a-ha: The Movie, de Thomas Robsahm et d’Aslaug Holm, propose une odyssée au cœur des révélations du plus grand groupe norvégien de tous les temps

Présenté en avant-première au Festival du Film de Tribeca en juin, au Filmfest München en juillet et au Festival international du film norvégien de Haugesund en août 2021, a-ha The Movie, consacré au mythique groupe norvégien, sort sur les écrans romands ce 6 octobre. On y découvre notamment l’histoire de leur tube Take On Me, entre autres.
Le tandem de cinéastes norvégiens Thomas Robsahm et Aslaug Holm ont relevé le remarquable défi de partir à la rencontre des membres du groupe a-ha, une tâche ardue et complexe qui leur a pris quatre ans et qui retrace la carrière de près de quarante ans des trois icônes norvégiennes.
(…)

Lire la suite

Mostra 2021 : Becoming Led Zeppelin, de Bernard MacMahon, présenté hors compétition, plonge les spectateurs dans une épopée musicale aux archives insoupçonnées

Becoming Led Zeppelin est un film que personne ne pensait pouvoir faire. L’ascension du groupe vers la célébrité a été rapide et pratiquement sans articles ni publicités. Grâce à un accès exclusif au groupe et à ses archives personnelles, le soutien total du groupe et la disponibilité de séquences inédites, Becoming Led Zeppelin plonge le public dans une épopée au cœur des images et les sons de leurs débuts. Pour tous les millions de personnes qui ne verront jamais le groupe en live, c’est l’expérience qui se rapproche le plus d’assister à un de leurs concerts, agrémenté de leurs commentaires en voix off souvent avec un humeur so british !
(…)

Lire la suite

Mostra 2021 – Hallelujah: Leonard Cohen, A Journey, A Song, de Daniel Geller et Dayna Goldfine, rend un vibrant hommage à l’artiste disparu en 2016

Hallelujah: Leonard Cohen, A Journey, A Song, de Daniel Geller et Dayna Goldfine est une véritable enquête très documentée et agrémentée de multiples intervenants, proches de l’artiste, complète sur le monde de l’auteur-compositeur-interprète Leonard Cohen, vu à travers le prisme de son Hallelujah, un hymne de renommée internationale et maintes fois reprise de manière plus ou moins heureuse comme le montre le film.
(…)

Lire la suite

[Audio] Dans les circonvolutions du cerveau et de la recherche scientifique : rencontre avec le réalisateur Jean-Stéphane Bron qui nous parle de son dernier documentaire : Cinq nouvelles du cerveau (The Brain)

Si les férus d’Agatha Christie sont familiers des « petites cellules grises » qu’Hercule Poirot fait travailler à chaque enquête, ces fameuses petites cellules grises restent un vaste mystère pour la majorité d’entre nous. 
Le dernier documentaire du cinéaste suisse Jean-Stéphane Bron, intitulé Cinq Nouvelles du Cerveau, nous entraîne dans une captivante et vertigineuse aventure rondement menée à l’instar d’une enquête policière, au cœur des arcanes du cerveau qui contient l’ensemble du savoir humain – pas toujours exploité à sa juste mesure, comme le souligne Aude Billard dans le  documentaire -, la mémoire et ses incroyables capacités, envisageant les perspectives d’avenir qui s’ouvrent grâce à l’intelligence artificielle.
(…)

Lire la suite

Locarno 2021 Cineasti del presente : Brotherhood de Francesco Montagner – Un étrange documentaire coming-of-age naturaliste

Le réalisateur italien Francesco Montagner, qui a étudié le cinéma en République tchèque, parvient au tour de force d’immerger son public dans un film dont il ne parvient pas à appréhender totalement le caractère documentaire du récit. C’est que l’histoire qu’il raconte est assez insolite, mais surtout le fait que les protagonistes aient pu être filmés l’est encore plus.
Évidemment, comme dans tout documentaire, il y a un scénario, un parti pris artistique – ici une caméra qui relate calmement les événements, alternant les gros plans sur les visages et les larges plans restituant les paysages de cette région reculée dans une très belle photographie signée Prokop Souček – une part de mise en scène et, au montage – effectué de manière très fine par Valentina Cicogna qui accompagne sans césures l’évolution des protagonistes sur plusieurs années –, l’angle choisi par le réalisateur. Ce qui rend Brotherhood si curieux, et à ce titre si intéressant, c’est que tous ces éléments sont visibles et donnent au film un côté fictionnel.
(…)

Lire la suite

Cannes 2021 : Babi Yar. Context, du cinéaste ukrainien Sergeï Loznitsa, retrace le massacre de plus de trente-mille Juifs en 1941, dans le ravin de Babi Yar, à l’ouest de Kiev

Les films documentaires du cinéaste ukrainien Sergeï Loznitsa touchent parfois la lisière de l’expérimental, représentent une humanité confrontée à des bouleversements sociaux, politiques et éthiques. Avec Babi Yar. Context, Babi Yar, il n’est pas question d’expérimental mais de retracer, avec moult archives à l’appui, une page terrible de l’historie de la Seconde Guerre mondiale.
(…)

Lire la suite

Cannes 2021 : Machbarot Shchorot (Cahiers Noirs) Cahiers I : Viviane – Cahiers II : Ronit, de Schlomi Elkabetz – une épopée intimiste en hommage à sa sœur disparue, Ronit

Machbarot Shchorot (Cahiers noirs) de Schlomi Elkabetz, est présenté en séance spéciale à la 74ème édition du Festival de Cannes. Ce documentaire, retrace le parcours riche, intense, diversifiée de sa sœur Ronit Elkabetz, comédienne aujourd’hui disparue, morte d’un cancer à cinquante-et-un ans en 2016, à travers trois films écrits et réalisés avec elle. Thierry Frémaux a présenté ce film-fleuve qui devait être projeté il y a un an.
(…)

Lire la suite

Cannes 2021 – H6 de Ye Ye en sélection officielle (séances spéciales) : Dans l’antre foisonnante d’un hôpital chinois

Diplômée en sciences, en arts plastiques, en design et en cinéma, Ye Ye travaille en Europe et en Asie, où elle pratique plusieurs métiers, allant du design aux  effets visuels de cinéma, en passant par l’architecture, la céramique ou le land-art. Sa marque de fabrique : mettre sa créativité, ses capacités visuelles et narratives au service du fond et de la forme de chacun de ses projets.
H6 est son premier film documentaire pour le cinéma et le fait qu’il se retrouve directement en sélection officielle au Festival de Cannes 2021 – séance spéciale hors compétition – est parfaitement mérité, tant ce documentaire allie avec finesses observation anthropologique à un sens aigu de la composition cinématographique, de son rythme et sa tension.
(…)

Lire la suite

Cannes 2021 : The Story of Film : A New Generation, de Mark Cousins, présenté en séance exceptionnelle la première journée de cette 74ème édition

Pour le lancement de la Sélection officielle, le Festival célèbre le cinéma avec la projection inédite, en pré-ouverture, du dernier documentaire de Mark Cousins : The Story of Film : A New Generation. Ce film de cent-soixante minutes invite le public à un voyage cinématographique d’envergure dans le cinéma d’avant la pandémie. Tout recommence avec cette odyssée magique, ambitieuse et d’un foisonnement sans pareil dans le monde cinématographique actuel.
(…)

Lire la suite

Who’s afraid of Alice Miller? de Daniel Howald – «Un voyage dans le traumatisme refoulé de la mère »

Évidemment, le titre du film dernier film du cinéaste et producteur suisse Daniel Howald fait immédiatement penser à celui du dramaturge étasunien Edward Albee et sa pièce de théâtre Qui a peur de Virginia Woolf ? (Who’s Afraid of Virginia Woolf?) lui-même inspiré de la chanson qui rythme Les Trois Petits Cochons (Three Little Pigs) de Disney – Qui a peur du grand méchant loup ? (Who’s Afraid of Big Bad Wolf). Cette analogie est extrêmement pertinente dans la dimension psychologique de double contrainte dans la structure familiale hiérarchique qui anime la pièce de théâtre comme ce film.
Ce documentaire a priori intimiste, puisqu’il s’agit du voyage d’un fils dans le passé de sa mère pour essayer de dénouer quelque peu la pelote du traumatisme qui le poursuit jusque dans sa maturité, débute visuellement et narrativement comme un film d’espionnage mettant en scène dans un cadre tamisé Martin Miller face à Cornelia Kazis, journaliste de la SFR. Ils regardent  un extrait d’une émission faite par la journaliste en en 1987 ; elle s’entretient avec Alice Miller sur le sujet de l’enfance maltraitée et la violence sexuelle. Cornelia Kazis avait choisi Alice Miller, forte de ses trois best-sellers internationaux, pour briser ce tabou en Suisse. Cornelia Kazis  est ostensiblement encore traumatisée en regardant cet extrait et explique qu’elle a découvert une femme parano, freak control et intrusive jusque dans sa vie privée : « C’était de la pure terreur. »
L’attention est immédiatement happée, on veut en savoir plus !
(…)

Lire la suite