j:mag

lifestyle & responsible citizenship

Culture / KulturThéâtre / Theater

Entre Fantasio et 20 000 lieues sous les mers, Laurent Natrella se confie sur ses divers métiers qu’il exerce avec maestria, bonheur et espièglerie. Rencontre

Laurent Natrella a plusieurs cordes à son arc : jonglant avec élégance et aisance comme comédien dans des rôles du répertoire classique comme du répertoire contemporain, il s’illustre avec brio dans la mise en scène avec un mémorable Fantasio et assure la transmission auprès de ses étudiant.e.s.

Créé au Théâtre Kléber-Méleau l’automne dernier, le Fantasio selon Laurent Natrella est parti d’une rencontre artistique : le directeur du TKM, Omar Porras, avait confié à Laurent Natrella le rôle du truculent et facétieux Scapin, directeur d’acteurs hors pair, des Fourberies de Scapin de Molière. Le comédien et metteur en scène donne une cure de jouvence à la comédie de Musset en instillant à ce texte, composé en 1833 une fougue et une exubérance inouïes dans une mise en scène audacieuse.

D’emblée, cette joyeuse bande de jeunes comédiennes et comédiens récemment dilômé.e.s des écoles de théâtre de suisse romande et du Tessin – Les Teintureries, La Manufacture, l’école de théâtre Serge Martin, l’Accademia Dimitri! – nous surprennent et nous régalent par leur talent, leur aisance et leur virtuosité que ce soit dans le jeu théâtral mais aussi dans la musique, dans le chant comme dans l’art circassien. Confiant ces rôles de jeunes qui, à l’instar de Fantasio, incarnent la révolte contre les carcans de la société et la « désespérance » des « enfants du siècle », pour citer le poète et dramaturge romantique, Laurent Natrella choisit d’insuffler à cette écriture de jeunesse un esprit fougueux, audacieux, intrépide, énergique et résolument contagieux. À cette énergie volcanique de cette jeunesse qui se révolte contre le passé, le metteur en scène assume des choix qui, de prime abord, subjuguent certains et déconcertent d’autres mais ne laissent pas indifférents. Rapidement, la mise en scène de Laurent Natrella donne du panache à chaque membre de sa troupe et fait chavirer le cœur du public.

Laurent Natrella entraîne le public auprès d’une bande de jeunes qui nous font immédiatement songer à la bande de rockers punks de Starmania. Avides de vie, de fête et d’alcool, cette jeunesse bavaroise dorée attend son chef de bande, Fantasio, qui tarde à arriver. Sous son costume de bouffon, celui-ci se présente à la princesse Elsbeth, endeuillée par la récente mort du bouffon royal dont elle était tombée follement amoureuse, et qui converse avec sa dame de compagnie dans les jardins du palais du roi de Bavière. La princesse se prépare à rencontrer le prince de Mantoue qu’elle doit épouser pour assurer la paix au royaume.

Osant flirter avec les références de notre époque pour le plus grand bonheur du public qui se laisse porter par la surprise, les décalages osés mais judicieux, Laurent Natrella signe une mise en scène innovante et décapante qui met en exergue la modernité de la pièce de Musset.

Laurent Natrella se réjouit de poursuivre l’aventure avec Fantasio avec sa troupe de jeunes comédiens et des négociations avec divers théâtres qui vont bon train. Mais le metteur en scène de Fantasio se réjouit aussi de se retrouver comédien dans 20 000 lieues sous les mers, le chef-d’œuvre Jules Verne, dans une adaptation et une mise en scène Christian Hecq et Valérie Lesort où il montre toute l’étendue de son art en tant que « manipulateur de poissons et de marionnettes ». 20 000 lieues sous les mers, créé en 2015 à la Comédie-Française par le couple phare du théâtre français, a récolté une pluie de prix dont quatre Molière en 2023. Le couple d’artistes a décidé de repartir en tournée en France mais aussi en Suisse.

Jules Verne, grand maître du roman fantastique et d’aventure, plonge, en 1866, le public dans les mers depuis qu’on y a aperçu un monstre. Une frégate se lance à sa recherche et découvre qu’il s’agit en fait d’un sous-marin révolutionnaire, le Nautilus. À sa tête, un homme, misanthrope et cyclothymique, savant fou, humaniste et écologiste convaincu : le fameux Capitaine Nemo !

Christian Hecq et Valérie Lesort (La Mouche, Le Voyage de Gulliver) repartent en tournée avec l’un de leurs plus grands succès qui est une véritable aventure scénique. L’adaptation au plateau du célèbre roman de Jules Verne était d’envergure et n’a pas été une maigre affaire pour conserver la magie et l’onirisme de l’ouvrage. Laurent Natrella y retrouve son personnage du fidèle serviteur Conseil du professeur Pierre Aronnax, professeur au Muséum d’histoire naturelle de Paris.

Valérie Lesort et Christian Hecq, tous deux metteurs en scène, auteurs et comédiens, partent en tournée avec 20 000 lieues sous les mers, d’abord dans plusieurs théâtres de l’Hexagone – Théâtre de Suresnes (Jean-Vilar), Théâtre des Louvrais (Points communs, Nouvelle scène nationale) – Pontoise – Suresnes, Montbéliard – La MALS – Sochaux, le Théâtre louis Aragon à Trembay, Théâtre Liberté à Toulon, puis dans Le Théâtre Equilibre-Nuithonie, à Fribourg en mai et des pourparlers sont en cours pour d’autres scènes suisses. Restez à l’affût afin de larguer les amarres avec leur spectacle !

Rencontre avec Laurent Natrella

 

Firouz E. Pillet

j:mag Tous droits réservés

Firouz Pillet

Journaliste RP / Journalist (basée/based Genève)

Firouz Pillet has 946 posts and counting. See all posts by Firouz Pillet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*