Pessac 2021 : Jacques Tati, tombé de la lune, de Jean-Baptiste Péretié, fait revivre l’homme, l’artiste et son art

Le documentaire de Jean-Baptiste Péretié se penche avec minutie sur le cinéma et sur un de ses réalisateurs emblématiques des années cinquante, soixante et septante : Jacques Tati. Le documentariste suit, à grand renfort d’images d’archives, la vie artistique de Jacques Tati, de ses débuts dans le music-hall à ses derniers feux. Ce premier long métrage, de Jean-Baptiste Péretié, n’a pas vu le jour si facilement puisqu’il a fallu à son auteur une année entière pour trouver un distributeur.

Jacques Tati, tombé de la lune de Jean-Baptiste Péretié
Image courtoisie Festival international du Film d’Histoire de Pessac

Comme le souligne le titre du documentaire, Jean-Baptiste Péretié élabore un personnage lunaire, à l’allure et aux attitudes reconnaissables entre toutes, Monsieur Hulot qui incarne un chapitre de l’Histoire du cinéma à lui tout seul. Dans ses films, Jacques Tati a pour marque de fabrique une apparente absence de dialogues mais son personnage fétiche exprime énormément par ses attitudes facétieuses et sa maladresse que le réalisateur met un point d’honneur à incarner. Le documentaire met en relief combien Jacques Tati apporte beaucoup d’importance aux bandes-son qu’il peaufine avec méticulosité pour ses films réalisés dans l’Hexagone comme pour leur version anglophones, destinées au public anglais d’abord, puis américain, qui lui réserve un accueil enthousiaste.

Jean-Baptiste Péretié, a choisi de suivre le parcours chronologique de Jacques Tati, rappelant ses origines multiples – franco-russe et italo-néerlandaise -, son début de carrière tardif, au lendemain de la guerre, alors qu’il entame le tournage de son premier long métrage Jour de fête, ses sources d’inspiration – sa folle ascension et sa chute. Soulignant combien Tati était « visionnaire, non des technologies elles-mêmes mais de l’usage que l’on en faisait », ce documentaire richement pourvu en images d’archives, souligne que le réalisateur a tout investi dans ses films, allant jusqu’à hypothéquer sa maison pour faire face aux exigences des banquiers qui saisissent un objectif en plein tournage.
Malgré ses difficultés financières, alignant les gags et les facéties, Jacques Tati se lance à corps perdu dans un projet gargantuesque, tentaculaire, doté d’un décor gigantesque et dont le tournage s’étale sur trois ans. Si l’art, le parcours et la personne de Jacques tati sont bien connus, le documentaire de Jean-Baptiste Péretié ne se contente pas de retracer la carrière et la biographie de l’artiste mais pousse la réflexion plus loin que la simple présentation de ses films. Grâce à une collaboration fructueuse des héritiers de Jacques Tati, Jean-Baptiste Péretié réussit la gageure de proposer une lecture novatrice, à la fois chronologique et sémantique de l’œuvre du cinéaste et de ses intentions artistiques.

Alternant des séquences de films de Jacques Tati avec des images d’archives, les interviews du cinéaste rencontré à différents moments de sa carrière Jacques Tati, tombé de la lune permet de constater à quel point le cinéaste était un homme-orchestre, assumant de multiples tâches, lui qui, à ses débuts, était comédien, mime, clown, le suivant dans sa carrière de réalisateur, scrutant sa méthodologie basée sur une observation scrupuleuse des personnes, des situations et du fonctionnement de nos sociétés.

La collaboration de Jean-Baptiste Péretié avec « Les films de mon Oncle » lui a permis d’accéder à des documents et des extraits exceptionnels qui ravivent des souvenirs magiques qui appartiennent désormais à l’histoire du cinéma et à la mémoire collective, montrant le cinéaste alors qu’il reçoit ses prix remportés à Cannes ou à Hollywood.

Toutes les générations seront portées par ce documentaire captivant, de ceux qui ont vu les films de Jacques Tati dans leur enfance ou le public plus jeune qui en découvriraient l’œuvre par le truchement de ce film exhaustif sur ce personnage pittoresque, charismatique et émouvant.

Jean-Baptiste Péretié, auteur-réalisateur de documentaires, il a notamment signé : Moi, Candidat (2017), le théâtre des campagnes présidentielles françaises, raconté par dix-huit anciens candidats ; La Liberté guidant les peintres (2016), de David à Monet, des artistes face au pouvoir ; Buster Keaton, un génie brisé par Hollywood (2016), l’histoire du combat entre un artiste et la machine hollywoodienne ; French bashing ! (2015), une comédie politique et culturelle sur l’art anglo-saxon de taper sur les Français.

Jacques Tati, tombé de la lune concourt pour décrocher le Prix Documentaire Histoire du Cinéma.

Firouz E. Pillet

www.cinema-festival-histoire.com

© j:mag Tous droits réservés

Firouz Pillet

Journaliste RP / Journalist (basée à Genève)

Firouz Pillet has 593 posts and counting. See all posts by Firouz Pillet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*