivant et le savoir, le dernier documentaire d’Alain Cavalier, a été projeté en séance spéciale au Festival de Cannes. Dans ce dernier film, le cinéaste français raconte l’histoire d’un film initial qui a laissé place à un autre film en cours de réalisation.

Emmanuelle Bernheim et Alain Cavalier partagent trente ans d’amitié. Après avoir lu le livre autobiographique de la romancière et scénariste Tout s’est bien passé, il propose à Emmanuelle d’adapter avec elle son propre livre. Le duo prépare donc un film. Dans ce livre, Emmanuelle Bernheim raconte comment son père lui a demandé « d’en finir », de l’aider à quitter cette vie terrestre alors qu’il était hémiplégique à la suite d’un accident cardio-vasculaire. Il redoutait qu’il ne perde ce qui lui restait, son esprit.
(…)

Lire la suite

« Le Dieu du Carnage », de Yasmina Reza, mis en scène par Georges Guerreiro, clôt la première édition du Festival de La Tour vagabonde à Genève – Rencontre

Né en 1967, Georges Guerreiro obtient un diplôme à la Sorbonne, en linguistique, il se lance dans une formation de comédien en suivant les cours de Véronique et Stanislas Nordey à la fin des années 80. Il continue de se former en art dramatique avec Jack Waltzer, Lazennec et Minyana. Sa rencontre avec Eric Salama et Valentin Rossier de l’Helvetic Shakespeare Company le conduit à Genève où il continuera à entretenir une complicité professionnelle avec Vincent Bonillo et Valentin rossier, qui l’ont précédé dans le programme de La Tour vagabonde 2019.

Georges Guerreiro partage sa vie entre théâtre, en tant que comédien et metteur en scène, et cinéma, à la fois comme acteur et scénariste.
(…)

Lire la suite

Rencontre avec Gaya Jiji, réalisatrice syrienne à l’occasion de l’avant-première de son film, Mon tissu préféré, au Cinélux, à Genève

(…)
Pour écrire le scénario de son  premier long métrage, Mon tissu préféré, Gaya Jiji s’inspire de diverses femmes qui l’entourent : des femmes soumises au poids de la tradition et dociles face au diktat masculin, à l’instar de Myriam, la petite soeur dans le film; des femmes qui endossent leur rôle et ne manifestent aucune émotion tout au long de leur vie, qui ne pleurent jamais, comme la mère de famille du long métrage, une mère fortement inspirée par celle de Gaya Jiji; des femmes qui se rebellent et revendiquent le droit à la liberté, à choisir leur mode de vie, comme la tenancière de maison de close dans le film, Madame Jiji.
(…)

Lire la suite

Cannes 2019 : rencontre avec Gérald Duchaussoy, directeur de Cannes Classics

Soucieux de rappeler la nécessité de la préservation du patrimoine cinématographique, le festival international  de Cannes propose depuis 2004 une programmation patrimoniale, Cannes Classics.

Cette section est dédiée au cinéma du patrimoine. Nous avons rencontré son directeur, Gérald Duchaussoy, qui nous a exposé les points forts de l’édition 2019, nous a confié ses coups de coeur et nous a rappelé l’importance d’entretenir le patrimoine cinématographique en proposant des versions restaurées, à découvrir ou à revoir dans le cadre de la programmation de Cannes Classics.
(…)

Lire la suite

Rébecca Spinetti : la danse, les arbres et leurs secrets au Château de Penthes les 17, 18 et 19 mai 2019 – rencontre

L’Association CoBalt, compagnie de danse basée à Genève, a à sa tête Rébecca Spinetti, chorégraphe suisse et Directrice Artistique de l’Association CoBalt. Le nom de l’association intrigue et interpelle, d’autant plus qu’à l’heure actuelle, le cobalt est malheureusement associé à la très gourmande consommation de la téléphonie mobile et donc à l’exploitation d’enfants envoyés sans sécurité dans des mines pour satisfaire la demande mondiale en cobalt.Rébecca Spinetti nous rassure aussitôt en nous expliquant le choix du nom pour son association :
(…)

Lire la suite

La Tour vagabonde : L’île des esclaves » de Marivaux, mis en scène par Valentin Rossier – rencontre

(…)
Comédien et metteur en scène, Valentin Rossier se forme à l’Ecole Supérieure d’Art Dramatique (ESAD) de Genève. Depuis, Son nom apparaît dans la distribution de nombreux spectacles soit en tant que comédien soit en tant que metteur en scène soit en assumant les deux casquettes. En effet, Valentin Rossier est un nom incontournable du paysage théâtral de Suisse romande. Son travail se caractérise par une esthétique épurée et un imaginaire extraordinaire.
(…)

Lire la suite