Mostra 2019 : Pedro Almodóvar reçoit le Leone d’Oro alla carriera

Remis au grand réalisateur madrilène ce jeudi 29 août dans la Sala Grande… Contrairement à Cannes qui fait languir Pedro Almodóvar depuis de nombreuses années, Venise a récompensé le chef de file de la Movida espagnole pour l’ensemble de son oeuvre.

Pedro Almodóvar a été récompensé par le Lion d’or décerné pour l’ensemble de sa carrière. La décision a été prise par le conseil d’administration de la Biennale de Venise présidé par Paolo Baratta, qui a adopté la proposition du directeur du festival Alberto Barbera.

— Pedro Almodóvar à la cérémonie de remise du Lion d’or pour l’ensemble de sa carrière
© La Biennale di Venezia – Photo ASAC

En acceptant la proposition, Pedro Almodóvar a déclaré:

Je suis très excité et honoré par le cadeau de ce Lion d’Or. J’ai de merveilleux souvenirs du festival de Venise. Mes débuts internationaux y ont eu lieu en 1983 avec Entre les ténèbres. C’était la première fois qu’un de mes films voyageait hors d’Espagne. C’était mon baptême international et ce fut une expérience merveilleuse, tout comme mon retour avec Femmes au bord de la crise de nerfs en 1988. Ce lion deviendra ma mascotte, avec les deux chats avec lesquels je vis. Merci du fond du coeur pour ce prix.

Alberto Barbera a déclaré à propos de ce prix :

Almodóvar est non seulement le réalisateur espagnol le plus important et le plus influent après Buñuel, mais aussi l’auteur qui a su offrir à l’Espagne post-franquiste le portrait le plus articulé, le plus controversé et le plus provocant. Les thèmes de la transgression, du désir et de l’identité sont le terrain de prédilection de ses œuvres empreintes d’un humour corrosif et recouvertes d’une splendeur visuelle qui donne un éclat inédit au camp de l’esthétique et au pop-art auquel il se réfère explicitement. La maladie de l’amour, le désir d’abandon, l’incohérence du désir et les déchirures de la dépression se retrouvent dans les films au tournant du mélodrame et de sa parodie, puisant dans des sommets d’authenticité émotionnelle qui rachètent tout excès formel. Sans oublier qu’Almodóvar excelle avant tout dans la peinture de portraits féminins incroyablement originaux, en raison de la rare empathie qui lui permet de représenter la force, la richesse émotionnelle et les faiblesses inévitables avec une authenticité rare et touchante.

Pour rappel, Pedro Almodóvar est né à Calzada de Calatrava, au cœur de La Mancha, dans les années 1950. Après avoir reçu une écation distillée par les pères, avec tous les travers qui sévissent dans un établissement religieux, comme il les a décrit dans La mauvaise éducation, à dix-sept ans, il quitte son domicile et s’installe à Madrid sans argent ni travail, mais avec un projet très clair: étudier le cinéma et réaliser des films. Il était impossible de s’inscrire à l’École de cinéma, car Franco venait de la fermer. Mais malgré la dictature qui étouffait le pays, Madrid représentait toujours, pour un adolescent de province, la culture, l’indépendance et la liberté.

Il occupa de nombreux emplois précaires, mais ne put acheter son premier appareil photo Super 8 mm que lorsqu’il obtint un emploi “sérieux” à la Compagnie nationale de téléphone d’Espagne en 1971, où il travailla pendant douze ans en tant qu’assistant administratif. Par ce biais, son travail lui a permis d’approfondir sa connaissance de la classe moyenne espagnole au début de l’ère de la consommation, avec ses drames et ses malheurs, véritable mine d’or pour un futur conteur. Le soir et la nuit, cependant, il a écrit, aimé, joué avec le légendaire groupe de théâtre indépendant Los Goliardos et tourné des films en Super-8.

Pedro Almodóvar a collaboré avec divers magazines clandestins et a écrit des nouvelles, dont certaines ont été publiées. Il a été membre d’un groupe de périodiques punk-rock, Almodóvar & McNamara. Il a eu la chance que sa croissance personnelle coïncide avec le phénomène de Madrid démocratique à la fin des années 70 et au début des années 80. C’était la période que le monde connaissait sous le nom de Movida.

Après un an et demi de travail en 16mm, il fait ses débuts en 1980 dans le long métrage avec Pepi, Luci, Bom, un film sans budget réalisé en coopération avec le reste de l’équipe et les acteurs, tous débutants sauf Carmen Maura.

Il était grand temps que Pedro Almodóvar soit récompensé pour son immense carrière qui va bien au-delà du septième art et touche à de nombreux modes d’expression très diversifiés. La Mostra de Venise a su le faire, contrairement à un autre festival qui se déclare le plus grand au monde.

Firouz E. Pillet, Venise

© j:mag Tous droits réservés

Firouz Pillet

Journaliste RP / Journalist (basée à Genève)

Firouz Pillet has 419 posts and counting. See all posts by Firouz Pillet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*