Mostra 2019 : intentions, voix et sélection du directeur de la Mostra, Alberto Barbera

De retour à la direction de la Mostra del Cinema de Venise depuis 2011, Alberto Barbera avait déjà dirigé le célèbre festival deux décennies auparavant. En effet, Alberto barbera avait pris la direction de la Mostra en 1998.

Bien qu’accueillie positivement par une grande partie de la presse spécialisée ainsi que par les différents acteurs du secteur, la direction par Barbera du prestigieux festival de Venise ne reçoit pas l’aval du ministre de la culture, Giuliano Urbani , qui exige la destitution du directeur dès 2002 . Le Suisse Mpritz de Hadeln  lui succède à la tête de la Mostra avant d’être remplacé, deux ans plus tard, par le producteur Marco Müller (qui avait dirigé pendant quinze ans le Festival de Locarno).

— Alberto Barbera, directeur de la Mostra de Venise
© La Biennale di Venezia – Photo ASAC

Alberto Barbera s’est exprimé devant la presse, donnant son opinion sur la situation actuelle du septième art :

Aucun rendez-vous de festival, qu’il soit considéré comme un observatoire privilégié ou plus modeste, ne peut être appelé à donner des réponses à des questions très complexes telles que celles concernant l’avenir du cinéma. Tout au plus, on peut s’attendre à ce qu’il donne quelques exemples des différentes orientations qui inspirent la production cinématographique dans différentes parties du monde, du moins celles atteintes par le travail de recherche des programmateurs. Il n’y a plus de définition rigide et univoque de ce qu’est le cinéma et de ce qu’il n’est pas – à supposer qu’il ait jamais été ainsi : André Bazin avait déjà pris le parti d’un cinéma impur par opposition à la rigueur glaciale des puristes (et c’était seulement les années 50) – mais une volonté libre et aventureuse d’aller en mer sans nécessairement connaître la destination du voyage. Cela me semble être la métaphore la plus efficace pour évoquer l’esprit qui nous a guidés dans la composition de ce programme. Le risque que nous avons consciemment couru est celui d’apparaître sans boussole, ou esclave d’une conception indulgente du cinéma. C’est peut-être le moyen le plus approprié pour questionner un cinéma qui, aux yeux de beaucoup, apparaît dangereusement perdu ou menacé par l’encerclement écrasant d’autres médias qui partagent avec lui l’existence dans la galaxie de la communication intégrée. Et pourtant, malgré quelques indicateurs qui semblent converger vers une vision dystopique de l’avenir, il y a une volonté d’affirmer avec force qu’il ne s’agit pas d’une menace d’extinction, mais d’un processus de changement en cours parmi les plus radicaux de sa courte existence, au terme duquel nous la trouverons différente de ce que nous avons connu et aimé jusqu’à présent, et qui est toujours vivant et vital, porteur de revendications et de nouvelles langues et formes à laquelle nous finirons par nous adapter avec la vitesse qui caractérise notre époque.

Interrogé sur le programme de cette 76ème édition de la Mostra, Alberto Berbera a souligné que cette édition faisait la part belle à des chapitres de l’histoire reconstitués et revissés par de grands cinéastes tout en regrettant la présence encore très minoretaire des cinéastes féminins :

En regardant tous les films que nous avons sélectionnés pour cette édition de la Mostra de Venise, nous pouvons distinguer quelques récidives, que j’hésiterais à définir comme des tendances. Le premier est le grand nombre de films qui traitent, d’une manière différente, du problème de la condition féminine dans les sociétés contemporaines. Non pas des films réalisés par des femmes – qui représentent malheureusement encore un faible pourcentage – mais des portraits de femmes qui, même lorsqu’elles sont réalisées par des hommes, révèlent une sensibilité nouvelle. C’est peut-être un signe que les récentes controverses, déclenchées par les mouvements de réaction aux faux-fuyants masculins dans toutes les sphères de la société, ont commencé à laisser une trace dans la conscience collective. L’autre événement intéressant se retrouve dans les films dédiés à la reconstitution méticuleuse et documentée d’événements de l’histoire récente ou passée, avec une volonté claire et précise d’actualiser des événements autrement destinés à être oubliés ou, pire, déformés par de mauvais exercices de mémoire orale. Un exemple extraordinaire en est le film de Marco Bellocchio, Il traditore (Le Traître), et bien d’autres vont émerger du programme de la Mostra de Venise de cette année. Que dans tous ces cas, l’intérêt ne soit pas seulement et exclusivement historique, mais qu’il révèle une volonté de réfléchir et de faire réfléchir les gens sur le présent, semble tout à fait évident. Une autre récurrence est offerte par le retour (sinon par la présence désormais constante, depuis quelques années) d’un cinéma du réel qui, au lieu d’être tenté par des évasions dans des univers parallèles ou purement imaginaires, choisit d’affronter les problèmes du présent, sans nécessairement tomber dans les pièges de la chronique pure et simple.

Pour Alberto Barbera, l’avenir du septième art réside dans le cinéma d’auteur :

Mais cette année, ce ne sont pas les films classiques (thriller, guerre, animation) qui manquent, signe qu’aujourd’hui encore, le cinéma ne peut se passer des béquilles que les codes et les conventions offrent à ceux qui se proposent de toucher un public plus large que celui du cinéma d’auteur est capable d’atteindre.

La volonté de la Mostra de porter une attention particulière aux œuvres méconnues, voire insoupçonnées qui seront visibles au Lido pour les professionnels, la presse et les cinéphiles, toujours bienvenus à la Mostra et ayant accès, à un jour près, aux mêmes projections que la presse :

Les spectateurs du Festival auront le plaisir d’avoir un programme éclectique et articulé, qui ne néglige aucun continent cinématographique, et où le nombre de nouveaux venus et de réalisateurs en attente de succès dépasse largement celui des auteurs les plus connus et consacrés. Signe de la volonté de réaffirmer une vocation de soutien aux œuvres méconnues, et d’offrir une visibilité à ce cinéma qui, des marges où il est confiné, s’efforce d’émerger et de se faire connaître. L’espoir est que l’expérience de la Mostra de Venise de cette année nous permette de sortir un peu rassurés de l’avenir qui nous attend, et beaucoup moins inquiets de ce qui apparaît comme une dérive irrépressible. Comme on dit, n’attendez rien, mais soyez ouverts à tout, car l’art doit être fait pour donner du plaisir et de la reconnaissance, pas de l’ennui et de l’intimidation.

Firouz E. Pillet, Venise

www.labiennale.org

© j:mag Tous droits réservés

 

Firouz Pillet

Journaliste RP / Journalist (basée à Genève)

Firouz Pillet has 423 posts and counting. See all posts by Firouz Pillet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*