j:mag

lifestyle & responsible citizenship

Cinéma / KinoCulture / Kultur

FIFH 2023 : Une Française à Kaboul, l’aventure d’une vie, de Charlotte Erlih et de Marie-Pierre Camus, révèle la destinée incroyable et insoupçonnée d’une Bretonne partie vivre en Afghanistan dans les années vingt. Rencontre

Une Française à Kaboul, l’aventure d’une vie, relate l’incroyable et surprenant destin d’Elisabeth Naim Ziai, une jeune Bretonne qui, en 1928, épouse un cousin du roi progressiste d’Afghanistan, Amanullah Khan. Mais un an après leur mariage, alors qu’Elisabeth, qui a perdu sa nationalité française par mariage, et son mari sont en route pour Kaboul, le roi modernisateur est détrôné par un rebelle conservateur. À partir de ce coup d’État, plus rien ne se passe comme prévu. Pourtant, Elisabeth restera en Afghanistan jusqu’en 1980. Elle sera la première femme afghane à oser se dévoiler en 1936 et son geste sera accepté comme elle est occidentale. Elisabeth Naim Ziai consacrera son existence à lutter pour les droits des femmes dans son pays d’adoption. À travers la vie d’Elisabeth, qui peut apparaître audacieuse et téméraire pour son époque, le documentaire que signent Charlotte Erlih et Marie-Pierre Camus livre un éclairage nouveau sur l’évolution de Kaboul et d’une partie de la société afghane, tout particulièrement sur le statut des femmes. Les valeurs changent radicalement dans la capitale entre la fin des années 1920 et le milieu des années 1960 : les femmes commencent à avoir accès à l’éducation, ont le droit de travailler, d’ôter leur voile, de porter des jupes courtes et des chaussures à talons, de fréquenter les mêmes universités, le même cinéma, les mêmes fêtes que les hommes. Une véritable révolution de la société afghane !

Mais, comme le souligne Charlotte Erlih, l’Afghanistan est sujet à un mouvement de balancier qui le fait passer à la modernité puis régresser de manière cruciale. Les libertés qu’Elisabeth Naim Ziai a connues à certaines périodes de sa vie en Afghanistan semblent particulièrement surprenantes aujourd’hui où les conditions de vie des femmes semblent encore plus effroyables qu’il y a deux décennies. À l’heure où l’Afghanistan a de nouveau basculé dans l’obscurantisme, l’incroyable destinée d’Elisabeth Naim Ziai invite à revisiter une période d’ouverture et d’émancipation qui n’a encore jamais fait l’objet d’un documentaire et qui laisse entrevoir une lueur d’espoir dans la sombre période actuelle. Grâce à des images et des archives inédites, fruit d’un long travail de documentation, Une Française à Kaboul, l’aventure d’une vie, comble un vide historiographique et livre un chapitre guère connu de l’histoire de ce pays meurtri.

Cette incroyable destinée d’Elisabeth Naim Zia, dont il n’y a aucune information sur Internet, nous parvient grâce au long travail de récolte d’informations et de recherches de documents qu’a effectué Chgarlotte Erlih quand le petit-fils d’Elisabeth Naim Ziai lui a parlé de cette femme et de son parcours unique. Charlotte Erlih a fait la promesse au dépositaire et descendant de cette femme bretonne devenue afghane de faire connaître son histoire : elle signe un livre puis réalise qu’il y a une incroyable matière pour en faire un film. Normalienne et agrégée de Lettres modernes, la scénariste, autrice et réalisatrice se consacre depuis une dizaine d’années à l’écriture et à la réalisation. Charlotte Erlih a publié une vingtaine d’ouvrages (romans, BD, albums jeunesse, essais), et réalisé des courts métrages. Elle a notamment publié le roman Funambules (Grasset, 2018), ainsi que l’essai Solutions locales pour un désordre global avec Coline Serreau (Actes Sud, 2010). Une Française à Kaboul, l’aventure d’une vie est sa première réalisation de documentaire pour lequel elle a sollicité la cheffe-monteuse et réalisatrice Marie-Pierre Camus qui accompagne les réalisateurs de projets documentaires depuis trente ans sur des thématiques historiques, politiques ou autour de la nature. Marie-Pierre Camus a travaillé sur le montage des films Les Nouveaux chiens de garde (Yannick Kergoat et Gilles Balbastre) et La Vénus Noire (Rachid Bouchareb). Parmi ses réalisations documentaires, mentionnons Les Tribunaux d’Hitler (avec Jean-Marie Barreyre, 2022); La Nuit des longs couteaux (avec Gérard Puechmorel, 2020); Roumanie, éleveurs de porcins à terre (2016).

Charlotte Erlih a révélé développer son premier long métrage de fiction pour le cinéma. Marie-Pierre Camus et Charlotte Erlih nous ont parlé de leur rencontre artistique, de leur émulation dans le travail et dans les idées, de ce que l’histoire d’Elisabeth Naim Zia leur a apporté sur l’Afghanistan au XXème et au XXIème siècles. Rencontre avec les co-réalisatrices et leur producteur Pierre Jestaz au cinéma Jean-Eustache à Pessac.

 

Firouz E. Pillet, Pessac

j:mag Tous droits réservés

Firouz Pillet

Journaliste RP / Journalist (basée/based Genève)

Firouz Pillet has 943 posts and counting. See all posts by Firouz Pillet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*