Berlinale 2020 – Generation 14plus : Pompei, d’Anna Falguères et John Shank, met en relief les rites de passage à l’âge adulte

Après une première mondiale lors la 44ème édition du Festival international du film de Toronto, où il a été présenté dans la section Discovery dédiée aux auteurs émergents, Pompei d’Anna Falguères et John Shank, fait sa première européenne au Festival de Berlin dans la section Generation 14+.

Deux adolescents filent à vive allure sur une moto, sans casques, sur des accords de guitare sèche. La séquence suivante nous montre un jeune garçon en train de s’observer dans un miroir dans une demeure aux volets clos, un lieu où l’on entend le chant des cigales : c’est l’été. La caméra nous dévoile un plan fixe sur des dunes; au loin résonnent des voix d’enfants. Un battant de porte claque au vent. Un homme s’arrête à la station-service qui semble abandonnée dans cette région désertique et écrasée de soleil. Il donne un billet à Taxou et lui demande le plein mais celui-ci le rudoie puis le menace. Victor et Taxou ont eu le temps d’apercevoir la passagère, une jeune fille mutique, au regard azur,  qui les observe.

— Aliocha Schneider, Vincent Rottiers – Pompei
© Florian Berutti

Près d’un site de fouilles archéologiques, dans la région de l’Occitanie. se trouve une zone stérile et désertique habitée par une bande de jeunes. Toxou (Vincent Rottiers) est l’aîné et le leader du peloton, tandis que Jimmy (Auguste Wilhelm), encore un jeune garçon, a fait de Victor (Aliocha Schneider) son modèle. Tout le monde porte un jean et un T-shirt et sait que tôt ou tard, il est temps de commencer à fumer. Cowboys perdus à la recherche de reliques d’une civilisation passée, ils sont mis en cage dans la liberté d’une étrange friche apparemment déserte. L’arrivée d’une fille appelée Billie (Garance Marillier) réveille le désir de Victor de s’échapper de cette rpisonà ciel ouvert – au grand dam de Taxou.

Dans ce film atmosphérique et allégorique d’Anna Falguères et John Shank, Victor (Aliocha Schneider) et son petit frère se frayent un chemin libérateur et initiatique à travers le vol d’objets en faisant partie d’une communauté d’enfants vagabonds livrés à eux-mêmes. Aliocha Schneider a été retenu comme l’une des étoiles montantes du TIFF pour son interprétation de  Victor, dévasté par la désertion de son père « qu’il aurait voulu tuer mais il n’en a pas eu le temps ». Le tandem de frères survit dans cet environnement dépourvu de soins, d’intimité et de providence – et avec des règles étranges et strictement imposées. Cet univers qui semble parfaitement fonctionner en huis clos est perturbé par le romantisme débridé deBillie qui menace la communauté de jeunes inadaptés perdus. Taxou, autoritaire, veut un droit de regard, voire un droit de cuissage sur Billie qui, en plein ébat avec Victor, arrête net ses câlins et part en disant avec fermeté à Taxou qu’elle se contrefiche de leurs règles que Taxou veut lui imposer. Alors que les tensions montent, Victor doit choisir entre la loyauté et l’amour. Premiers émois, sentiments naissants, éveil à la sexualité … Le duo de cinéastes brosse par touches subtils et progressifs l’évolution des personnalités, des émotions et de la maturité des personnages.

— Garance Marillier – Pompei
© Florian Berutti

Pompei, le premier long métrage de la co-réalisatrice Anna Falguères et le deuxième long métrage du co-réalisateur John Shank, amène le tandem à créer un sentiment d’appartenance atmosphérique, symbolique, allégorique, qui évoquent les ruines d’une civilisation au bord de la chute à l’instar des fouilles que fait la ribambelle disciplinée. À Pompéi, l’âge est régi par des rites de passage et soumis à la position de sa place dans cette communauté qui vit en quasi autarcie. Au bénéfice d’une photographie lumineuse qui irradie, le récit se révèle par bribes telle une mémoire fragmentée qui reconstitue les êtres petit à petit alors qu’ils retrouvent des points d’ancrage à une humanité commune.

A la fois paisible et agité, docile et rebelle, avec des échos de James Dean et Lord of the Flies, ce film d’Anna Falguères et John Shank raconte la sortie de la chrysalide pour se libérer des entraves et se connecter à son for intérieur.

John Shank est né à Bloomington, dans l’Indiana, et a étudié à l’Institut des arts de diffusion à Bruxelles. Il a réalisé une trilogie de courts métrages: Un veau pleurait, la nuit, Les mains froides et Abandon. Son premier long métrage s’intitule L’hiver dernier.
Créatrice de production, auteure et photographe française, Anna Fulgures a travaillé sur des films de réalisateurs dont Mia Hansen-Løve, Catherine Corsini et Joachim Lafosse. Pompei est son premier film en tant que réalisatrice.

De Anna Falguères et John Shank; avec Garance Marillier, Aliocha Schneider, Auguste Wilhelm, Vincent Rottiers, Judit Williquet; France, Belgique, Canada; 2019; 91 minutes

Firouz E. Pillet

© j:mag Tous droits réservés

Firouz Pillet

Journaliste RP / Journalist (basée à Genève)

Firouz Pillet has 659 posts and counting. See all posts by Firouz Pillet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*