Carmen l’audition – Un spectacle itinérant tout public, en plein air dans les communes genevoises, jusqu’au 15 septembre

Avant d’investir son nouveau lieu en janvier 2022, Le Théâtre de Carouge propose, en coproduction, une pièce tirée du programme TKM Théâtre Kléber-Méleau à Renens – Carmen l’audition mise en scène par Omar Porras et le Teatro Malandro, librement inspiré de l’opéra de Georges Bizet. La collaboration avec les communes permet d’amener le spectacle vers le public et, mis à part à Gy où une participation de 5 francs est demandée, le spectacle est gratuit. Une bonne occasion d’assister à du spectacle vivant sans barrière financière !
(…)

Lire la suite

Moitié-moitié, du dramaturge australien Daniel Keene, au Théâtre de l’Orangerie de Genève jusqu’au 29 août 2021 dans une mise en scène limpide de Mariama Sylla

Pièce écrite en 2002 par l’auteur de théâtre australien le plus joué en Europe, Daniel Kenne, traduite en 2003 par Séverine Magois, moitié-moitié raconte l’histoire d’une réconciliation. Le point de départ : un conflit classique entre deux frères. Loin de partir dans un processus d’escalade qui, la mythologie nous le prouve, finit souvent dans le drame ou le fratricide, les deux frères, Ned et Luke, vont trouver, pas à pas, un chemin de retrouvailles fraternelles.
La création du Théâtre de l’Orangerie, dans une mise en scène naturaliste-symbolique de Mariama Sylla, fait plus appel aux sens qu’à l’intellect du public avec un travail scénographique – signé Khaled Khouri – époustouflant, passant du décor clinique, aseptisé, aux perspectives et lignes géométriques du début de la pièce à  un fouillis organique à la fin du spectacle, avec pour accompagnement narratif implicite, un jeu de lumières au cordeau (William Ballerio) et un design sonore (Simon Aeschimann) tout en subtilité suggestive qui fera passer le son d’une pendule, qui tel un métronome marquera la dynamique des premiers échanges entre les frères, à celui des oiseaux dans leur espace commun retrouvé.
(…)

Lire la suite

[Audio] Rencontre avec Jean Liermier, directeur du Théâtre de Carouge

Entre deux rendez-vous, arrivant au pas de course, alerte et enjoué comme à l’accoutumée, Jean Liermier, directeur du Théâtre de Carouge, nous a accueillis dans le foyer du 57, la petite salle, en plein déménagement pour cause de fin de bail. Malgré son agenda plein à craquer, Jean Liermier nous a confié, de manière exhaustive, les difficiles décisions prises depuis une année, les défis à relever, les liens à conserver et à consolider tant avec toutes celles et tous ceux qui font le théâtre mais aussi avec le public malgré un contexte incertain. Les fidèles du Théâtre de Carouge se souviennent avec tristesse du communiqué de presse du 29 octobre 2020 qui annonçait l’annulation des représentations de Cyrano de Bergerac, représentations qui venaient de commencer :
« Une première qui sera aussi la dernière ! »
(…)

Lire la suite

FIFDH 2021 : dans la compétition, Ghosts (Hayaleter), d’Azra Deniz Okyay, livre un portrait abrupt et sans concession de la Turquie contemporaine, entre perte de valeurs et absence de repères, tout rendant un vibrant hommage à ses fantômes

Istanbul, dans un futur proche. Dans un quartier d’Istanbul où Azra Deniz Okyay a perdu ses repères et ne retrouve plus ni la vie ni la ville qu’elle a connues, la cinéaste choisit d’y planter le décor de son premier long-métrage, Ghosts, un récit allégorique et dystopique où quatre destins se croisent sans jamais vraiment se rencontrer durant un laps de temps de vingt-quatre-heures. Alors que la ville, survolée par d’incessants vols d’hélicoptères et quadrillée par des patrouilles de police et animée par les sirènes d’estafettes et d’ambulances, est en proie à des troubles politiques, quatre personnages voient leurs destins s’entrechoquer. Dès la séquence d’ouverture, Dilem (Dilayda Günes), une très jeune femme, fume en regardant depuis la fenêtre d’une chambre, le Bosphore que survolent des mouettes. Elle enclenche de la musique sur son téléphone portable et se met à danser. Surgit un homme plus âgé qui, la découvrant en train de danser au lieu de nettoyer la chambre, la licencie. Dilem supplie, elle a besoin de ce travail. Rien n’y fait. Dilem, jeune danseuse urbaine, frondeuse et amoureuse, ayant perdu son travail, retrouve sa liberté et tout le temps de pratiquer des chorégraphies pour se présenter dans un concours dans un club.
(…)

Lire la suite

FIFDH 2021 : le film d’Alina Gorlova, This Rain Will Never Stop, invite les spectateurs à un éprouvant périple entre guerre et paix

Le film plonge les spectateurs dans une atmosphère anxiogène dès la séquence d’ouverture qui agresse les yeux, faisant se succéder des photographies en noir et blanc colorisées qui défilent tels des éclairs. Puis la caméra d’Alina Gorlova balaie un paysage désolé.
Chapitre zéro : un village où il n’y pas âme qui vive. La caméra se rapproche d’une silhouette : un homme sexagénaire, assis sur les marches qui mènent à sa maison, s’allume une cigarette, caressant un chaton : « Tu vois, chaton ! On a survécu à cette journée. Tu survivras au Nouvel An ! » Au loin retentissent des aboiements. On comprend que ce village se trouve dans une région en guerre… La Crimée certainement vu que le vieil homme s’exprime en ukrainien. Puis la caméra d’Alina Gorlova entraîne les spectateurs dans un périple poignant et visuellement hypnotique à travers le cycle perpétuel de guerre et de paix, un cycle que l’humanité traverse depuis des millénaires.
(…)

Lire la suite

19e édition du Festival du film et forum international sur les droits humains de Genève (FIFDH) du 5 au 14 mars : « rendre compte d’un monde bouillonnant en pleine mutation »

C’est ainsi que définit la directrice générale des programmes du festival, Isabelle Gattiker,  cette édition si particulière, coincée dans les affres de la pandémie de coronavirus.
Premier festival de cinéma suisse à avoir basculé l’année passée en format numérique –  en un temps record, précisons-le puisque directement après les premières mesures sanitaires édictées par la Confédération. Cette année, rebelote, mais cette fois-ci avec une expertise et du temps pour la préparation de cette édition et une envie d’expérimenter de nouvelles formes d’approches du public. Ainsi, à côté des traditionnelles projections, discussions, débats, le festival a cherché de nouvelles manières d’interagir avec son public en lui proposant bien entendu de participer en ligne en commentant et/ou posant des questions après les séances, mais aussi, au niveau local, de donner la parole aux Genevois lors d’une émission radio quotidienne diffusée par Radio Vostok et des œuvres militantes géantes dans la Cité.
Isabelle Gattiker, directrice générale des programmes explique :
(…)

Lire la suite

Un nouveau Bachelor en Illustration à la HEAD-Genève

Dès la rentrée 2021, un nouveau Bachelor en Illustration vient étoffer l’offre de formations à la HEAD. L’ambition de ce Bachelor est de transmettre un maximum d’outils et de ressources pour permettre aux étudiant.e.x.s de développer un univers visuel et narratif personnel nourri par la pratique et une large culture graphique: outils techniques traditionnels (crayon, peinture, etc.) et numériques (logiciels divers) mais aussi des ressources théoriques et des références transversales (histoire de l’art, cinéma, théâtre, graphisme, etc.).
Délai d’inscription: 12 mars 2021

Lire la suite

Portes Ouvertes en ligne le 23 janvier 2021 à l’École supérieure des Beaux-Arts et de la Haute école d’Arts appliqués, la HEAD – Genève

La HEAD – Genève va lancer la première édition de ses Portes ouvertes en ligne sur une nouvelle plateforme numérique et interactive. Ce nouveau format numérique a été pensé pour permettre aux intéressées de découvrir la Haute école  et son nouveau campus comme si vous y étiez. La plateforme proposera de nombreux contenus inédits, des vidéos, des visites virtuelles du campus et des informations sur les formations et leurs conditions d’admissions.
Un programme de conférences interactives aura lieu en direct le samedi 23 janvier. Elles seront assurées par des représentant.e.x.s du corps enseignant, des étudiant.e.x.s et des alumi.ae. Vous pouvez vous inscrire dès à présent.
(…)

Lire la suite

[Audio] Rencontre avec Jean Liermier, directeur du Théâtre de Carouge, pour la présentation de la saison 2020-2021, entre autres …

Comme à chaque début de saison, j:mag souhaitait rencontrer Jean Liermier, directeur du Théâtre de Carouge depuis 2008. Cette année, cette rencontre était d’autant plus attendue que la saison 2019-2020 avait dû être suspendue au printemps en raison de la pandémie.
(…)
Malgré ce contexte difficile durant lequel Jean Liermier doit se battre pour défendre l’accès de ses comédiens aux indemnité de chômage, il a trouvé du temps à nous accorder en tant que directeur du Théâtre de Carouge pour nous exposer la saison 2020-2021 en nous mettant l’eau à la bouche car Jean Liermier aime que « le public ait faim de théâtre ! »
Mais c’est aussi en tant que président de la Fédération romande des métiers de la scène que Jean Liermier nous a reçus dans le foyer chaleureux de la petite Salle sis rue Ancienne.
(…)

Lire la suite

[Audio] Rencontre avec Cyrille Schnyder-Masmejan pour sa dernière saison à la tête des Spectacles onésiens

En 1988, Cyrille Schnyder-Masmejan lançait les Spectacles onésiens. Trente-trois ans plus tard plus tard, elle a concocté sa dernière saison, la saison 2020 – 2021, en tant que directrice et se confie sur la préparation de cette programmation dans un contexte particulier, sur ses coups de cœur, sur les belles rencontres qu’elle a faites tout au long de sa carrière, d’abord un tant attachée de presse puis avant de devenir la directrice du service culturel de la ville d’Onex.

Devenue un pilier incontournable de la culture genevoise, elle a fait de la ville d’Onex, de la salle communale et de la salle du Manège un phare culturel, se lançant le défi de faire venir moult artistes dans la commune genevoise. Au fil de ces années dans ce secteur, Cyrille Schnyder-Masmejan constate que les femmes créatrices sont peu nombreuses et celles qui viennent dans le cadre des Spectacles Onésiens ne sont souvent que des interprètes. Pour remédier à cette situation qui l’attriste, elle créé le Festival les Créatives en 2005.
(…)

Lire la suite