j:mag

lifestyle & responsible citizenship

Interview

Cinéma / KinoCulture / Kultur

Entretien avec Amjad Al Rasheed, réalisateur de Inshallah a Boy (Inshallah Walad), Prix du public au Festival International du Film de Fribourg 2024

En 2023, la Jordanie a pour la première fois été représentée dans la sélection du Festival de Cannes –ce festival toujours à la pointe de la diversité –, dans la section Semaine de la critique, avec Inshallah a Boy.
Amjad Al Rasheed ancre son récit dans une ville qu’il filme avec amour, Amman, et une société au sein de laquelle les individus doivent apprendre à louvoyer pour poursuivre leur chemin de vie. Un couple sans histoires, si ce n’est un problème de fertilité qui l’empêche de donner (de préférence) un petit frère à Nora (Seleena Rababah). Un soir Nawal (Mouna Hawa) tente de persuader son mari que c’est le bon moment d’essayer car elle est en phase d’ovulation. Adnan, trop épuisé, demande à ce qu’elle le laisse dormir, qu’ils essaieront le lendemain. Le sort en décidera autrement – cette nuit sera sans lendemain. Nawal retrouve au matin son mari mort dans son sommeil. (…)

Read More
Cinéma / KinoCulture / Kultur

Resilient Man : l’appel de Terpsichore plus fort que la douleur ! Rencontre avec le réalisateur et le danseur étoile protagoniste de son documentaire

La caméra de Stéphane Carrel suit le talentueux danseur étoile Steven McRae, gravement blessé au tendon d’Achille, dans son travail assidu de reconstruction.
Au sommet de sa gloire, en 2019, Steven McRae, brillant danseur étoile au Royal Ballet de Londres, se blesse au tendon d’Achille et s’effondre sur scène durant la représentation de Manon… C’est un autre danseur qui prend le relais et termine la représentation. (…)

Read More
Cinéma / KinoCulture / Kultur

ALFILM 2024 – Embodied Chrorus, un film-essai libanais qui aborde un sujet tabou : les maladies sexuellement transmissibles. Rencontre

Il ne manque pas de films, documentaires ou de fictions, qui témoignent de la tragédie du SIDA, les mécanismes sanitaires et sociaux de cette maladie, les luttes individuelles et collectives engendrées. Mais peu arrivent à transmettre la révolution intérieure que ce virus produit dans la vie des individus touchés par cette maladie, mais également par d’autres maladies sexuellement transmissibles, qui elles ne sont jamais évoquées. L’expérience du∙de la spectateur∙trice d’Embodied Chrorus est très intense, parfois inconfortable, mais extrêmement prenante. Le tour de force du film est de faire également corps avec son public, ce qui produit un moment artistique traversant l’écran fascinant.
Danielle Davie et Mohamad Sabbah, coréalisteur∙trice, nous entraînent dans le sillage expressionniste et sensoriel de leur expédition vitale qui débute par une rupture existentielle une fois le diagnostique posé, se poursuit par des va-et-vient émotionnels avant de configurer une vie greffée à ce corps étranger. (…)

Read More
Cinéma / KinoCulture / Kultur

John Galliano – Ascension et chute d’un surdoué de la mode. Rencontre avec Kevin Macdonald

Né en 1960 à Gibraltar, John Galliano, styliste et créateur de haute couture britannique, s’est brûlé les ailes au sommet de sa gloire – après avoir proféré des propos antisémites vis-à-vis de touristes dans un restaurant à Paris. Après 15 ans passé à la direction artistique de la maison Dior, il a été licencié, invoquant  « un grave manquement à son obligation de loyauté, constitué par les propos racistes qu’il a exprimés dans un lieu ouvert au public, qui ont été filmés ». (…)

Read More
Cinéma / KinoCulture / KulturForum citoyen / Bürgerforum

Visions du Réel 2024 – A Move d’Elahe Esmaili remporte le Prix spécial du jury des jeunes pour le meilleur court métrage. Rencontre avec la cinéaste iranienne

Que ce film remporte un prix décerné par le jury des jeunes n’est certainement pas un hasard. Le sujet de A Move, que l’on pourrait traduire par « un mouvement » dans le sens d’une action consciente et décisive, fait non seulement écho à l’actualité mais rencontre les dispositions communes d’une jeunesse avide de liberté. Il s’agit ici d’une liberté qui va de soi dans une partie du monde, celle de s’habiller et se présenter comme on le veut dans l’espace public. Depuis la Révolution iranienne de 1979, ceci n’est plus le cas en Iran, les femmes étant soumises à un code vestimentaire strict, contrôlé dans l’espace public. Un événement dramatique, la mort d’une jeune femme du Kurdistan iranien, Mahsa Amini, tuée le 16 septembre 2022 par des fonctionnaires de la police des mœurs pour un foulard considéré comme mal ajusté, va ébranler le régime et la société. Au slogan officiel de la République iranienne, « Indépendance, liberté, République islamique », va se substituer celui du mouvement des femmes du Grand Kurdistan depuis les années 2000, « Femme, vie, liberté ». D’abord scandés pendant ses funérailles dans sa ville natale de Saghez, ils sont rapidement repris lors des manifestations dans la capitale kurde, Sanandaj, avant d’être adapté à Téhéran et Machhad dans leur version en farsi.
Depuis, de nombreuses femmes sortent tête nue dans l’espace public, malgré les risques encourus. (…)

Read More
Cinéma / KinoCulture / KulturForum citoyen / Bürgerforum

Visions du Réel 2024 – Kamay d’Ilyas Yourish & Shahrokh Bikara remporte le Prix interreligieux pour un long métrage de la Compétition Internationale. Rencontre avec Ilyas Yourish et sa protagoniste Freshta Khawari, tou·te·s deux du peuple Hazara d’Afghanistan

Le peuple Hazara est l’une des principales ethnies en Afghanistan, principalement concentrée dans les régions montagneuses centrales du pays. Historiquement, les Hazaras sont marginalisés et discriminés en raison de leur origine ethnique, leur langue d’origine persane et leur religion (la plupart sont musulmans chiites), après avoir subi une épuration ethnique au 19e siècle après des velléités d’auto-détermination. Depuis, les Hazaras subissent des persécutions et des violences systématiques de la part de certains groupes ethniques majoritaires en Afghanistan. C’est dans ce contexte que le 19 novembre 2017, une jeune fille hazara, Zahra Khawari, s’est suicidée alors qu’elle fréquentait l’Université de Kaboul. Kamay lève le voile, de manière poétique et parfois pudiquement allusive, sur la lutte pour connaître la vérité et surtout la responsabilité de la mort de l’aînée de la famille. De justice, il n’en sera évidemment pas question, mais au moins de recevoir les effets personnels de la jeune fille en rétention chez les autorités judiciaires. (…)

Read More
Cinéma / KinoCulture / Kultur

Visions du Réel 2024 – Landschaft und Wahn (The Landscape and the Fury) de Nicole Vögele remporte la compétition internationale. Rencontre avec la cinéaste suisse

Les terres européennes sont peuplées de fantômes, de spectres qui hantent les forêts et les grands espaces qui ont été marqués par l’histoire des êtres humains qui les ont foulés, pour le meilleur et pour le pire. Les stigmates restent bien souvent longtemps après leurs actions, comme ici, à la frontière entre la Bosnie-Herzégovine et la Croatie, encore gangrénée, 30 ans après la fin de la guerre de Bosnie-Herzégovine, par des mines prêtes à exploser au passage d’autres êtres humains. Parmi eux, des ombres venus d’horizon plus lointains, fuyant la guerre, la misère, les catastrophes, qui errent entre les frontières dessinées par la géopolitique. En observatrice, la nature, résiliente, se régénèrent, recouvrent les béances, les enfouissements, absorbe la mémoire sans pour autant la faire disparaître. (…)

Read More
Cinéma / KinoCulture / Kultur

La Ferme des Bertrand, Gilles Perret, retrace cinquante ans de vie et de dur labeur d’agriculteurs de Haute-Savoie. Rencontre

Le réalisateur suit l’évolution d’une exploitation laitière, productrice du fameux Reblochon, durant cinquante ans, à travers un documentaire qui respire l’authenticité et l’objectivité.
Alors que la colère des agriculteurs, français comme suisses, gronde depuis plusieurs mois, ce filmconsacré à une famille d’agriculteurs de Haute-Savoie sort sur les écrans romands. La Ferme des Bertrand, réalisé par Gilles Perret et co-écrit par le réalisateur et sa compagne Marion Richoux, donne la parole à des paysans taiseux, habitués à cacher leurs émotions et qui se livrent ici avec pudeur et dignité. (…)

Read More
Cinéma / KinoCulture / Kultur

Mûre-mure du merle enchanteur : sortie sur les écrans romands de  Blackbird Blackbird Blackberry d’Elene Naveriani. Rencontre

Après avoir été remarquée pour son deuxième long métrage lors du festival de Locarno en 2021, Wet Sand (Pardo du meilleur acteur), Elene Naveriani revient sur les écrans avec un film explorant une fois de plus les marges de son pays natal, la Géorgie. Blackbird Blackbird Blackberry, adapté du livre éponyme de l’écrivaine géorgienne Tamta Melashvili, élu meilleur film suisse de fiction aux Prix du cinéma suisse 2024, est un récit poético-naturaliste sur l’émancipation d’une femme de 48 ans qui s’éveille à la sensualité.
C’est la saison des mûres qu’elle cueille pour confectionner avec amour ses gâteaux et confitures. Lors de sa récolte au bord d’une falaise, son attention est détournée par le chant d’un merle. Surprise, elle perd l’équilibre et manque de chuter dans le ravin. S’accrochant aux aspérités, elle remonte la pente, vivant un épisode de vision avant de retourner clopin-clopant à son magasin. Cet incident, que les spectateur·trices ressentent immédiatement comme l’outil dramatique d’une métaphore qui prendra toute sa signification au fil du récit, sera pour Etero le déclencheur primitif bouleversant le cours de sa vie qu’elle imaginait toute tracée : économiser avec les gains de son petit magasin général de village, attendre une retraite bien méritée et faire ce qu’elle veut, libérée enfin de toute contrainte. Mais le merle, tel le Saint-Esprit, semble avoir envoyé un message à son corps, mur et vierge. (…)

Read More
Cinéma / KinoCulture / Kultur

Rosalie, de Stéphanie Di Giusto, offre un rôle exceptionnel à Nadia Tereszkiewicz qui incarne avec talent une femme atteinte d’hirsutisme au XIXᵉ siècle, entre besoin d’amour, féminité et rébellion. Rencontre avec la cinéaste et sa comédienne principale

Pour son nouveau long métrage, Stéphanie Di Giusto suit la vie de Rosalie (Nadia Tereszkiewicz), une jeune femme dans la France de 1870. Quoi de plus classique à une époque où les femmes mariées secondaient leurs époux dans les tâches quotidiennes, aux champs, avec le bétail ou, comme ici, dans un débit de boissons ! Mais ce n’est pas une jeune femme comme les autres, elle cache un secret : depuis sa naissance, son visage et son corps sont recouverts de poils. Elle est ce qu’on appelle alors une femme à barbe mais n’a jamais voulu devenir un vulgaire phénomène de foire, tant à la mode à l’époque. De peur d’être rejetée, elle a toujours été obligée de se raser. Jusqu’au jour où Abel (Benoît Magimel), un tenancier de café acculé par les dettes, l’épouse pour sa dot sans savoir son secret. Mais Rosalie veut être regardée comme une femme, désirée et aimée malgré sa différence, qu’elle ne veut plus cacher. Abel, de prime abord bourru et peu démonstratif, sera-t-il capable de l’aimer quand il découvrira la vérité ? (…)

Read More