Sortie sur les écrans romands de Hive (Zgjoi), production Kosovo-Suisse multiprimée de Blerta Basholli

L’histoire que nous expose la jeune cinéaste kosovare Blerta Basholli est celle, réelle et bouleversante, de Fahrije Hoti (Yllka Gashi) dont le mari a disparu lors de la guerre du Kosovo, sept ans auparavant. Pétrie de chagrin, elle doit lutter au jour le jour pour subvenir aux besoins de ses deux enfants et de son beau-père (Çun Lajçi, célèbre artiste et militant Albanais du Kosovo) diminué physiquement. Elle s’occupe des ruches de son mari Agim, mais les abeilles ne produisent plus assez de miel. Face au manque de perspectives, elle décide de prendre son destin en main et convainc d’autres veuves et femmes de disparus de se lancer dans une petite entreprise communautaire (Krusha) de production et vente de ajvar, un condiment à base de poivrons rouges. Cette activité lucrative leur permet également de ne plus rester seules avec leurs problèmes, leur chagrin, de retrouver l’élan de la vie. Cette émancipation va très vite déplaire aux hommes du village pour lesquels une femme doit rester à la maison à s’occuper de ses enfants. Lorsque Fahrije leur demande si ce sont eux qui vont l’aider, aucune réponse. Le succès de l’entreprise attise l’hostilité des hommes qui font tout pour que cela se termine par un échec cuisant.

— Hive (Zgjoi) de Blerta Basholli
Image courtoisie AlvaFilm

(…)

La Première à Prishtina dans le cadre du festival international annuel PriFest, dans la salle pleine à craquer du Théâtre national, a soulevé une vague d’émotions collective comme rarement vue dans un cinéma : hommes et femmes, jeunes et plus âgés étaient en larmes, dans la salle comme sur la scène, lorsque le générique a pris fin et que toute l’équipe s’est présentée au public. S’il y avait eu quelqu’un.e, ce soir-là, qui aurait douté des vertus cathartiques du cinéma, l’immersion dans cette salle l’aurait définitivement convaincu.e !

(…)

Lire la critique complète faite par Malik Berkati, ainsi que l’interview de Blerta Basholli, lors du Prishtina International Film Festival 2021.

© j:mag Tous droits réservés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*