FIFDH 2021 : dans la compétition, Ghosts (Hayaleter), d’Azra Deniz Okyay, livre un portrait abrupt et sans concession de la Turquie contemporaine, entre perte de valeurs et absence de repères, tout rendant un vibrant hommage à ses fantômes

Istanbul, dans un futur proche. Dans un quartier d’Istanbul où Azra Deniz Okyay a perdu ses repères et ne retrouve plus ni la vie ni la ville qu’elle a connues, la cinéaste choisit d’y planter le décor de son premier long-métrage, Ghosts, un récit allégorique et dystopique où quatre destins se croisent sans jamais vraiment se rencontrer durant un laps de temps de vingt-quatre-heures. Alors que la ville, survolée par d’incessants vols d’hélicoptères et quadrillée par des patrouilles de police et animée par les sirènes d’estafettes et d’ambulances, est en proie à des troubles politiques, quatre personnages voient leurs destins s’entrechoquer. Dès la séquence d’ouverture, Dilem (Dilayda Günes), une très jeune femme, fume en regardant depuis la fenêtre d’une chambre, le Bosphore que survolent des mouettes. Elle enclenche de la musique sur son téléphone portable et se met à danser. Surgit un homme plus âgé qui, la découvrant en train de danser au lieu de nettoyer la chambre, la licencie. Dilem supplie, elle a besoin de ce travail. Rien n’y fait. Dilem, jeune danseuse urbaine, frondeuse et amoureuse, ayant perdu son travail, retrouve sa liberté et tout le temps de pratiquer des chorégraphies pour se présenter dans un concours dans un club.
(…)

Lire la suite

FIFDH 2021 : le film d’Alina Gorlova, This Rain Will Never Stop, invite les spectateurs à un éprouvant périple entre guerre et paix

Le film plonge les spectateurs dans une atmosphère anxiogène dès la séquence d’ouverture qui agresse les yeux, faisant se succéder des photographies en noir et blanc colorisées qui défilent tels des éclairs. Puis la caméra d’Alina Gorlova balaie un paysage désolé.
Chapitre zéro : un village où il n’y pas âme qui vive. La caméra se rapproche d’une silhouette : un homme sexagénaire, assis sur les marches qui mènent à sa maison, s’allume une cigarette, caressant un chaton : « Tu vois, chaton ! On a survécu à cette journée. Tu survivras au Nouvel An ! » Au loin retentissent des aboiements. On comprend que ce village se trouve dans une région en guerre… La Crimée certainement vu que le vieil homme s’exprime en ukrainien. Puis la caméra d’Alina Gorlova entraîne les spectateurs dans un périple poignant et visuellement hypnotique à travers le cycle perpétuel de guerre et de paix, un cycle que l’humanité traverse depuis des millénaires.
(…)

Lire la suite

19e édition du Festival du film et forum international sur les droits humains de Genève (FIFDH) du 5 au 14 mars : « rendre compte d’un monde bouillonnant en pleine mutation »

C’est ainsi que définit la directrice générale des programmes du festival, Isabelle Gattiker,  cette édition si particulière, coincée dans les affres de la pandémie de coronavirus.
Premier festival de cinéma suisse à avoir basculé l’année passée en format numérique –  en un temps record, précisons-le puisque directement après les premières mesures sanitaires édictées par la Confédération. Cette année, rebelote, mais cette fois-ci avec une expertise et du temps pour la préparation de cette édition et une envie d’expérimenter de nouvelles formes d’approches du public. Ainsi, à côté des traditionnelles projections, discussions, débats, le festival a cherché de nouvelles manières d’interagir avec son public en lui proposant bien entendu de participer en ligne en commentant et/ou posant des questions après les séances, mais aussi, au niveau local, de donner la parole aux Genevois lors d’une émission radio quotidienne diffusée par Radio Vostok et des œuvres militantes géantes dans la Cité.
Isabelle Gattiker, directrice générale des programmes explique :
(…)

Lire la suite

Un nouveau Bachelor en Illustration à la HEAD-Genève

Dès la rentrée 2021, un nouveau Bachelor en Illustration vient étoffer l’offre de formations à la HEAD. L’ambition de ce Bachelor est de transmettre un maximum d’outils et de ressources pour permettre aux étudiant.e.x.s de développer un univers visuel et narratif personnel nourri par la pratique et une large culture graphique: outils techniques traditionnels (crayon, peinture, etc.) et numériques (logiciels divers) mais aussi des ressources théoriques et des références transversales (histoire de l’art, cinéma, théâtre, graphisme, etc.).
Délai d’inscription: 12 mars 2021

Lire la suite

Portes Ouvertes en ligne le 23 janvier 2021 à l’École supérieure des Beaux-Arts et de la Haute école d’Arts appliqués, la HEAD – Genève

La HEAD – Genève va lancer la première édition de ses Portes ouvertes en ligne sur une nouvelle plateforme numérique et interactive. Ce nouveau format numérique a été pensé pour permettre aux intéressées de découvrir la Haute école  et son nouveau campus comme si vous y étiez. La plateforme proposera de nombreux contenus inédits, des vidéos, des visites virtuelles du campus et des informations sur les formations et leurs conditions d’admissions.
Un programme de conférences interactives aura lieu en direct le samedi 23 janvier. Elles seront assurées par des représentant.e.x.s du corps enseignant, des étudiant.e.x.s et des alumi.ae. Vous pouvez vous inscrire dès à présent.
(…)

Lire la suite

[Audio] Rencontre avec Jean Liermier, directeur du Théâtre de Carouge, pour la présentation de la saison 2020-2021, entre autres …

Comme à chaque début de saison, j:mag souhaitait rencontrer Jean Liermier, directeur du Théâtre de Carouge depuis 2008. Cette année, cette rencontre était d’autant plus attendue que la saison 2019-2020 avait dû être suspendue au printemps en raison de la pandémie.
(…)
Malgré ce contexte difficile durant lequel Jean Liermier doit se battre pour défendre l’accès de ses comédiens aux indemnité de chômage, il a trouvé du temps à nous accorder en tant que directeur du Théâtre de Carouge pour nous exposer la saison 2020-2021 en nous mettant l’eau à la bouche car Jean Liermier aime que « le public ait faim de théâtre ! »
Mais c’est aussi en tant que président de la Fédération romande des métiers de la scène que Jean Liermier nous a reçus dans le foyer chaleureux de la petite Salle sis rue Ancienne.
(…)

Lire la suite

[Audio] Rencontre avec Cyrille Schnyder-Masmejan pour sa dernière saison à la tête des Spectacles onésiens

En 1988, Cyrille Schnyder-Masmejan lançait les Spectacles onésiens. Trente-trois ans plus tard plus tard, elle a concocté sa dernière saison, la saison 2020 – 2021, en tant que directrice et se confie sur la préparation de cette programmation dans un contexte particulier, sur ses coups de cœur, sur les belles rencontres qu’elle a faites tout au long de sa carrière, d’abord un tant attachée de presse puis avant de devenir la directrice du service culturel de la ville d’Onex.

Devenue un pilier incontournable de la culture genevoise, elle a fait de la ville d’Onex, de la salle communale et de la salle du Manège un phare culturel, se lançant le défi de faire venir moult artistes dans la commune genevoise. Au fil de ces années dans ce secteur, Cyrille Schnyder-Masmejan constate que les femmes créatrices sont peu nombreuses et celles qui viennent dans le cadre des Spectacles Onésiens ne sont souvent que des interprètes. Pour remédier à cette situation qui l’attriste, elle créé le Festival les Créatives en 2005.
(…)

Lire la suite

Sous la peau, de Robin Harsch, suit la transformation de trois adolescents et sonde les questions de genres

Le documentaire Sous la peau, de Robin Harsch, commence avec la voix off du cinéaste qui filme ses deux fils, en bas âge, et se questionne :

« Si mon fils un jour m’avouait qu’il aimerait changer de sexe, je pense que le sol s’effondrerait sous mes pieds. Ce qui me sauverait peut-être serait de le comprendre un peu. Mais comment ? Pendant deux ans, j’ai suivi trois  jeunes Trans* avancer sur ce champ de bataille où s’affrontent questions de genre, et surtout, d’identité. »
(…)

Lire la suite

14 témoignages prestigieux des débuts de la Réforme – Nouvelle vitrine au Musée International de la Réforme de Genève

Dès le 23 juillet 2020, les visiteurs du MIR découvriront une nouvelle vitrine dans le grand Salon. Elle expose un recueil de14 ouvrages indépendants réunis sous une même reliure. Imprimés en latin, ce sont tous de premières éditions. Sept ont paru en 1520, trois en 1521, un en 1522 et trois en 1523.
(…)
Exposition temporaire jusqu’au 30 août : Silence, on prêche !
le MIR propose la projection d’un montage original d’une vingtaine de minutes composé de huit extraits de grands films (…) En parallèle, sur la base d’une typologie établie par le théologien français André Gounelle, la célèbre artiste Albertine expose dans le Salon du Musée cinq modèles de robes qu’elle a créé (…).
Exposition permanente au MIR – Découvrir la Réforme de 1517 à nos jours
Le MIR présente l’histoire de la Réforme protestante dont Martin Luther et Jean Calvin furent notamment les déclencheurs. Plus de 600 objets, livres, manuscrits, tableaux, gravures ou films répartis dans 14 salles soulignent les évolutions de ce mouvement qui transforma durablement le christianisme européen puis mondial. Genève en fut une des villes fondatrices au 16e siècle. (…)

Lire la suite

Geneva Biennale : jusqu’au 30 septembre 2020 Sculpture Garden au cœur de la ville

L’année 2020 restera longtemps dans la mémoire collective par cet état d’urgence instauré à l’échelle mondial sans conflit armé global. Tout le monde est touché par ce satané nouveau coronavirus, que ce soit dans sa santé – physique ou mentale –, dans sa vie professionnelle et/ou privée, dans son quotidien comme dans ces moments qui font, dans une année, que des respirations se produisent : famille, ami.es,  loisirs, sport,  vacances, far niente, voyages…
(…)

Lire la suite