Madame, un film de Stéphane Riethauser sous forme de confessions intimes à sa grand-mère disparue – sur les écrans romands

Madame, c’est Caroline, la grand-mère de Stéphane Riethauser. Une vieille dame dont on devine dès les premières images qu’elle cache, derrière sa coquette mise en pli et ses manières bourgeoises, une rare force de caractère et un vécu difficile.
Avec sa grand-mère,  Stéphane Riethauser a partagé une immense complicité, des moments tendres et des confidences sur leur parcours respectifs, étant chacun à leur époque « différent », hors des jalons tout tracés que la société a prévus pour eux. Leur relation est au cœur du film : un double autoportrait dans lequel la matriarche et son petit-fils cinéaste se confient l’un à l’autre.

Madame de Stéphane Riethauser
Image courtoisie Lambda Prod

La grand-mère de Stéphane Riethauser a perçu très tôt cette sensibilité si particulière, cette finesse et cette touche artistique chez son petit-fils; pourtant, le cinéaste n’a jamais osé lui avouer de son vivant son homosexualité. Il lui a fallu ce film-confession pour qu’il lui dise ouvertement ce qu’elle avait sans doute perçu. En voix off, le cinéaste commente les images de son enfance où il crapahute dans le jardin familial … « Grâce à ce petit membre qu’il possède entre les jambes », il se doit d’être le digne héritier de la famille, celui qui procréera et perpétuera la lignée familiale. Du moins, c’est ce que le père du cinéaste attend de lui. Les archives familiales, d’une grande richesse, ne servent alors pas seulement de support à une matière d’une captivante saga familiale, mais surtout, par le truchement de ce film, à créer un dialogue tendre, savoureux et riche entre le cinéaste avec lui-même, avec sa grand-mère, et avec certains membres de sa famille dont ce père de famille qui apparaît traditionnel et machiste à travers un petit film qu’il a réalisé dans la petite enfance de Stéphane Riethauser : un film qui montre la mère de famille au fourneau et surtout aux petits soins pour son époux, garant de l’unique salaire et donc de la vie de la famille. Un lourd héritage pour Stéphane Riethauser qui se sent « différent » dès son plus jeune âge sans savoir de quoi il en retourne et comment définir son ressenti. D’ailleurs, on suit de manière chronologique l’enfance, puis l’adolescence de Stéphane Riethauserà travers ses premiers émois.

Madame de Stéphane Riethauser
Image courtoisie Lambda Prod

Le cinéaste commente les images en voix off, pointant les écueils de cette société bourgeoise dans laquelle sa famille évolue et où il a grandi. Dans ses échanges avec sa grand-mère, on découvre la destinée incroyablement avant-gardiste de cette femme contrainte à épousé un homme qu’elle n’aime pas et qui relate sa nuit de noces comme un viol puisqu’on ne lui avait rien révélé de la vie, encore de la sexualité.

Le montage de ces images d’archives familiales a dû être ardu. Le résultat est très convaincant, donnant une chronique familiale plaisante et convaincante. A travers ces images et ces confrontations,

le film trouve sa puissance subversive en déconstruisant un par un, avec une nécessaire sincérité, les clichés de genre qui enferment chacun dans un rôle

comme le souligne Céline Guénot dans la présentation du film au Festival Visions du Réel 2019 à Nyon.

Cet itinéraire d’un homme au travers de ses confidences avec sa grand-mère, celle avec laquelle il était le plus proche et que l’on entend appelé le cinéaste à Berlin – où il vit -, en lui laissant des messages sur son répondeur, semble avoir été libérateur Stéphane Riethauser qui parvient, par ce biais, à se libérer des lourdes attentes familiales à son égard et par là-même du carcan d’une société patriarcale qui compartimente les gens et ne laisse guère de place pour ceux qui se démarquent du lot.

 

Madame, présenté dans la section Panorama Suisse au Festival de Locarno 2019 et est encore à voir sur les écrans de Suisse romand.

Firouz E. Pillet

© j:mag Tous droits réservés

Firouz Pillet

Journaliste RP / Journalist (basée à Genève)

Firouz Pillet has 370 posts and counting. See all posts by Firouz Pillet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*