Scandale tripartite autour d’une icône ukrainienne

Pendant une visite en Bosnie-Herzégovine en décembre dernier où il fut d’abord reçu par le leader des Serbes, l’orthodoxe Milorad Dodik, le ministre russe des Affaires étrangères est devenu propriétaire d’une très ancienne icône dorée.
L’ambassade d’Ukraine a demandé immédiatement des explications à la ministre des Affaires étrangères, la bosno-croate Bisera Turkovic qui s’est dite prête à collaborer étroitement avec eux et découvrir la vérité sur l’origine du précieux cadeau. En voyant le sceau au dos de l’icône, les membres de l’ambassade ont compris qu’il s’agit d’une valeur ukrainienne de la région de Lougansk, vieille de 300 ans, faisant partie de l’ héritage culturel et historique du pays.

— L’icône et son sceau

Très sensibilisée et touchée par “l’affaire”, l’Église ukrainienne s’est aussitôt manifestée par la voix de l’évêque métropolite Épiphane qui a caractérisé l’événement comme étant un grand et véritable scandale international. Il a ajouté qu’il s’agit d’un “geste politique” envers Russie, car l’icône vient d’un territoire, actuellement, occupé par les Russes. Métropolite juge irresponsable la réaction du Ministère des Affaires étrangères du “Grand frère”, qui doit dénoncer de pareils trafics au monde entier. Épiphane insiste sur le respect mutuel des nations et des peuples, qui doivent s’entraider.

L’Ukraine a envoyé une note officielle au gouvernement bosno-herzégovinien, demandant des informations sur l’icône dorée, vieille de 300 ans, offerte par le Président bosnien, représentant des orthodoxes Milorad Dodik au ministre Sergueï Lavrov. Mais le cabinet de Dodik, un nationaliste reconnu, n’a pas répondu aux observations des responsables ukrainiennes, ainsi que son parti SNSD. Ils n’ont pas trouvé nécessaire de réagir publiquement aux accusations. Le leader serbe de Bosnie-Herzégovine, Milorad Dodik a porté longtemps un surnom ambigu : Milé Ronhill, a cause de sa supposée implication dans le trafic des cigarettes qui fleurissait dans plusieurs régions de l’Europe du sud-est, peu avant la guerre fratricide du début des années 1990.
Actuellement malade du Covid-19, ce membre de la Présidence rotative de Bosnie-Herzègovine qui la préside en ce moment, est alité pour éviter à répondre aux nombreuses questions, surtout après la décision de gouvernement russe de rendre l’icône qui a été déposée à l’ambassade de Bosnie à Moscou. Mais personne ne sait ou elle est maintenant. L’Ukraine a fait de ce sujet une actualité permanente et importante et le cabinet de Dodik a essayé d’expliquer à l’opinion publique qu’il s’agit d’un héritage familial de Milorad Dodik, qui n’a pas de cousins en Ukraine.

Djenana Mujadzic

© j:mag Tous droits réservés

Djenana Mujadzic

Rédactrice / Reporter (basée à Paris)

Djenana Mujadzic has 71 posts and counting. See all posts by Djenana Mujadzic

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*