La pièce Memories of Sarajevo présentée au Festival d’Avignon

D’un siècle à l’autre

Le Birgit Ensemble, basé à la lisière parisienne, crée et présente des pièces retraçant l’histoire de l’Europe de 1945 à nos jours. Les fondatrices Julie Bertin et Jade Herbulot, qui ont étudié la philosophie à Paris I pour la première et Normale Sup à Lyon pour la seconde, se sont connues au Studio Théâtre à Asnières et au Conservatoire national supérieur d’art dramatique. Ensemble elles ont écrit la pièce Berliner Mauer : vestiges ont fondé Le Birgit Ensemble. Cette année, elles ont été invitées au Festival d’Avignon pour présenter leur nouvelle pièce construite en deux actes : Memories of Sarajevo et Dans les ruines d’Athènes qui encadrent le temps des années 90 du siècle dernier et le début des années 2000, sous le titre commun : Europe mon amour.

Memories of Sarajevo dans le cycle Europe mon amour
© Festival d’Avignon

Le passage d’un siècle à l’autre fut marqué par deux crises majeures : la guerre en Bosnie-Herzégovine et la banqueroute grecque. Avec une rare habileté Julie Bertin et Jade Herbulot expliquent les fractures de l’idéal européen et la cause du manque de confiance envers institutions du « vieux continent ». Dans un savant mélange historique, géopolitique, mémoriel d’un côté, dramaturgique et scénographique de l’autre, les instances politiques et la vie des citoyens se confrontent.

Masquer le vrai visage de conflit

Memories of Sarajevo se veut une grande fresque historique où les témoignages des habitants assiégés se font écho grâce au talent des jeunes comédiens, tous nés dans l’Union Européenne: Eleonore Arnaud, Lou Chauvain, Pauliine Deshons, Pierre Duprat, Anna Fournier, Kevin Garnichat, Lazare Herson- Macarel, Thimotée Lepeltier, Elise Lhomeau, Antoine Louvard, Estelle Meyer, Morganne Nairaud, Loïc Riewer et Marie Sambourg.

Memories of Sarajevo dans le cycle Europe mon amour
© Festival d’Avignon

Le dispositif de la pièce est clair et très compréhensible, structuré par deux niveaux concrétisant l’idée des metteuses en scène de montrer au public occidental le vrai visage du dernier conflit des Slaves du sud. Au-dessus est placé une tribune représentant le siège de l’Union Européenne et de l’ONU, ainsi que d’autres institutions internationales, puissantes et peuplés de dirigeants de tout genre qui n’arrivent pas à se mettre d’accord. En bas se trouvent des Sarajeviens, rassemblés dans leur malheur quotidien, essayant de survivre. Ceux d’en haut se targuent de tenir les décisions de toutes les opérations stratégiques, en s’employant à ne pas déranger les chefs nationalistes locaux et à masquer le mieux possible la monstruosité de la situation. La dramaturgie accuse directement les puissants du monde, l’UE et l’ONU, d’être en retard sur les événements et de repousser leurs responsabilités jusqu’à l’inefficacité.

Djenana Mujadzic

© j:mag Tous droits réservés

Enregistrer

Djenana Mujadzic

Rédactrice / Redactor (basée à Paris)

Djenana Mujadzic has 27 posts and counting. See all posts by Djenana Mujadzic

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*