Mostra 2017 – Suburbicon: la satire sociale de George Clooney mêle deux histoires sur fond d’émeutes raciales

Comme une publicité des années cinquante, Suburbicon présente une zone résidentielle idéale, idyllique et paisible, et bien évidemment destinée aux Américains blancs.

Bien sûr, ce n’est pas là le propos du film. Vous vous laissez porter par la musique signée Alexandre Desplat et entrez dans l’univers a priori parfait de cette ville rêvée. George Clooney se tient derrière la caméra pour prouver qu’il est bon réalisateur mais sur les rives du Lido, les fans attendaient, se massant contre les barrières, à l’entrée du Palais ou devant l’embarcadère, l’acteur caméléon – réalisateur – méga-star internationale, qui jongle avec brio avec les effets cinématographiques des frères Coen, de Hitchcock et de Billy Wilder.
(…)

Lire la suite

Film d’ouverture Berlinale 2016: Hail, Caesar! de Joel et Ethan Coen

Les années 50, l’âge d’or du cinéma hollywoodien et de celui du maccarthysme. Voilà le décor du dernier film des

Lire la suite