Le 12e Festival du Cinéma polonais de Paris sous le signe de la Comédie humaine

Les films choisis et projetés au Cinéma  d’art et d’essai Le Balzac, situé à la bordure des Champs Élysées, du 29 novembre au 2 décembre 2019 ont assemblé une actuelle comédie humaine, comme celle d’un étudiant qui fuit l’engagement politique, mais à qui le régime sous l’égide de Jaruzelski ne laisse pas d’alternative. Jeune voyou charmeur aux yeux clairs, adorateur d’alcool et de drogues dures, il se découvre une vocation de prêtre et guérit âmes, avec succès.  Il y a aussi des circonstances où la différence entre la réalité sociale et l’imaginaire n’est pas déterminée, par exemple dans l’existence d’enfants qui ont réussi à s’échapper d’un camp de concentration et finissent par être obligés de lutter contre les chiens dans une forêt inconnue.
Des personnages inhabituels à  la recherche de soi qui nous plongent dans l’éternelle question sur notre place dans univers.

Fêtant les 50 ans de la disparition de l’écrivain Witold Gombrowicz, une prestigieuse rétrospective des adaptations de ses livres a été montrée : Ferdydurke, La Pornographie et Cosmos.

Films de haut niveau

En compétition officielle ont été projetés six films tournés en 2018 et 2019, représentatifs de la haute qualité, modernité et richesse du cinéma polonais contemporain.

The Butler de Filip Bajon qui a obtenu des Aigles, prix annuels en Pologne a ouvert la manifestation. Il a aussi reçu des Lions d’argent au festival de Gdynia pour avoir savamment montré au public l’identité de la région de la Karchoubie, où se mêlent des gens de différents origines.

La Communion de Jan Komasa, représentera la Pologne aux prochains Oscars, vainqueur du cinéma Label Europa Cinémas aux Giornate degli Autori à Venise, aussi montré à  Toronto et Stockholm où il a emporté un prix. Le film sort en France début fevrier 2020.

 

Une des rares réalisatrices Jagoda Szelc, qui a triomphé à  Berlinale l’année dernière avec premier long métrage Tower.A Bright Day a présenté l’émouvant Monument. Adrian Panek a montré son étonnant film Les Rescapés, primé pour la mise en scène et la musique à Gdynia. Puis A Coach’s Daughter de Lukasz Gregorzek, une explication à  la lisière de la métaphysique, sur l’échange entre générations. Citon également Adam Sikora et son Autsajder, une critique réfléchie sur le communisme écrasant.
Pilsudski de Michel Rosa, sur un important homme politique du 20e siècle a conclu la compétition avec pour invité également Jacek Borcuch, distingué au Sundance du Prix spécial  du jury pour la star Ktystyna Janda qui joue le rôle principal dans Dolce Fine Giornata. Le film sortira en Europe occidentale le 29 janvier prochain.

Kinopolska fut organisé par l’Institut Polonais de Paris, l’Institut Adam Mickiewicz de Varsovie avec le soutien des Cahiers du Cinéma, Le Nouveau Magazine Littéraire, Arras Film Festival, New Story, Bodega Films, CinéFac, La Septième Obsession, Le Balzac.

La Communion a raflé et le Prix du jury ainsi que le Prix du public.

Djenana Djana Mujadzic

© j:mag Tous droits réservés

Djenana Mujadzic

Rédactrice / Reporter (basée à Paris)

Djenana Mujadzic has 56 posts and counting. See all posts by Djenana Mujadzic

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*