Rencontre avec Pierandré Boo/Greta Gratos à propos du documentaire de Séverine Barde qui rend un vibrant hommage à la Diva des nuits genevoises

Séverine Barde, née en 1966, a étudié à l’Institut des Arts de Diffusion en Belgique. En tant que directrice de la photographie, elle a travaillé sur de nombreux longs métrages et des documentaires.
Avec Marie-Christophe Ruata-Arn, elle a co-réalisé Un ange passe – une série de courts portraits de personnes qui se consacrent aux autres par le biais de leur travail – commerçants, fonctionnaires, personnel médical, gardiens. Séverine Barde a suivi, côtoyé, accompagnée Pierandré Boo, et donc Greta Gratos, pendant quinze ans, pour en faire un magnifique portrait, exhaustif et captivant qui révèle des facettes méconnus de l’artiste et de son double maritimo-astral, proposant la découverte d’un yin et yang insolite et captivant.
(…)

Lire la suite

Black Movie 2019 : la vingtième édition du festival du 18 au 27 janvier – riche et variée. Rencontre avec ses co-directrices

Cette année, le Festival International de Films Indépendants Black Movie fête sa 20ème édition, ayant assis depuis de nombreuses années son ouverture, sa curiosité et son avant-gardisme pointer.

Dévouée depuis 1999 à la gloire d’un cinéma sans concession, la manifestation genevoise franchira ce nouveau cap du 18 au 27 janvier 2019.
(…)

Lire la suite

Rencontre avec Marine Francen pour la sortie allemande de Le Semeur qui, en Allemagne, a pour titre : Das Mädchen, das lesen konnte.

Le premier film de Marine Francen, dont elle a également écrit le scénario, prend sa source dans un mystérieux livre paru en 2006 (éditions Parole), L’homme semence, qui aurait été écrit par Violette Ailhaud, une institutrice des Basses-Alpes, qui raconte ce qui est arrivé à son village après le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte de décembre 1851. Le parcours rocambolesque de ce manuscrit mérite tout autant un film que son contenu, l’histoire officielle étant qu’à la mort de l’autrice en 1925, le récit est resté dans une enveloppe qui devait rester fermée chez un notaire et ne pouvait être remise que 50 ans après sa mort à une femme de sa descendance. Depuis sa publication, le texte, peu connu du grand public, forge son succès dans l’inspiration qu’il insuffle aux artistes qui l’adaptent au théâtre, dans la danse, la BD ou comme ici au cinéma. Le livre a également été traduit dans plusieurs langues, en allemand sous le titre Der Samenmann.
(…)

Lire la suite

Rencontre avec Gaspard Ulliel qui nous parle de ses rôles dans Eva et Les confins du monde

Lors de la Berlinale 2018, nous avons rencontré Gaspard Ulliel, qui interprète Bertrand Valade dans le film Eva, de Benoît Jacquot. Le film s’ouvre sur une tempête de neige. Eva (Isabelle Huppert), troublante et mystérieuse, fait irruption dans la vie de Bertrand, écrivain prometteur. Cette rencontre va bouleverser Bertrand jusqu’à l’obsession et le fera glisser jusqu’à sa perte. (Lire la critique de MaB lors de la Berlinale, critique qui ne reflète pas l’avis de toute la rédaction culture de j:mag, N.D.L.R.).
(…)

Lire la suite

Die Poesie der Liebe (Mr & Mme Adelman) – Eine sehr angenehme Komödie für dieses Jahresende. Kinostart in Deutschland: 20. Dezember 2018

In einer klassischen Erzählung, die mit der Beerdigung von Mr. Adelman (Nicolas Bedos) beginnt, einem berühmten Schriftsteller, der unter seltsamen Umständen gestorben ist und dessen Trauerrede von Jack Lang gehalten wird, führt uns Nicolas Bedos’ Film in das Leben eines fusionierenden Paares.
Frau Adelman (Doria Tillier) flieht vor dem Begräbnisempfang, der sie wunderbar langweilt und im Büro ihres verstorbenen Mannes einen jungen Schriftsteller erhält, der eine Biographie aus einem bestimmten Blickwinkel machen will: der von Frau Adelman. An diesem Nachmittag wird sie ihm von ihrem 45-jährigen Zusammenleben erzählen, in dem Privat- und Berufsleben eng miteinander verflochten sind.
(…)

Lire la suite

Mr & Mme Adelman (Die Poesie der Liebe) – Rencontre avec Doria Tillier co-scénariste et actrice principale du premier film de Nicolas Bedos qui sort ce 20 décembre en Allemagne

Dans une narration classique, qui débute par l’enterrement de Monsieur Adelman (Nicolas Bedos), célèbre écrivain mort dans d’étranges circonstances et dont Jack Lang fait l’oraison funèbre, le film de Nicolas Bedos nous entraîne dans la vie d’un couple fusionnel.
Madame Adelman (Doria Tillier) fuit la réception d’enterrement qui l’ennuie prodigieusement et reçoit dans le bureau de son défunt mari un jeune écrivain qui veut faire une biographie sous angle particulier : celui de Madame Adelman. Lors de cette après-midi, elle va lui raconter leurs 45 ans de vie commune dans lesquelles sont étroitement imbriquées vie intime et vie professionnelle.
(…)

Lire la suite

Pessac 2018 : rencontre avec Guillaume Nicloux et Sylvie Pialat dans la moiteur de l’Indochine française

Robert Tassen (Gaspard Ulliel), jeune militaire français, est le seul survivant d’un massacre dans lequel son frère a péri sous ses yeux. Aveuglé par sa vengeance, Robert s’engage dans une quête solitaire et secrète à la recherche des assassins. Mais sa rencontre avec Maï, une jeune Indochinoise, va bouleverser ses croyances.
(…)
Au dernier étage du Cinéma Jean-Eustache, en présence du distributeur du film l’entretien commence et révèle les intentions de ce film, l’épisode historique concerné mais méconnu de la Guerre d’Indochine, les thématiques développés et les projets.
(…)

Lire la suite

Pessac 2018 : rencontre avec le Président d’honneur, Jean-Noël Jeanneney

Spécialiste d’histoire politique, culturelle et des médias, Jean-Noël Jeanneney a été président de Radio France, président de la Mission du Bicentenaire de la Révolution française et de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, par deux fois secrétaire d’État au début des années 1990 et président de la Bibliothèque nationale de France de 2002 à 2007. Jean-Noël Jeanneney est actuellement producteur d’une émission de radio hebdomadaire sur France Culture, Concordance des temps.
(…)

Lire la suite

Pessac 2018 : « Cannes 1939 – le festival n’aura pas lieu » ou quand deux passionnés se rencontrent – entretien avec Olivier Loubes et Julien Ouguergouz

Agrégé d’histoire en1988, Olivier Loubes a soutenu en 1999 sa thèse sous la direction de Pierre Laborie au sujet de « L’école et la patrie en France dans le premier vingtième siècle ». Spécialiste de l’histoire des représentations et de l’imaginaire politique, Olivier Loubes est un habitué du Festival du Film d’Histoire de Pessac où nous l’avions rencontré en 2017. Ses travaux portent sur les liens entre patriotisme, société et enseignement en France, à travers des études sur la république, l’école, l’identité et la nation, le parcours de Jean Zay et, plus récemment, la naissance du Festival de Cannes. Il est correspondant de la revue L’Histoire.
Son livre, intitulé Cannes 1939. Le festival qui n’a pas eu lieu‪ (Paris, Armand Colin, 2016) a inspiré Julien Ouguergouz. Les deux passionnés d’histoire et de septième art se rencontrent et élaborent l’idée de consacrer un documentaire sur la première édition du festival de Cannes, celle de 1939, censée servir de contre-festival à la Mostra, acquise à la cause du fascisme mussolinien.
(…)

Lire la suite