Le 15e Festival cinémas d’Afrique de Lausanne met à l’affiche des œuvres qui marquent une volonté de révolte ou de résistance – du 18 au 22 août 2021

Près de 40 films souvent inédits seront projetés à la Cinémathèque suisse et au Théâtre de Verdure.  L’accent sera mis sur les réalités sociales avec la table ronde Le cinéma de résistance ainsi que le débat Situation en Méditerranée : comment documenter une crise humanitaire? La musique sera à l’honneur avec le combo lausannois Professor Wouassa, roi de l’afrobeat de la scène musicale suisse depuis plus de 15 ans.
La pandémie n’a pas eu raison des tournages cinématographiques dans le monde. Comme leurs collègues des autres continents, les cinéastes africain.e.s ont continué à réaliser des films de tous genres – documentaires, films de fiction ou expérimentaux, animations, courts métrages –, ouvrant de nouvelles perspectives sur les différentes réalités africaines.

L’équipe du festival explique la démarche de cette 15e édition :

Cette édition est encore déterminée par des mesures sanitaires contraignantes avec peu de cinéastes invité.e.s.  et une programmation restreinte.  Au vu de la situation incertaine, le Festival se concentre sur les productions cinématographiques récentes et privilégie ce qu’il fait l’essence même du Festival, le cinéma.  La fermeture des salles pendant de nombreux mois partout dans le monde, rend d’autant plus indispensable le rôle de promotion de ces œuvres essentielles. Les sections Rétrospective, Focus, Carte blanche, les séances de Réalité virtuelle et l’Exposition de photographies seront à nouveau à l’honneur en 2022 !

La section Panorama du festival met en lumière la diversité de la production cinématographique récente avec 40 films en provenance de 21 pays. Ces films sont – malheureusement – souvent inédits et rarement distribués en Europe ; une bonne occasion donc de voir, entre autres les longs métrages Zinder de Aïcha Macky (Niger), En route pour le milliard de Dieudo Hamadi (RDC, qui a une sortie prévue en Suisse), Poppie Nongena de Christiaan Olwagen (Afrique du Sud), Bendskins (Mototaxi) de Narcisse Wandji (Cameroun), Baamum Nafi de Mamadou Dia (Sénégal, Prix du meilleur premier long métrage à Locarno en 2019), Myopia de Sana Akroud (Maroc), This Is Not A Burials, It’s A Resurrection de Lemohang Jeremiah Mosese (Lesotho, une sorte en Suisse est prévue).

Après certaines projections, une discussion aura lieu avec le public, parfois en présentiel ou par Skype avec un.e cinéaste.

La cérémonie d’ouverture aura lieu le 18 août à 20H30 au Théâtre de Verdure avec la projection du film La Nuit des rois de Philippe Lacôte (Côte d’Ivoire), une fable politique à la beauté shakespearienne a remporté le grand prix au Festival international de films de Fribourg (FIFF) 2021 et sortira en Suisse romande cet automne. En lice pour les Oscars 2021, ce film à l’épais mystère navigue entre surnaturel, performances musicales et danses épidermiques.

Le festival se clôtura avec Eyimofe (This Is My Desire), premier long métrage des frères jumeaux Arie et Chuko Esiri (Nigeria), le 22 août à 20H30 à la salle Paderewski. Décrit comme le conte alternatif des migrants, le film aborde sous un angle nouveau ce sujet brûlant d’actualité.

Comme chaque année, malgré les difficultés dues aux mesures sanitaires, le festival propose des rencontres et débats de haut vol.

Le cinéma de résistance : Table ronde samedi 21.8. 15h30 Salle Paderewski, précédée du programme de courts métrages 3

Les sociétés africaines sont en pleine mutation. En Afrique du Nord ainsi que dans différents pays subsahariens, des mouvements de protestation soutenus par la société civile ont émergé pour se révolter contre la situation politique de leur pays. Avec Dieudo Hamadi  (En route pour le milliard), Aïcha Macki (Zinder), Moly Kane (Sër bi), Lemohang Jeremiah Mosese  (This is not a Burial, it’s a Resurrection), Brahim Shagaf (Toufa). Modération par Alex Moussa Sawadogo, attaché artistique du Festival. En présentiel ou visioconférence en direct du Festival.

Situation en Méditerranée : comment documenter une crise humanitaire ?  Discussion Samedi 21.8. 18h Salle des Fêtes

Aux portes de l’Europe, une catastrophe humanitaire est en cours. Depuis 2014, plus de 22’000 personnes ont perdu la vie en mer Méditerranée centrale, entre la Libye et l’Italie. Organisée on partenariat avec SOS MEDITERRANEE Suisse, cette discussion aborde le rôle des images, du journalisme et du cinéma dans une situation de crise et reviendra notamment sur l’expérience de SOS MEDITERRANEE. Avec Caroline Abu Sa’da, directrice générale de SOS MEDITERRANEE Suisse, Karim Sayad, auteur et réalisateur et Davide Rodogno, professeur d’histoire et politique internationales à l’IHEID. Modération par Philippe Cordey, chef opérateur et enseignant. En présentiel.

Le concert de Professor Wouassa, le vendredi 20.8 à 20h au Théâtre de Verdure

Le combo vibrant Professor Waoussa revient avec un troisième album Yobale Ma! à la créativité exacerbée. Dans ce nouvel opus, les Lausannois ne gardent leur afrobeat qu’en filigrane pour mieux faire découvrir toute la palette des couleurs de l’Afrique. À coup de guitares qui claquent, de grooves incisifs et de mélodies percutantes, le groupe invente une communion entre Nile Rodgers, Mulatu Astatke et Papa Wemba. En partenariat avec le Festival Jazz Onze.

Informations pratiques :

Séance unique 15.- / 10.-

Abonnement  60.- / 50.-

L’abonnement et les cartes de la Cinémathèque suisse valables

Prix réduits pour les Ami.e.s du Festival, étudiant.e.s , AVS, AI, chômage

Les projections du soir à 21h au Théâtre de verdure (à la Salle Paderewski en cas de pluie) sont gratuites.

https://www.cine-afrique.ch

Malik Berkati

© j:mag Tous droits réservés

malik berkati

Journaliste / Journalist - Rédacteur en chef j:mag / Editor-in-Chief j:mag

malik berkati has 743 posts and counting. See all posts by malik berkati

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*