FIFDH 2018 : Matar a Jesús, une fiction autobiographique – entretien avec la réalisatrice colombienne Laura Mora Ortega

Laura Mora Ortega, la réalisatrice de Matar a Jesús, se réjouit que son film soit sélectionné par FIFDH de Genève après le Festival de San Sebastian, le Festival de Zurich et juste avant celui de Toulouse. A peine arrivée de Colombie, très fatiguée par le voyage et le décalage horaire, Laura Mora Ortega nous a rencontrés avec enthousiasme pour parler de son parcours, de son film à l’inspiration si personnelle, de la violence en Colombie, de l’art comme moyen d’éducation, de sa famille. Rencontre au Café Babel, au Théâtre Pitoëff, au cœur du FIFDH, à Genève.

La nuit, Paula marche, laissant derrière elle son chagrin.  mêlant ses larmes à sa colère, alors que seulement deux mois ont passé depuis l’assassinat de son père, José María,  professeur universitaire et avocat, tué devant ses yeux. Paula accepte de sortir avec ses amis d’université pour essayer d’atténuer sa tristesse, sans imaginer que, parmi tant de visages qui se trémoussent sur la piste de danse de la discothèque, elle retrouver involontairement l’assassin de son père, un certain Jesus, qui, quelques minutes plus tard , l’invitera à prendre une boisson.
La rumba se prolonge jusqu’à l’aube et Paula arrive à la maison avec plus de doutes qu’elle n’en avait avant cette nuit : la vengeance qu’elle cherchait s’est présentée à elle inopinément mais elle l’a laissée s’échapper, étant prise au piège par le meurtrier de son père.

 

Avec la fiction, la cinéaste tente de clore le douloureux cheminement du deuil, ayant subi le meurtre de son père par un sicario en 2002, essayant ainsi d’apporter une réponse à propos de la violence qui traverse la vie des gens :

Mon histoire personnelle a été le moteur de la réalisation de cette histoire.

Laura Mora poursuit :

Je ne pouvais venir avant au FIFDH car je devais assister à diverses avant-premières : à Bogotá, Medellín, Bucaramanga, Cartagena et Cali, les premières villes où ce film a été présenté, après sa présentation réussie au Festival international du film de Carthagène où il a remporté le Prix du public.

 J’ai reçu beaucoup de critiques abat les avant-premières; les Colombiens ne souhaitaient pas voir un film sur la violence qui est une imposante de notre pays ni sur les sicarios, les tueurs à gages qui opèrent le plus souvent à moto.

Quand on l’interroge sur sa biographie, la cinéaste raconte :

Je suis née à Medellín et bien que depuis mon enfance je me souvienne de films comme The Endless Story de Wolfgang Petersen que j’a vu deux millions de fois, My Fair Lady de George Cukor et The Rebel Novice, mon cinéma préféré passe par Rome, ville ouverte et Rocco et ses frères, par Pasolini, Antonioni, les œuvres du néoréalisme italien. Cependant, c’est celui de mon compatriote Víctor Gaviria, l’un des grands cinéastes colombiens, que j’admire pour son travail.

Et l’expérience de partager cette histoire avec des gens de différentes cultures?

Pour moi, cela a été la réaffirmation de l’humanité et de l’universalité de l’histoire, même si elle est si ancrée dans un contexte si particulier de l’histoire d’un pays, enfin des choses qui arrivent aux êtres humains et qui se connectent, générant de nombreux des questions, de nombreux débats et beaucoup d’émotions, ce qui a été une très belle manière de faire des reconnaissances qui sont très belles car elles sont un coup de pouce au travail. Víctor Gaviria et Rodrigo D. continueront à être une excellente référence pour moi, je peux le voir des milliers de fois et je pense que personne ne nous a dit (ce que nous sommes) comme Victor l’a fait; ses films m’ont marquée. Comme dans le cinéma de Gaviria, la vie de Laura est marquée par les rues des quartiers, sa musique, ses expériences. Pour cette raison, il dit avec certitude que bien qu’il ait un goût hérité de Frank Sinatra, sa bande sonore est avec la forte salsa. J’écoute Ismael Rivera, l’orchestre Narváez, l’orchestre La muralla, les boléros. De plus, le rap des années 90 en tant que clan W-tang, et local avec La Clika, un groupe de paisa dont j’étais très proche toute ma vie.

Quand on questionne Laura Mora sur son parcours et comment elle est arrivée à a réalisation, elle explique avec moult détails :

J’ai passé mon baccalauréat à l’école allemande de Medellín. Puis j’ai suivi des études supérieures en production et direction de films à l’Université RMIT de Melbourne en Australie, je me suis spécialisée dans la réalisation et j’ai travaillé comme scripte; puis j’ai eu la chance de rencontrer des grands noms du cinéma national comme Carlos Moreno, réalisateur de Perro come perro et d’autres films, et j’ai sauté à l’eau (rires) en participant à un concours qui fait la promotion du cinéma national. A ce moment, j’ai a gagné des ressources pour produire mon court Salomé, bien que ce n’était pas le premier sur sa liste.

Et quand on lui demande de préciser ce que le septième art représente dans sa vie :

J’étais toujours très curieuse : j’aimais toujours le théâtre, la politique, la littérature, l’architecture, mais le cinéma venait plus par défaut, parce que c’était l’appareil que je ressentais qui mêlait ce que j’aimais, l’exploration de la condition humaine; Je suis perturbée par les histoires, je suis dérangée par les êtres humains.

— Laura Mora Ortega
© Firouz Pillet

Quand on fait embarquer à Laura Mora que Matar a Jesus comporte une dimension plus personnelle que frictionnelle la cinéaste rappelle la situation socio-politique de son pays au début du siècle :

Entre 2000 et 2002, 9 931 meurtres ont été enregistrés à Medellín. L’un d’eux était mon père, un avocat qui lui a enseigné la formation artistique et intellectuelle. Cet événement marqua un tournant pour ma famille, et pour moi : J’avais déjà étudié la photographie à l’académie Yurupary de Medellín et j’étais revenue de Barcelone désenchantée par la formation académique que j’avais reçue au Centre d’études cinématographiques de cette ville. Lorsque mon père a été assassiné en 2002, j’ai décidé de fuir Medellín et de me rendre au bout du monde, en Australie pour rencontrer un ex-petit ami. Je n’avais que 600 dollars, ce qui m’a permis de partir même si je supposa que mon séjour australien serait court.

Et sur son retour au pays, Laura souligne qu’elle a rencontré les bonnes personnes qui ont jalonné sa route aux bons moments :

Quand je suis revenue en 2008, j’ai travaillé comme scénariste jusqu’à ce que je rencontre le réalisateur Carlos Moreno, qui m’a donné des ailes pour commencer ma carrière en tant que réalisatrice, mais à la télévision. J’ai travaillé sur El Patrón del Mal, la série sur Pablo Escobar que Caracol a publié, en dirigeant la deuxième unité de production. Travailler pour la télévision est un univers à part. À ce moment-là, j’avais déjà commencé à écrire le scénario de Matar a Jesus, mais à aise de la dimension personnelle de cette histoire, cela m’a pris beaucoup de temps. Une épine que je portais depuis quatre ans, après la mort de mon père, afin d’évacuer au cinéma la fureur provoquée par le crime. L’histoire, bien sûr, avait beaucoup de moi dans la protagoniste principale, Paula.
Enfin, en 2015, je suis retournée complètement à Medellín, pour me reconnecter avec cette ville où j’ai marché pendant des heures et des kilomètres dans ma jeunesse, et le faire à nouveau à la recherche des meilleurs endroits pour recréer l’histoire a été salutaire. L’Université d’Antioquia, Villatina, Paris, le Centre. Une grande partie du film a été filmée dans les rues de la capitale d’Antioquia: après Paula et Jésus, la ville est le troisième protagoniste. Chaque fois que vous le pouvez, la caméra capture un coin, un paysage de la vallée de l’Aburrá.

Pas seulement ses rues, son ciment, ses briques. Les gens sont une partie importante de l’histoire. Pour Laura, il était essentiel que les habitants de Medellín se reconnaissent dans le film, une manière, dit-elle, de montrer cet univers de classes sociales qui l’habitent, qui invitent les visiteurs à le traverser, à le traverser, à le connaître d’un coin à l’autre.

Je suis très curieuse de savoir ce que le film de Medellín peut générer. C’est une histoire qui a montré son universalité. Tout d’abord, c’est une histoire de l’humanité, de la reconnaissance de l’humanité dans l’autre. L’histoire de cette ville a été réduite à une grande revanche. Nous ne devrions pas avoir si peur de nous regarder, de reconnaître que tout n’est pas « silleteros » et fleurs, et que nous l’avons atteint en nous regardant, en nous reconnaissant dans la différence.

Quand on lui demande si elle gardé des liens avec l’Australie Laura souligne la difficulté d’être vraiment accepté :

Là-bas, j’ai suivi une formation de cinéaste et  j’y ai même tourné deux courts métrages, West et Brotherhood, entre la fin de mes études et le début de ma carrière professionnelle, ce qui m’a permis de revenir en Colombie avec plus d’encouragement. Par contre, je n’ai pas de carte de résidence en Australie et je ne peux donc demander aucune participation financière à mes projets. les Australiens ont déjà une politique de financement très stricte à l’égard de leurs propres artistes. Il n’y a aucun espoir de leur côté même si j’y ai vécu plusieurs années.

Sur le parcours de Matar a Jesus et sa présence au FIFDH, Laura Mora souligne :

Chaque fois que je vais dans des festivals, j’oublie que je suis dans une compétition parce que je passe mon temps à rencontrer des gens merveilleux, je vois de très bons films et je suis très contente d’être là, les reconnaissances sont pleines de générosité et permettent au film de continuer: les films sont un moyen de converser avec le monde. Je dois souligner que j’ai eu un immense plaisir à rencontrer les journalistes suisses qui ont une grande culture politique et préparent des interviews très documentées comme avec vous, nous parlons des sicarios, des narcotrafiquants, d’Escobar; ces interviews en Suisse m’ont beaucoup enthousiasmée. Et le distributeur, Cyril, de Xenix, m’a très bien accueille à Zurich.

Comment s’est déroulé le parcours du film jusqu’à maintenant?

Cela a été quelque chose d’incroyable, nous n’imaginions vraiment pas parcourir autant d’endroits. Nous essayons toujours de trouver quelques festivals où nous présentons le film afin qu’il puisse être vendu et que le plus de gens le voient, ce que l’on fait finalement pour tous les films. Nous avons commencé au Festival de Toronto, où c’était la première mondiale, puis à San Sebastian (Espagne), qui annonçait une bonne voie, parce que les gens commençaient à tisser des liens, de bonnes critiques et des récompenses.

Quant au travail avec des acteurs non professionnels, Laura Mora précise qu’elle a recherché ses comédiens, à l‘aide de ses assistants, en parcourant les rues de Medellin :

Mon film met en vedette Natasha Jaramillo et Giovanny Rodríguez, deux acteurs non professionnels qui vivent quotidiennement la réalité de Medellín, tout comme dans le tournage de Gaviria. Mon travail avec ces acteurs était très simple, ils n’avaient jamais de scénario, je leur racontais l’histoire comme si c’était une histoire entre amis mais ils n’en connaissaient pas la fin, alors ils vivaient le tournage au milieu du dilemme éthique et moral de leurs personnages . Nous avons filmé le film d’une manière chronologique, puis les acteurs sont entrés dans les discussions et les fortes réflexions de leurs personnages, ce qui leur a fait prendre beaucoup de l’histoire. Natasha, la protagoniste, n’a pas eu une perte de cette ampleur dans sa vie, mais elle est une plasticienne, avec une sensibilité particulière, qui lui a permis d’approcher profondément le personnage. Quant à Giovanny, les spectateurs hispanophones remarqueront aisément la différence de son accent et de son élocution qui définissent sa provenance sociale des quartiers défavorisés. Mais à travers son personnage, on comprend qu’on ne devient pas tueur sans raison : sa vie n’ayant pas d’importance, celle des autres non plus. Il est question d’accès à l’éducation, aux soins, etc. afin d’atténuer les clivages sociaux.

A propos d’éducation et d’art, Laura Mora affirme que:

c’est mon travail en tant qu’artiste, en tant que cinéaste, et le fait qu’il y ait quelque chose d’autobiographique m’oblige à être honnête avec le film que les gens vont voir, puisque je leur raconte la douleur d’un événement qui m’a affectée et m’affecte toujours même s en faire un film m’a permis d’atténuer ma colère.

Et la réaction du public colombien quant au choix du prénom Jésus pour un sicaire, Laura s’amuse du tollé suscité dans les milieux catholiques :

La Colombie est un pays catholique, très pratiquant, comme on le voit dans le film à l’approche de Noël. Évidemment, le voix d’un tel prénom a suscité de vives réactions des milieux catholiques qui ont cherché à empêcher que le film sorte avec le titre prévu. On a  été contraint de proposer un autre titre, Matar a un hombre, ce qui ne me convenait pas du tout. En plus, un film chilien qui portait ce titre a gagné un prix. Quelle joie ! J’ai pu remettre le titre initial à mon film.

Quant à ses projets, ils restent tributaires des sources de finalement :

Maintenant, je prépare d’autres façons de surprendre au cinéma. Je veux continuer à raconter la violence que ce pays a subi. Quant à ceux qui critiquent le cinéma colombien face à des problèmes tels que le trafic de drogue, la violence et les réalités nationales, je pense que nous devons nous raconter la violence. Au cinéma il faut montrer et conter la violence. Comme le dit Gillo Pontecorvo, une maison sans cinéma est une maison sans miroirs, et la violence dans le cinéma doit être contée du côté des victimes, nous avons été très apologétiques avec la violence, nous avons pris le parti de l’agresseur.

Le flm a-t-il aidé votre famille sur son travail de deuil :

Ma mère est toujours en train de traiter ce que le film a généré pour elle, mais elle a été très émue de voir la fin d’un processus dont elle faisait partie en silence, m’accompagnant très joliment dans tout cela au cours des dix dernières années. Mon père était l’amour de sa vie et le veuvage est terrible à vivre pour elle. Ce qu’elle m’a dit, c’est que chaque scène l’a emmenée dans un endroit plus sombre et lui a rappelé que le deuil dans une société comme la nôtre est très solitaire. Mon frère et artiste plasticien. Dans le cadre de l’année France – Colombie 2017, une exposition est organisée conjointement par les Abattoirs de Toulouse et le Museo de Antioquia de Medellín. Mon frère, Pablo Mora, participe à cette exposition, présentée pour la première fois en Europe, une démarche collective de plusieurs artistes qui se proposent d’aborder l’histoire récente de la Colombie à travers le regard de ses artistes pour répondre par l’art aux traumatismes et à l’ahurissement provoqués par les conflits des dernières décennies. Ce projet réunissant près de quarante artistes, dont certains n’ont jamais été présentés en Europe, met l’accent sur les pratiques artistiques dans la région d’Antioquia et de sa capitale Medellín des années 1950 à nos jours. Mon frère Pablo m’a vanté la beauté de Toulouse et j’espère vraiment avoir le temps de visiter la ville et de voir cette exposition.

Laura Mora conclut en soulignant la situation terrible que vit le Venezuela :

Les Colombiens et les Vénézuéliens partagent tant en commun. La Colombie accueille des milliers de réfugiés vénézuéliens. Hugo Chávez avait fait de grandes choses pour son pays mais sa grande erreur a été de nommer Nicolás Maduro; d’ailleurs, ce se passe actuellement porte un nom, le « nicoladurusmo ». Il y a vingt ans, on conseillait aux touristes d’aller au Venezuela et d’éviter la Colombie; aujourd’hui, c’est l’inverse ! A l’instar d’un Poutine ou d’un Erdogan, Nicolás Maduro va modifier la loi pour rester à jamais. La démocratie est en péril.
Donald Trump a annoncé sa venue en Colombie alors que nous aurons des élections. Il est évident que Trump ne vient pas pour parler démocratie mais économie. La Colombie a toujours entretenu d’excellentes relations avec les États-Unis mais cela risque de changer.

Interview en espagnol (Colombie)

 

Firouz E. Pillet

© j:mag Tous droits réservés

 

Firouz Pillet

Journaliste RP / Journalist (basée à Genève)

Firouz Pillet has 189 posts and counting. See all posts by Firouz Pillet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*