Cannes 2017 – La novia del desierto (La fiancée du désert) représente l’Argentine en compétition dans Un Certain Regard

Premier long métrage des Argentines Cecilia Atan et Valeria Pivato, La novia del desierto a été filmé à San Juan et Buenos Aires, porté par l’actrice chilienne Paulina García (qui avait reçu l’Ours d’argent de la meilleure actrice à la Berlinale 2013 pour son rôle dans Gloria de Sebastián Lelio, ndlr) qui incarne Teresa, une femme de cinquante-quatre ans qui travaille comme domestique de maison dans une famille aisée à Buenos Aires. Pendant des décennies, Teresa se réfugie dans la routine de son travail mais maintenant, après la décision de la famille de vendre la maison et après des années de bons et loyaux services, Teresa voit sa vie partir à la dérive. Sans alternatives, elle accepte une offre d’emploi à San Juan, dans une région aride de l’Argentine, au Sud de la Buenos Aires.

La Novia del Desierto (La Fiancée du désert) de Cecilia Atan et Valeria Pinato

Entamant ce voyage vers l’inconnu, Teresa se rend sans défiance vers ses nouveaux employeurs, se remettant à la volonté de l’imprévisible. Suivant le périple de Teresa, la caméra de Cecilia Atan et Valeria Pivato entraîne les spectateurs dans un road-movie empli de personnes rocambolesques et truculentes. Lors de son premier arrêt au sanctuaire de la Sainte défunte Correa (La Difunta Correa est une figure mythique en Argentine pour laquelle beaucoup d’Argentins vouent une extrême dévotion; elle dispose d’un sanctuaire dans la ville de Vallecito dans la province de San Juan, où des milliers de pèlerins et de fidèles se rendent pur honorer, vénérer et remercier  la Sainte Correa, très populaire en Argentine), Teresa a perdu son sac qui contenait ses seules possessions et ses maigres économies. Cet accident inattendu amène Teresa à traverser le désert aux côtés du Gringo, un forain, marchand ambulant, qui lui servira de guide lors de ce voyage dans l’inconnu tant géographysique que métaphysique et sensoriel.

Cet incident impromptu sera l’occasion pour Teresa de s’ouvrir aux imprévus et d’accepter une invitation à découvrir et à se découvrir de manière irréversible.

Sans prétention, le tandem de réalisatrices élabore leur premier film à partir des histoires de vie simple de petites gens ordinaires auxquelles les spectateurs peuvent s’identifier, ou, en tous les cas, éprouver de l’empathie.

La novia del desierto, tragicomédie sur une deuxième chance possible dans la vie, se nourrit des éléments du road movie mais séduit surtout par la présence de l’actrice chilienne Paulina García et la présence de l’Argentin Claudio Rissi,

Les cinéastes font de la géographie de cette zone aride, mis en valeur par la photographie (qui n’est pas sans rappeler les films de Carlos Sorín) colorée du Chilien Sergio Armstrong, un protagoniste à part entière et le point de jubilation du récit. Par touches picturales, délicates, ce film distille une émotion poétique à travers des thèmes universels comme la rédemption et la possibilité de trouver l’amour quand  il n’y a plus aucune lueur d’espoir.

On pourrait penser que La fiancée du désert comme un petit film tant par son ambitions et par sa durée de seulement septante-huit minutes, mais sa simplicité cache une maîtrise de direction d’acteurs et une qualité de mise en scène plutôt rares dans l’univers des premières œuvres.

Lors de la présentation cannoise, le film a été accueilli par des applaudissements nourris. Le film a séduit un distributeur zurichois et sera distribué en Suisse.

Firouz Pillet, Cannes

© j:mag Tous droits réservés

Firouz Pillet

Journaliste RP / Journalist (basée à Genève)

Firouz Pillet has 215 posts and counting. See all posts by Firouz Pillet

Une pensée sur “Cannes 2017 – La novia del desierto (La fiancée du désert) représente l’Argentine en compétition dans Un Certain Regard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*