FIFF 2017: Espèces menacées de Gilles Bourdos

Le FIFF 2017 propose Espèces menacées de Gilles Bourdos, un film choral qui regroupe une une belle palette d’acteurs : Alice Isaaz Vincent Rottiers, Grégory Gadebois, Eric Elmosnino, Alice de Lencquesaing, Suzanne Clément, Carlo Brandt, pou ne citer que les principaux.

En racontant les extrêmes de l’âme humaine avec un style contenant les mots afin de ne pas submerger l’intensité brûlante des apparences, Espèces menacées est une sorte de symphonie du réalisateur français Gilles Bourdos (Disparus, Restless, After, Renoir), tiré des nouvelles de l’Américain Richard Bausch, le film de Gilles Bourdos ausculte les gens et leurs affres intérieurs les plus intenses. Présenté récemment dans la section Orizzonti du 74ème Mostra du Film de Venise, le film de Gilles Bourdos est proposé au FIFF.

Le film de Gilles Bourdos brosse un état des lieux bigarré et bancal des êtres humains : la séquence d’ouverture suit des voitures qui klaxonnentà la suite de celle d’un couple de jeunes mariés. L’ambiance semble festive mais rapidement, les spectateurs comprennent que des failles lézardent ce bonheur apparent, d’où le titre, trompeur. Une course vers l’avenir heureux, en robe de mariée et en fumant. Le directeur Gilles Bourdos ouvre son film et laisse respirer ses personnages pour la première, peut-être la dernière fois. Parce que le souffle commence immédiatement à manquer, étouffé dans une chambre d’hôtel qui ne devrait qu’abriter un amour frais, mais où un hiver trop proche a déjà commencé à glacer les sentiments. Le travail du cinéaste français est conçu pour montrer la souffrance des relations et leur besoin de s’accrocher à la plus petite bribe d’espoir, ce qui n’est qu’une illusion supplémentaire dont il faut se défaire.

A ce titre, le constat de Gilles Bourdos  est sans ambiguïté : nous sommes tous une espèce menacée à des degrés divers : une jeune étudiante annonce son mariage et sa grossesse à son père de dix-huit le cadet de son futur beau-fils; un père s’inquiète pour sa fille qui semble taire de biens lourds secrets; un quadragénaire se retrouve désemparé et esseulé après son divorce; mais, le thème prédominant s’avère être celui de la violence conjugale, celle qui sévit juste à côté de notre porte sans que l’on s’en aperçoive. Chacune de ces histoires évoluent de manière autonome pour finir par se croiser.

Espèces menacées est le récit désabusé d’une poignée d’humanité qui interagit pour éclater, cédant  la place aux instincts les plus vils. A force de vouloir tout dépeindre, le film se disperse et les spectateurs peinent à s’attacher à ces personnages, si ce n’est ce jeune couple de conjoints dans lequel la jeune fille vit le cauchemar de la violence insidieuse, tacite et inavouable, aux côtés d’une mère et d’un père désemparés, essayant de tendre la main à leur propre enfant, murée dans le silence de la honte et des menaces. L’inquiétude croissante des deux parents, un père laissé par les femmes de sa vie, avec une fille enceinte de son professeur d’université d’un âge certain. Des vies à priori sans liens mais dont les destinées se rejoignent, se délient et se rejoignent à nouveau.

Le désespoir est donc le moteur dévastateur qui pousse le film de Bourdos, à la fois dans son côté négatif assumé, ce monstre destructeur qui mène l’humain à des actes extrêmes, et dans une inclinaison plus inquiétante, presque dans l’urgence primordiale de rester aussi près que possible de la sécurité de l’affection et de la routine.

A force de vouloir être exhaustif dans son observation du genre humain, Espèces menacées empêche les spectateurs de s’attacher vraiment à ces personnages dont ils restent irrémédiablement distants, voire indifférents.

Firouz E. Pillet, Namur

www.fiff.be

© j:mag Tous droits réservés

Firouz Pillet

Journaliste RP / Journalist (basée à Genève)

Firouz Pillet has 484 posts and counting. See all posts by Firouz Pillet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*