Cannes 2018 : le Maroc est représenté à Cannes avec «Sofia» de Meryem Benm’Barek

La jeune cinéaste franco-marocaine Meyem Benm’Barek s’est vue sélectionnée son premier long métrage, Sofia, projeté à Cannes dans la catégorie Un certain regard. Le film s’ouvre sur un article de loi appliquée au Maroc qui interdit toute relation hors mariage entre hommes et femmes. Si une femme célibataire se retrouve enceinte, elle est condamnée à la prison. En 2015, le court métrage de Meryem Benm’Bare, Jennah, avait été sélectionné aux Oscars. Avec ce premier long métrage, la cinéaste permet aux public international de voir la réalité du Maroc à travers la lunette axée sur le combat des femmes.
(…)

Lire la suite

Cannes 2018 : Valeria Golino revient sur la Croisette en tant que réalisatrice avec « Euforia »

Valeria Golino a réuni une magnifique palette d’acteurs autour d’elle dont son amoureux, Riccardo Scamarcio, et l’acteur-réalisateur et producteur Valerio Mastandrea, mais encore Jasmine Pinté, Valentina Cerfs et Isabella Ferrari.
À cinq ans des applaudissements reçus au Festival de Cannes avec son début à la régie, avec Miele, Valeria Golino est revenue dans la section Un Certain Regard avec son second film Euforia. Elle s’est donc entourée d’acteurs qui, pour elle, « sont un peu aussi sa famille » et le climat d’affection se perçoit à l’écran. D’ailleurs, durant le photocall cannois, l’équipe échangeait des sourires, des plaisanteries et des embrassades.
Ce film, présenté au 71ème Festival de Cannes, dans la section Un Certain Regard, confirme le talent indubitable de Valerio Golino comme réalisatrice.
(…)

Lire la suite

Cannes 2018 – Un certain regard : «Girl», le premier long métrage du réalisateur flamand Lukas Dhont, brosse le portrait sensible d’une adolescente en pleine mutation

Lukas Dhont, dont le film a suscite de vives et longues ovations, que ce soit lors de la présentation officielle ce jeudi, ou lors de la projection de presse ce samedi matin, a été une belle surprise dans la sélection d’Un certain Regard. Les cris enthousiastes et les applaudissements ont duré plus d’une demi-heure.
(…)
Abordant le sujet délicat du changement de genre en pleine adolescence, le film saisit avec justesse et délicatesse les affres auxquels est confrontée Lara, seize ans, née garçon mais qui se sent et se sait fille, nourrissant le rêve de devenir danseuse étoile.
(…)

Lire la suite

Cannes 2018 : « Mon tissu préféré », premier long métrage de Gaya Jiji, sème le trouble entre amours fantasmées et réalité politique de la Syrie à la veille de la guerre

Damas, mars 2011. Nahla est une jeune femme célibataire qui mène une vie morne dans une banlieue de la capitale syrienne, aux côtés de sa mère, dépressive depuis que son mari l’a quittée, et ses deux sœurs, Myriam et Line. Elle passe ses journées comme vendeuse dans une échoppe d’habits où sa collègue et amie la pousse à se marier pour partir à l’étranger. Le jour où on lui présente Samir, un expatrié Syrien en provenance des États-Unis à la recherche d’une épouse, « du pays », elle rêve d’une vie meilleure. Mais tout ne se passe pas comme prévu. Contre toute attente, il décide de se marier à sa cadette, Myriam.
(…)

Lire la suite

Cannes 2018 : Antoine Desrosières revient sur la Croisette avec une prétendue comédie, « A genoux les gars », ou le récit d’un viol orchestré et contractuel

Dix-huit ans après son dernier long métrage de fiction cinématographique (Banqueroute en 2000 qui était son second opus après A belle étoile en 1993), le cinéaste français Antoine Desrosières fait son retour en pleine lumière avec la première mondiale, dans la section Un certain regard, avec A genoux les gars.
(…)
Le film, présenté dans la section Un Certain Regard cet après-midi, n’a su convaincre que la presse hexagonale, laissant les journalistes de la presse internationale dépités, voire consternés devant un sujet aussi épineux que le viol, traité ici avec une telle désinvolture.

Lire la suite

Cannes 2018 : les temps forts de cette 71ème édition

L’ouverture de la septante-unième édition du Festival de Cannes est imminente : anticipé d’un jour cette année, le plus convoité des festivals du septième art verra affluer les professionnels – exploitants, distributeurs, journalistes, distributeurs – le 7 mai alors que l’ouverture officielle et la première montée des marches aura lieu le 8 mai.

Pour cette édition 2018, vingt-et-un longs-métrages sont en lice dans la compétition officielle dont l’un d’eux sera sacré le 19 mai au soir par la fameuse Palme d’or.

Thierry Frémaux et Pierre Lescure ont dévoilé une sélection officielle audacieuse et surprenante, en avril dernier, pour la 71ème édition du Festival de Cannes : cette compétition officielle comporte des retours, des surprises, de jeunes premiers.
(…)

Lire la suite

[Audio – Español] : Cecilia Atán, Valeria Picato et Paulina García pour la sortie romande de La novia del desierto

Présenté au Festival de Cannes 2017 dans la section Un certain regard, le film de Cecilia Atán, Valeria Picato, La fiancée du désert, est sorti sur les écrans suisses. A cette occasion, nous avons rencontré les deux réalisatrices et l’actrice principale du film, Paulina García. Voici les entretiens en langue originale espagnole, un résumé en français suivra sous peu. En attendant, vous pouvez lire notre critique parue lors du festival: La novia del desierto (La fiancée du désert) représente l’Argentine en compétition dans Un Certain Regard
(…)

Lire la suite

Cannes 2017 – L’amant double ou la gémellité psychanalysée par François Ozon

Présenté ce vendredi 26 mai dans la section Un certain Regard, le dernier film de François Ozon était très attendu. Pour les inconditionnels du cinéaste français, L’amant double a surpris et décontenancé, laissant à de nombreux festivaliers un sentiment mitigé tant le contenu du film semble avoir été déjà vu moult fois au cinéma.
(…)

Lire la suite

Cannes 2017 – La novia del desierto (La fiancée du désert) représente l’Argentine en compétition dans Un Certain Regard

Premier long métrage des Argentines Cecilia Atan et Valeria Pivato, La novia del desierto a été filmé à San Juan et Buenos Aires, porté par l’actrice chilienne Paulina García (qui avait reçu l’Ours d’argent de la meilleure actrice à la Berlinale 2013 pour son rôle dans Gloria de Sebastián Lelio, ndlr) qui incarne Teresa, une femme de cinquante-quatre ans qui travaille comme domestique de maison dans une famille aisée à Buenos Aires. Pendant des décennies, Teresa se réfugie dans la routine de son travail mais maintenant, après la décision de la famille de vendre la maison et après des années de bons et loyaux services, Teresa voit sa vie partir à la dérive. Sans alternatives, elle accepte une offre d’emploi à San Juan, dans une région aride de l’Argentine, au Sud de la Buenos Aires.
(…)

Lire la suite

Cannes 2017 – Sanpo suru shinryakusha : la fin du monde selon Kiyoshi Kurosawa

Sanpo suru shinryakusha (Before we Vanish), qui concourt dans Un certain Regard, est l’œuvre du réalisateur japonais connu pour ses nombreuses contributions au genre d’horreur nippon. Pour les cinéphiles qui assimileraient Kiyoshi Kurosawa à Akira Kurosawa, sachez que ce cinéaste, qui multiplie les casquettes puisqu’il est aussi scénariste, critique de cinéma et professeur à l’Université des arts de Tokyo, n’est pas lié à on homonyme … Et c’est bien regrettable !
(…)

Lire la suite