BD: Des Bombes et des Hommes par Estelle Dumas – Rencontre

La BD publié récemment par Futuropolis porte le titre clinquant Des Bombes et des Hommes, est écrite par une femme – Estelle Dumas – qui s’est basée sur son vécu en Bosnie-Herzégovine, un quart du siècle plus tôt.

Cette petite histoire dans la grande nous montre surtout qu’il peut y avoir de la lumière même dans les heures les plus sombres de l’Humanité!

Pour payer ses études de langues appliquées et de sciences politiques, la jeune fille a longtemps travaillée adans des festivals. D’abord à Dinard, puis à Travelling de Rennes. Pour faire autre chose que « passer sa vie à organiser des cocktails pour des gens qui ont besoin de voir des gens qui ont besoin d’être vus », elle met son énergie au service de l’humain! Le hasard vuet qu’elle se retrouve à Sarajevo, parmi des activistes de l’ONG lyonnaise Équilibre. Malgré le pronostic peu enviable sur sa résistance et ses possibilités d’action réelle, dans un environnement très difficile, la jeune fille de 25 ans s’accroche en partageant courageusement le quotidien des Sarajeviens assiégés, subissant des bombardements, des mortiers, les snipers, les coupures d’eau et d’électricité, la famine et la mort! Elle s’intègre vite et fait partie du premier convoi pour Gorazde, la ville située à l’est de Bosnie, elle aussi coupée du monde durant trois ans, bombardée et privée de tout, dont la moitié des habitants ont été tués par les forces des paramilitaires et extrémistes serbes.
Estelle/Isabelle (le personnage du scénario), fait des rencontres très amicales avec les habitants, contente que la distribution des vivres se fasse vite. Très surprise, la Française apprend le souhait de nombreux citoyens : avoir à nouveau la possibilité de voir des films! Leurs salles détruites par les bombardements permanents n’ont plus pu accueillir aucun public. La jeune femme essaie de les raisonner en soulignant qu’il faut d’abord manger. Mais ceux qui ont survécu à l’isolation, la perte des proches et appris à résister à la faim et au froid lui expliquent qu’elle ne peut pas comprendre ni décider le contenu de leurs priorités!  D’un coup la jeune fille comprend qu’ils sont d’abord des êtres humains, même si souvent traités en animaux par toute la «communauté internationale». Elle s’employe donc à  leur emporter des films…
Originaire de Saint Malo, Estelle Dumas est Parisienne, de longue date. Nous l’avons rencontrée :

Comment est née l’idée de la BD?

Au départ, le scénario a été écrit pour le cinéma. Scénario sélectionné au Festival de Cannes 2015 par la Maison des scénaristes mais qui n’a pas trouvé de producteur ! C’est à ce moment là que j’ai rencontré Sébastien Gnaedig, le directeur éditorial de Futuropolis et que l’idée d’une bande dessinée est née.

Le titre Des Bombes et des Hommes interpelle. Comment vous l’avez trouvé?

L’histoire de cette bande dessinée parle de guerre mais surtout des humains et de leurs besoins. Il fallait que le titre soit court et efficace.

Pour quelle raison avez-vous choisi de faire de l’humanitaire en Bosnie-Herzégovine? Il y avait 28 conflits planétaires à l’époque…

Je n’ai pas choisi spécifiquement la Bosnie. Je n’avais pas de destination de prédilection, je voulais juste m’investir dans une mission humanitaire quelle qu’elle soit. C’est l’ONG Équilibre qui a choisi pour moi.

Pourriez vous évoquer l’histoire très particulière de votre scénario. Tout le monde n’est pas sélectionné au Festival de Cannes. Comment avez-vous fait?

Le scénario a été écrit pour le cinéma car c’est un médium qui me paraissait le plus évident au départ. Lorsque j’ai terminé de l’écrire, j’ai postulé à un appel à projets de la Maison des Scénaristes pour le Festival de Cannes et il a été sélectionné ! La magie de la Vie ! (sourire)

Qui sont vos dessinateurs?

Julie Ricossé a tout de suite dit oui pour mettre en image cette histoire. Elle avait déjà beaucoup lu sur ce conflit et avait vu des documentaires. Elle était déjà donc sensibilisée à cette guerre. Lorsque j’ai vu la délicatesse de ses aquarelles, on a su tout de suite que ça allait injecter de l’élégance et de la lumière et ce récit plutôt âpre. Loïc Godart est venu en renfort pour travailler sur le story-board et les croquis. Ils ont tous les deux, plusieurs albums de bande dessinée à leur actif. Pas comme moi qui suis à ma première BD ! (rire)

Vous avez eu un considérable écho médiatique. Pourtant la situation aux Balkans n’intéresse plus.

Nous avons, effectivement, un joli début de promotion médiatique. Je pense que c’est le cœur de l’histoire qui dépasse un conflit qui a existé il y a 25 ans.

Etes-vous retournée à Sarajevo et Gorazde, après la guerre?

J’y suis retournée pour le 1er de l’An 2000, pour y fêter le changement de siècle.

Pour quelle raison vous affirmez que le film sur le sujet ne se fera jamais ?!

Comme vous le mentionniez, la guerre de Bosnie n’est pas très fédératrice. C’est aussi une grosse production qu’il faut prévoir avec les décors, les costumes de l’époque et le reconstitution d’une guerre….

Djenana Djana Mujadzic

© j:mag Tous droits réservés

Djenana Mujadzic

Rédactrice / Reporter (basée à Paris)

Djenana Mujadzic has 63 posts and counting. See all posts by Djenana Mujadzic

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*