Achtung Berlin Filmfestival 2022 – Eine Filmschau des jungen berlinbezogenen Films

Zum 18ten Mal fand vom 20.-27. 4. in mehreren Berliner Kinos das Achtung Berlin Filmfestival statt. Augenmerk liegt hier im Berlinbezug: Entweder der Film ist in Berlin gedreht oder der Regisseur oder die Produktion stammen aus Berlin. Die meisten Filme hatten bereits vorher ihre Weltpremiere beim Wettbewerb um den Max Ophüls- Preis, liefen in Hof, Leipzig oder in Zürich. Das tut der Sache aber keinen Abbruch, sollen die Filme einem grösseren Publikum näher gebracht werden. Die Filme sind dabei in verschiedene Sektionen eingeteilt, die teilweise auch in Wettbewerben laufen. (…)

Lire la suite

A Paris, les festivals Cinéma du Réel et Festival international de films de femmes de Créteil viennent de fêter leur 44 ans!

Depuis le début de l’année, la capitale française a complètement renouvelé son existence culturelle, avec de nombreux événements marquants. Parmi les plus suivis, la 44ᵉ édition du Cinéma du Réel et du Festival international de films de femmes de Créteil. Toujours dotés de fraîcheur, motivation et intérêt particulier pour le développement du 7ème art, ils ont attiré un public composé de toutes les générations. (…)

Lire la suite

Impressions sucrées du Salon du Chocolat de Paris

Depuis un quart du siècle le Salon du Chocolat réunit à Paris professionnels et amateurs autour d’une passion commune. Cette année, près de 300 producteurs ont présenté leurs nouvelles découvertes et innovations aux presque 200000 visiteurs, venus du monde entier au Parc des expositions, situé à la Porte de Versailles dans le 15ème arrondissement de la Ville lumière. (…)

Lire la suite

Impressionnante par les chiffres, avec 2901 films soumis, 130 œuvres programmées, 50 films en compétition, 13 prix, la 32e édition de Festival International de Cinéma de Marseille qui a eu lieu entre 19 et 25 juillet a attiré plus de 25000 spectateurs, venus du monde entier

Durant une semaine, dans les théâtres, les bibliothèques, les cinémas, les amphithéâtres à ciel ouvert, la manifestation a présenté de nombreuses premières mondiales et premiers films, symbolisant un gisement des cinématographies contemporaines et celles qui s’annoncent grandes dans l’avenir, des productions documentaires et fictions emblématiques. Le festival a aussi proposé le FIDLab, une plateforme de soutien à la coproduction planétaire, le FIDCampus, une résidence de formation d’étudiants internationaux.
(…)

Lire la suite

Filmfest Dresden : une 33e édition qui a fait feu de tout bois et ouvert encore une fois largement l’horizon de l’art du court-métrage

Les cinémas n’ont rouvert en Allemagne que le 1er juillet, même s’il était possible de voir des films dès juin, seulement dans les cinémas en plein air. Quel pari avait fait le festival du court-métrage de Dresde qui a débuté le 13 juillet ! Certes, de longue date, le festival qui a lieu traditionnellement en avril, propose des séances en plein air, mais son cœur bat dans deux magnifiques cinémas de la ville qui permettent à la fois de grands écrans pour savourer les projections et une certaine proximité pour s’entretenir avec les cinéastes présents. Pari tenu… de justesse ! La 33e édition du Filmfest Dresden s’est déroulée sans accrocs d’organisation malgré les mesures sanitaires, dans l’ambiance détendue qu’on lui connaît, avec un programme très riche en sections et en prix à décerner (en tout 70’500 euros), et une qualité de programmation égale aux précédentes éditions. La joie des spectateurs de pouvoir à nouveau regarder du cinéma au cinéma, de pouvoir échanger avec les quelques artistes ayant pu faire le déplacement était palpable ; celle aussi des cinéastes de voir enfin sur grand écran leurs créations, de répondre aux questions et remarques des spectatrices et spectateurs, de rencontrer des collègues… bref un avant-goût de retour à la normale !
Impossible de parler de tous les films et des sections, voici donc cinq films choisis en toute subjectivité. (…)

Lire la suite

Ibrahim de Samir Guesmi vainqueur du festival Premiers plans d’Angers

La pandémie mondiale n’a pas empêché la fête du 7ème art, dédiée aux premiers films du Vieux continent. Le programme est toujours visible en ligne, jusqu’au 24 février malgré la fin de la première partie survenue le 31 janvier. Les cinéphiles pourront savourer les rétrospectives de Fellini et Akerman, sur le site LaCineteck.
Le président du jury des long métrages, le réalisateur Pierre Salvadori a exprimer son contentement de participer à ce festival:
(…)

Lire la suite

46e édition du Festival du cinéma américain de Deauville – sous le signe de Spartacus

La ville de Deauville, le Public Système Cinéma et le Centre International ont eu assez du courage et d’énergie pour risquer d’organiser cette manifestation du septième art américain, unique en Europe.
(…)

Lire la suite

La 32e édition du festival international du court métrage Filmfest Dresden prime un film canadien bouleversant – Physique de la tristesse de Theodore Ushev et un film allemand explosif – Masel Tov Cocktail d’Arkadij Khaet et Mickey Paatzsch

C’est avec un mélange de bravoure et de décontraction que les équipes du festival international du film court de Dresde ont livré une très réussie 32e édition, contre et vents et marées pandémiques. Repoussé d’avril à septembre, le festival n’a en aucune manière perdu de ce qui fait son charme : être un lieu de convivialité où les amoureux du cinéma peuvent échanger et se rencontrer sans protocole paralysant. Cette édition 2020 a démontré, s’il en est encore besoin, à quel point les rencontres culturelles sont importantes, non seulement pour ses côtés sociabilisant mais également pour tous les échanges d’impressions, de partages d’émotions, de découvertes de nouvelles perspectives, de nouveaux points de vue et horizons, ce qui, seul face à son écran, reste très limité et biaisé par la bulle qui se forme. La culture n’est jamais aussi pertinente que lorsqu’elle est vécue en collectivité.
(…)

Lire la suite

« DEDANS – DEHORS »  Journal d’un confinement en France

Partout dans le monde, le mot confinement est entré abruptement dans nos vies et notre champ lexical. Chacun.e le vit différement, certain.es bien, la plupart souvent comme il.elle le peut, malgré les injonctions souvent hors sol de certain.e.s « intellectuel.les » ou spécialistes de la chose – au hasard, des sportifs de l’extrême, des baroudeurs, des spationautes, etc. – d’en faire une riche expérience de vie. Voici le récit de l’expérience confinement de notre collaboratrice à Marseille.
(…)

Lire la suite

Opéra Semper de Dresde – Les Maîtres-chanteurs de Nuremberg (Die Meistersinger von Nürnberg) : Cinq heures et quarante minutes de bonheur

Seul opéra comique de Wagner en même temps qu’une suite, 200 ans plus tard, de son Tannhäuser, Les Maîtres-chanteurs de Nuremberg apparaît, au-delà d’une revanche du compositeur sur l’establishment musical de son époque, comme une réflexion sur l’art. On y retrouve l’éternelle querelle entre les ‘anciens’, partisans du conservatisme et de la ‘règle’, et les modernes ouverts à la créativité.  Selon  l’historien Michael Tanner, il s’agit du ‘conflit entre imagination et forme’ et par-dessus tout de ‘la relation entre l’artiste et son public.’ Un public allemand! Car les Maîtres-chanteurs glorifie d’abord l’Allemagne, son histoire et ses traditions lyriques, dans un nationalisme que le Troisième Reich récupérera tristement à son avantage, et au détriment de l’héritage wagnérien.
(…)

Lire la suite