Salon du livre de Genève 2018: le Prix Ahmadou Kourouma 2018 est attribué à Wilfried N’Sondé

Dédié à la mémoire de l’écrivain ivoirien Ahmadou Kourouma, le Prix littéraire éponyme, octroyé dans le cadre du Salon africain qui se tient au sein du Salon du livre de Genève, a été décerné à l’écrivain congolais Wilfried N’Sondé pour son roman Un océan, deux mers, trois continents (Actes Sud).

— Wilfried N’Sondé
© Pierre Albouy – Image courtoisie du Salon du livre de Genève

Roman d’aventures et récit de formation, Un océan, deux mers, trois continents plonge Nsaku Ne Vunda, prêtre méconnu de l’Histoire et véritable Candide africain armé d’une inépuisable compassion, dans une série de péripéties qui vont mettre à mal sa foi en Dieu et en l’homme. Né vers 1583 sur les rives du fleuve Kongo, orphelin élevé dans le respect des ancêtres et des traditions, éduqué par les missionnaires, Nsaku Ne Vunda est chargé par le roi des Bakongos de devenir son ambassadeur auprès du pape. En faisant ses adieux à son Kongo natal, le jeune prêtre ignore que le long voyage censé le mener à Rome va passer par le Nouveau Monde, et que le bateau sur lequel il s’apprête à embarquer est chargé d’esclaves… Tout d’ardeur poétique et de sincérité généreuse, Wilfried N’Sondé signe un ébouriffant plaidoyer pour la tolérance qui exalte les nécessaires vertus de l’égalité, de la fraternité et de l’espérance.

Né en 1968 à Brazzaville, Wilfried N’Sondé a fait des études de sciences politiques à Paris avant de partir vivre à Berlin où il est resté vingt-cinq ans. Il habite désormais à Paris. En 2016 il a enseigné la littérature à l’université de Berne en tant que professeur invité. Musicien et auteur de chansons, il se produit régulièrement en duo avec son frère Serge N’Sondé en France et en Allemagne. Écrivain, il publie son œuvre aux éditions Actes Sud, et ses romans sont traduits aux États-Unis et en Italie. En 2007 le Prix des cinq continents de la francophonie et le Prix Senghor de la création littéraire lui sont remis pour son livre Le cœur des enfants léopards. Il signe ensuite Le Silence des esprits en 2010 puis Fleur de béton en 2012. La même année, il participe au Manifeste pour l’hospitalité des langues (Editions la Passe du vent) avec Henriette Walter, Boualem Sansal, Jean-Luc Raharimanana et Patrice Meyer-Bisch. Son avant-dernier roman, Berlinoise, paraît en 2015.

Le Salon du livre de Genève se tient jusqu’au 29 avril 2018: www.salondulivre.ch

© j:mag Tous droits réservés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*