FIFF 2019 : Les héros ne meurent jamais, de Aude-Léa Rapin, replonge les festivaliers de Namur dans la terre en Bosnie-Herzégovine et ses spectres

Dans une rue de Paris, un inconnu interpelle violemment Joachim en le nommant Zoran et croit reconnaitre en lui un soldat mort en Bosnie le 21 août 1983. Or, le 21 août 1983 est le jour même de la naissance de Joachim ! Alors qu’il raconte cet incident à une amie, Alice (Adèle Haenel), le filme dans un studio parisien.
(…)

Lire la suite

25e Sarajevo Film Festival du 16 au 23 août 2019

Le Sarajevo Film Festival a fixé rendez-vous au public et aux  professionnels entre 16 et 23 août 2019. En cette année jubilatoire, la manifestation s’organise sous le patronage de l’Unesco. Sa directrice, Audrey Azoulay, souligne que la manifestation sarajevienne partage avec l’institution internationale qu’elle dirige les mêmes valeurs : la promotion du dialogue et de tolérance par l’art!
(…)

Lire la suite

Le Warm Film Festival de Sarajevo consacré aux conflits mondiaux

La cinquième édition du Warm Film Festival s’est tenue à Sarajevo de 10 à 13 juillet, organisé par la Warm Fondation, l’ambassade de France et et le Sarajevo Film Festival (SFF). Ce festival présente des films inédits, consacré aux conflits mondiaux.
Rémy Ourdan, journaliste au quotidien parisien Le Monde, qui a couvert le Siège de Sarajevo mais aussi séjourné au Rwanda, en Sierra Léone ou en République centrafricaine, avait organisé pour le 20 anniversaire du Siège, une réunion nommée Sarajevo 2012 en présence de nombreux correspondants qui ont suivi les tristes événements survenus durant les conflits fratricides des Slaves du sud. Ce rassemblement fut la base de la Fondation Warm qui, 9 mois plus tard, a créé le festival, pour marquer le 100e anniversaire de début de Grande Guerre. Parmi les invités, le caricaturiste français Plantu, le cinéaste allemand  Marcel Mettelsiefen, son collègue syrien Ossama Mohammed,  le photojournaliste Camille Lepage, tuée un mois après, en Afrique.
(…)

Lire la suite

Nihad Kresevljakovic, directeur du Festival International de Théâtre MESS de Sarajevo, lauréat du Prix Kairos 2019

Le directeur du Festival International de Théâtre MESS, le Sarajevien Nihad Kresevljakovic, est le lauréat de prix Kairos 2019, destiné à ceux qui oeuvrent pour la culture européenne : producteurs, galeristes, metteurs en scène, directeurs d’institutions artistiques et culturelles, en faisant les liens entre  habitants du vieux continent. Son nom, le prix le doit au dieu grec Kairos, celui du « vrai moment »; son but est de promouvoir et encourager des personnes capables de faire avancer grâce à la créativité et la culture la compréhension entre les peuples. 
(…)

Lire la suite

Art abstrait – Le Salon Réalités Nouvelles

Venus du monde entier 400 artistes ont présenté chacun une œuvre lors du dernier Salon Réalités Nouvelles qui s’est déroulé dans la dernière semaine d’octobre: dessin, peinture, sculpture ou photographie. Dans la section intitulé Art et Sciences sept artistes californiens ont montré leur savoir faire. Didier Mencoboni de l’ENSA Bourges, a obtenu cette année la carte blanche, pour ses abstractions.
(…)

Lire la suite

Le côté ensoleillé de la Fédération de Bosnie-Herzégovine 2018

Pour rafraîchir et améliorer le tourisme culturel de Bosnie-Herzégovine deux institutions ont uni leurs efforts et savoir-faire en créant la sortie de « personnages historiques » dans les rues de la capitale.

Ville martyre, Sarajevo est actuellement une destination très attractive, visitée ces dernières années par un nombre considérable de touristes et curieux du monde entier. Le projet intitulé Le côté ensoleillé de la Fédération de Bosnie-Herzégovine 2018 semble s’inscrire dans le souhait des autorités et acteurs culturels de la région d’offrir aux visiteurs une meilleure image de Sarajevo! Cette action a été imaginée et élaborée par le Centre d’Art Obala et l’agence PRimera de Mostar avec le soutien du Ministère du tourisme et de l’environnement.
(…)

Lire la suite

Avignon OFF 2018: Mirad, un garçon de Bosnie, du dramaturge hollandais Ad de Bont – Rencontre avec le metteur en scène Christophe Laluque

Écrite durant la dernière guerre balkanique, au début des années 1990, la pièce a été montré une vingtaine de fois aux Pays Bas, en Allemagne et même à Oxford ou le très célèbre comédien britannique oscarisé Jeremy Irons a interprété le rôle d’oncle Djuka, un journaliste bosnien, exilé en France. Par la suite l’acteur a réalisé le téléfilm du même titre.

Après Grégoire Ingold, Sarah Maton, Stanislas Nordey, Gilles Lefeuvre et de nombreux autres metteurs en scène, Christophe Laluque directeur de L’Amin, le théâtre de Grigny (Essonne), a monté le drame du Néerlandais Ad de Bont Mirad un garçon de Bosnie au théâtre parisien Dunois au début du mois, en attendant l’avant-première avignonaise qui aura lieu le 19 juin au Théâtre Artéphile.

Traduit en plusieurs langues, le drame a été publié en France aux Éditions de l’Arche.
(…)
Mirad, un garçon de Bosnie sera présenté au théâtre Artéphile, situé au 7, rue du Bourg Neuf, du 6 au 29 juillet, tous les jours à 14h05, interprété par Serge Gaborieau (oncle Djuka), Chantal Lavalée (tante Fazila), Robin Francier (Mirad) et Céline Liger (sa mère Vérica).

Lire la suite

Le festival Sarajevo Sur Seine a attiré un nombreux public parisien

La revue des meilleurs documentaires du Sarajevo Film Festival a été présentée pour la troisième fois à Paris, dans la célèbre salle du Quartier Latin, Saint André des Arts, fondé par Roger Diamantis en 1971. Ce producteur et metteur en scène a reçu dans son cinéma d’Art et Essai les plus grands du septième art : Nagisha Oshima, Ken Loach, Wim Wenders, Stephen Fears, Mike Leight, Margueritte Duras, Raymond Depardon, Alain Cavalier ou Alain Tanner, entre autres. Se rappelant de lui, Frédéric Mitterrand a prononcé les mots justes :
(…)

Lire la suite

Marianne Marić : l’histoire inscrite sur les corps féminins

La galerie de la Filature de Mulhouse a exposé le travail de la photographe Marianne Maric sous le titre Les Filles de l’Est. Artiste alsacienne d’origine yougoslave connue pour son art de manipulation très humoristique, elle multiplie les pratiques photographique, unissant l’art classique avec la culture punk, l’inversion des symboles ou le froissement de projets de la mode contemporaine. L’artiste montre un érotisme élégant, attractif et voluptueux doté d’un jeu hors norme, sensuel et sophistiqué.
(…)

Lire la suite

Rencontre avec la cinéaste bosnienne Ines Tanović: Nous ne sommes pas privilégiées, nous réalisatrices d’ex-Yougoslavie!

Énergique et engagée, Inès Tanovic nous a raconté la très dure réalité des femmes cinéastes dans l’Europe du sud-est. Elle travaille actuellement sur son deuxième long métrage Le fils et espère le finir dans cinq ou six ans : « un délai relativement rapide en Bosnie-Herzégovine. » Rencontre.
(…)

Lire la suite