La Haggadah de Sarajevo traduite en français

Inscrite au Registre de la mémoire du monde de l’Unesco depuis 2017, la Haggadah de Sarajevo est un des textes les plus connus et importants du patrimoine juif, historique, religieux et culturel ; il est maintenant accessible au public francophone !

— Dans la Haggadah de Sarajevo, les herbes amères sont représentées comme un artichaut
Image Wikimedia Commons

Le manuscrit de l’héritage juif

D’abord disponible en anglais et en langues locales, bosnien, croate, monténégrin et serbe, le coffret intitulé La Haggadah de Sarajevo, histoire et art, traduite par Delila Dizdarević fut présenté récemment au Musée National de Bosnie-Herzégovine. Son directeur, Mirsad Sijaric a invité pour l’occasion la maire de Sarajevo, Benjamina Karić, l’ambassadrice de France Christine Toudic et Sinisa Sesun, cheffe du bureau régional de l’Unesco! Ensemble, ils ont assuré la promotion du précieux coffret.

Sa propre histoire a été très mouvementée et surprenante! Caché par les employés du Musée National pendant l’occupation nazie ; elle illustre parfaitement le célèbre « esprit sarajevien » à travers le courage et la solidarité des citoyens qui l’ont sauvegardé, surtout un d’eux, le bibliothécaire érudit Dervis Korkut, Juste parmi les nations, qui a agi par humanité, l’amour d’autrui, ainsi que du respect de tous les peuples et toutes les cultures!

La promotion a uni des politiques de différents bords, des représentants de la société civile et le soutien français avec celui de l’Unesco, rassemblés pour la mise en valeur d’un manuscrit de l’héritage juif de Bosnie-Herzégovine, au-delà des frontières ! L’événement fait partie du projet démarré six ans auparavant, sous le titre: Haggadah se rapproche de vous !

Réalisé au nord de l’Espagne, plus exactement au Royaume d’Aragon, le manuscrit enluminé en hébreux date du XIVe siècle et fait partie du patrimoine national de Bosnie-Herzégovine. Il n’y a pas de données vérifiés sur son arrivée à Sarajevo, mais il apparait qu’un certain Josef Cohen dont la famille a été chassée d’Espagne par l’Inquisition, a voulu la vendre en 1894 à la Benevolencija, l’association culturelle juive. Mais les officiels ont trouvé le manuscrit très cher et il est devenu la propriété du Musée National, pour 150 couronnes (un peu plus de 1500 euros). L’ouvrage fut authentifié par des historiens d’art viennois. Julius von Schlosser a publié le verdict, toujours disponible aux curieux.  La Haggadah de Sarajevo est le premier manuscrit juif, publié en fac-similé.

Djenana Mujadzic

© j:mag Tous droits réservés

Djenana Mujadzic

Rédactrice / Reporter (basée à Paris)

Djenana Mujadzic has 98 posts and counting. See all posts by Djenana Mujadzic

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*