Genève : La 25ème édition du Festival International du Film de Genève (GIFF) se déroule du 1er au 10 novembre 2019

Créé en 1995, nommé à l’époque Festival Tout écran puis, quelques années plus tard, Festival Tous écrans pour inclure les nouveaux supports de diffusion, le Geneva International Film Festival – baptisé ainsi à l’arrivée de son nouveau directeur, Emmanuel Cuénod,  explore les liens entre le cinéma, la télévision et les nouvelles formes de création digitale. Son programme repose sur une idée simple: rappeler que les auteurs sont au cœur de la création audiovisuelle et que nos écrans se nourrissent de leur façon de regarder le monde et, par conséquent, de nous transmettre leur visions.

Carrefour des genres et des disciplines, le Festival se veut aussi bien un lieu de fêtes, avec de nombreuses soirées proposées en parallèle aux programme des projections et de la VR, la réalité virtuelle qui prend de l’ampleur. Ses cinq sections compétitives mettent l’accent sur la découverte de nouveaux talents alors que ses programmes hors compétition (Nuits blanches, Focus, Rétrospective, Grandes Premières, etc.) célèbrent en images – et en musique – la diversité et la richesse des arts audiovisuels.

Depuis sa création il y a maintenant 25 ans, le Geneva International Film Festival (GIFF) explore les articulations entre le cinéma, la télévision et le digital, tout en défendant la place des auteur-e-s, qui auront la part belle durant la manifestation,  dans le processus artistique, tous formats audiovisuels confondus.

Le programme de cette édition 2019 fait tourner la tête, à l’instar de la VR qui propose des expériences insolites et souvent audacieuses : trois compétitions internationales, des longs métrages, des œuvres immersives et des séries, s’appuyant chacune pour un Reflet d’or, un cinéma VR à 360 degrés, des avant-premières, des courts métrages, des hommages, des nuits blanches.

Budget à la hausse

Le budget de ce festinal genevois très fréquenté a été augmenté d’un million. Sa durée est passée de neuf à dix jours, au cours desquels les festivaliers pourront rencontrer une myriade d’invités prestigieux.

Evenement 2019 : Venue de l’enfant prodigue québécois

Le Québécois Xavier Dolan, réalisateur scénariste, et acteur, auteur de huit films à trente ans, parlera de son dernier film, Matthias et Maxime, présenté au Festival de Cannes 2019. Le GIFF l’annonce comme son invité-phare de cette édition, proposant une rétrospective de son œuvre, de J’ai tué ma mère à Ma vie avec John.F Donovan (première suisse montrée en clôture), en passant par Les amours imaginaires, Laurence Anyways, portée ar Melvil Poupaud,  ou Tom à la ferme. Le talentueux artiste québécois animera une masterclass le 9 novembre à l’Auditium Arditi et recevra le Geneva Award, une toute nouvelle récompense maison.

Autre Canadien célèbre présent, David Cronenberg parlera de la version restaurée de Crash (1966) et recevra le Prix spécial de ce cru 2019.

Le Film & Beyond Award qui honore depuis 2014 le travail d’un cinéaste explorant d’autres médiums sera lui décerné au Sud-Coréen Park Chan-wook, l’un des maîtres incontestés  du nouveau cinéma de genre dans son pays. Les festivaliers pourront notamment revoir, dans des versions remontées, Thirst, ceci est mon sang (2009) et Mademoiselle (2016).

Quant au Grec Costa Gavras, il présentera son dernier long métrage Adults In The Room, présenté à la Mostra de Venise 2019. Il ira à la rencontre du public , tout comme le Palestinien Elia Suleiman qui montrera It Must Be Heaven, son dernier film présenté lors du Festival de Cannes 2019.

Clotilde Coureau, membre du jury, Albert Serra, Jean Dujardin, Hafzia Herzi ou Jan Kounen se prêteront aussi au dialogue avec le public.

Des films très attendus

Parmi les films attendus par les festivaliers, J’accuse, de Roman Polanski,  présenté en compétition à la dernière Mostra de Venise 209, Il traditore (Le traître) de Marco Bellochio, en compétition au dernier Festival de Cannes,  Motherless Brooklyn d’Edward Norton, la spectaculaire œuvre immersive The Deserted de Tsai Ming-liang ou encore Proxima d’Alice Winocour, avec, entre autres, Eva Green et Matt Dillon, qui ouvrira le festival.

Les férus d’humour pourront retrouver les deux humoristes Marina Rollman et Yvan Marguet qui après s’être attaqués à la poupée Chucky l’an passé, commenteront dans leur style décalé un monument du cinéma muet Le cuirassé Potemkine … On espère pour le cuirassé qu’il tiendra bon.

Parallèlement au festival, se tiendra du 4 au 8 novembre le Geneva Digital Market (GDM), désormais organisé en association avec Virtual Switzerland : plus de nonante intervenants y sont attendus pour des débats, des rencontres, des showcases ou des soirées de networking.

Plus qu’un festival de cinéma, le GIFF est dorénavant un véritable carrefour des genres et des disciplines, un lieu d’expérimentations, de rencontres et de soirées festives. Il propose, chaque année, des expériences autour de l’image, du son et des nouvelles formes de narration : projections, installations interactives, œuvres VR, conférences ou encore performances live.

Firouz E. Pillet

Découvrez le programme du festival : www.giff.ch

© j:mag Tous droits réservés

Firouz Pillet

Journaliste RP / Journalist (basée à Genève)

Firouz Pillet has 364 posts and counting. See all posts by Firouz Pillet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*