j:mag

lifestyle & responsible citizenship

Cinéma / KinoCulture / Kultur

Avec Interdit aux chiens et aux Italiens, Alain Ughetto se plonge dans la saga familiale tout en effectuant un magnifique travail de mémoire. Rencontre

Venu en Suisse présenter en avant-première son long métrage d’animation Interdit aux chiens et aux Italiens, Alain Ughetto s’est confié à notre micro sur l’histoire de ses grands-parents, émigrés piémontais en France, sur ses travaux de recherches effectués en amont, sur le travail avec les marionnettistes, sur ce que ce travail pour ce long métrage d’animation lui a apporté.

Interdit aux chiens et aux Italiens d’Alain Ughetto
®Les Films du Tambour de Soie

À la fin du XIXème siècle et au début du XXème siècle, dans le nord de l’Italie, dans le Piémont, précisément dans le petit village nommé Ughettera, vit la famille Ughetto dont le patronyme a donné le nom à ce lieu. La vie dans cette région étant devenue particulièrement dure, les Ughetto rêvent de tout recommencer à l’étranger et de partir vers « La Merica où les dollars se cueillent sur les branches des arbres ».

Luigi Ughetto, le grand-père du réalisateur, traverse alors les Alpes et entame une nouvelle vie en France, changeant à jamais le destin de sa famille. Son petit-fils, Alain, qui ne l’a jamais connu, a récolté les anecdotes auprès de sa grand-mère, Cesira (à laquelle Ariane Ascaride prête sa voix), de son père, de ses cousin.e.s, et retrace leur histoire dans ce long métrage captivant et coloré qui retrace des chapitres difficiles de l’histoire des émigrés italiens.

À travers Interdit aux chiens et aux Italiens, le public suit les pérégrinations de Luigi Ughetto et de ses frères qui laissent derrière eux leur village d’Ughettera, la terre des Ughetto dans leur Piémont natal, où ils ne parviennent plus à nourrir leurs familles, pour aller travailler au-delà des Alpes, en Provence. Luigi y posera son baluchon et, comme le rappelle Alain Ughetto, son parcours personnel est celui de centaines de milliers d’Italiens qui ont quitté leur patrie pour s’établir en France, en Suisse, en Belgique, entre autres. Alain Ughetto a convié des équipes suisses, belges, portugaises, françaises pour son long métrage, des pays où les émigrés italiens ont contribué à construire des ponts et des édifices comme à creuser des tunnels. On retrouve Luigi et ses frères dans celui du Simplon et la voix off du cinéaste, qui questionne tout au long du récit sa grand-mère Cesira sur le périple de ses ancêtres, commente que les ouvriers italiens étaient « durs à la besogne » et ne rechignaient devant aucun labeur, aussi ardu fut-il.

Avec Interdit aux chiens et aux Italiens, Alain Ughetto réalise un remarquable travail de mémoire, à la fois personnel et universel, retraçant un pan de la grande Histoire des Italiens entre XIXème et XXème siècles que l’on suit ici mobilisés pour aller combattre, pour l’Italie, durant la Première Guerre mondiale et pour aller coloniser la Libye, entassés dans des bateaux tel du bétail, dévorés par les poux et la vermine. Alain Ughetto a songé d’abord à un documentaire puis a opté pour les marionnettes, ce qui lui a permis de relater ces épisodes difficiles des guerres successives « sans être plombant ». Pour ce faire, le réalisateur a créé des personnages en pâte, qui emmènent le public dans un récit passionnant et attachant, sans aucun temps mort, ponctué par quelques images d’archives judicieusement choisies.

Quand le spectre du fascisme fait son apparition en Italie, on comprend que les Ughetto n’adhèrent guère à ce mouvement. Laissant femmes et enfants dans le Piémont, il est temps pour les hommes de la famille de repartir à nouveau travailler en France, pays qui s’empressera de naturaliser tous ces émigrés pour qu’ils combattent sous le drapeau tricolore contre leur propre pays. « De la chair à canons !», s’exclame le cinéaste. Un triste destin qui rappelle celui des tirailleurs sénégalais qui venaient de toutes les colonies françaises !

En se plongeant dans les témoignages familiaux sur la vie de ses grands-parents Luigi et Cesira, Alain Ughetto effectue un immense et important travail de mémoire, relaté avec une délicate émotion et une constante poésie, rendant un vibrant hommage aux ouvrier·ères italien·nes, des périples qui font écho à l’expérience de nombreux migrant·es en Europe. Alain Ughetto rend aussi hommage aux savoirs manuels de ces émigrés dont les entrepreneurs évaluaient les compétences avec des morceaux de sucre pour décider si ces hommes seraient contremaîtres ou ouvriers. Hors micro, Alain Ughetto souligne que la destinée des enfants était terrible : « proposés comme employés de maison ou des champs au marché de Barcelonnette, les enfants partaient pour plusieurs mois, souvent six mois, loin de leur famille, pour travailler en échange d’une somme donnée aux parents. Il n’était pas question d’aller à école et cela a donné des générations d’illettrés entre 1880 et 1930. Mais, d’après les témoignages récoltés, les enfants étaient contents d’avoir à manger chez leurs employeurs, contrairement à chez eux. »

Prix du Jury lors du Festival international du film d’animation d’Annecy 2022 et lauréat de l’European Animated Feature Film Award, Interdit aux chiens et aux Italiens ne cesse de récolter des prix et draine un public abondant comme nous le confie Alain Ughetto hors micro : « « A Chambéry, la file de spectatrices et de spectateurs était telle qu’ils ont décidé de projeter mon film dans quatre salles, soit à mille personnes. »

Ce lundi 25 septembre, au Cinema Bio, le public se presse dans la grande salle, complète. Avec modestie, le réalisateur, les yeux pétillants de joie, s’en réjouit. Avant d’aller présenter son film, le cinéaste ajoute : « Je suis heureux que mon film soit projeté dans des festivals du film d’histoire comme celui de Pessac l’année passée. Cela signifie que mon long métrage d’animation apporte une valeur historique. »

Rencontre audio avec Alain Ughetto sur la terrasse du Cinéma Bio avant l’avant-première de Interdit aux chiens et aux Italiens:

 

Firouz E. Pillet

j:mag Tous droits réservés

Firouz Pillet

Journaliste RP / Journalist (basée/based Genève)

Firouz Pillet has 987 posts and counting. See all posts by Firouz Pillet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*