Locarno 2022 : présenté en Compétition officielle, Nação Valente (Tommy Guns), second long métrage du réalisateur luso-angolais Carlos Conceição, traite des douloureux sujets du colonialisme et de la guerre d’indépendance

Le second long métrage, de Carlos Conceição, Nação Valente, entraîne le public, bien malgré lui, dans les affres de la fin du colonialisme portugais en Angola.
En 1974, après plusieurs siècles de présence coloniale, les Portugais fuient l’Angola où des groupes indépendantistes récupèrent leur territoire. Une femme angolaise découvre l’amour, puis la mort, lorsque son chemin croise celui d’un soldat portugais (João Arrais). Dans la séquence suivante, une escouade portugaise, au sein de laquelle combat le jeune Zé, est barricadée à l’intérieur d’un mur dont elle devra s’échapper lorsque le passé sortira de sa tombe pour réclamer la justice attendue. (…)

Lire la suite

Cannes 2022 : Tirailleurs, de Mathieu Vadepied, dépeint le drame d’un père et d’un fils sénégalais expédiés au nom de la Mère Patrie dans l’enfer des tranchées pendant la Première Guerre mondiale

Ce mercredi 18 mai, le film de Mathieu Vadepied a été présenté en ouverture dans la section Un Certain Regard au Festival de Cannes 2022. En 1917, Bakary Diallo (Omar Sy), un père de famille agriculteur peul du Sénégal, s’enrôle dans l’armée française pour rejoindre Thierno, son fils de dix-sept ans, qui a été recruté de force. Aussitôt munis d’un fusil et affublés de l’uniforme de l’armée française, Bakary et Thiemo (Alassane Diong) assistent au discours d’un général français qui les invite à combattre et donner leur vie à la France qui leur rendra toute sa gratitude. Père et fils vont devoir affronter la guerre ensemble. Galvanisé par la fougue de son officier (Jonas Bloquet) qui veut le conduire au cœur de la bataille dans les Ardennes pour gagner une colline de trois-cents mètres sur la ligne de front allemande, Thierno va s’affranchir et apprendre à devenir un homme tandis que Bakary va tout faire, en économisant sa solde et essayant de trouver des voies d’issue pour sortir de l’enfer des tranchées, pour l’arracher aux combats et le ramener sain et sauf au pays. Epié par un autre tirailleur peul, Salif, (Bamar Kane), qui survit par le biais de combines, Bakary accepte de lui donner ses économies afin que son fils et lui puissent quitter la division de l’officier Chambreau sur un envoi de cadavres de tirailleurs pour gagner le Havre où les attend un bateau pour le Sénégal. (…)

Lire la suite