Cannes 2021 : Rencontre avec Flore Vasseur, réalisatrice de Bigger Than Us, et Mary Finn, activiste irlandaise

(…)
Présente à Cannes, au lendemain de la projection de son dernier documentaire, Bigger Than Us, Flore  Vasseur est venue parler de son expérience auprès de jeunes activistes à travers la planète. Elle était accompagnée par Mary Finn, jeune activiste irlandaise âgée de vingt-deux ans, qui est s’est rendue sur l’île grecque de Lesbos en 2016 et s’est rapidement retrouvée à sauver des migrants de la mer. Mary Finn a aussi travailler dans un camp en Grèce continentale et sur un navire de sauvetage entre les côtes d’Afrique du nord et de l’Italie. En cette matinée ensoleillée, sur la Terrasse des Journalistes du Palais des Festivaisl, Flore Vasseur et Mary Finn nous ont parlé de leurs expériences. (…)

Lire la suite

Cannes 2021 : Bigger Than Us, de Flore Vasseur, est présenté dans la section éphémère « Le cinéma pour le climat » du Festival de Cannes

Ce samedi 10 juillet 2021, Marion Cotillard (coproductrice), Flore Vasseur, Mary Finn, jeune Irlandaise, capitaine de navire et activiste sur l’île de Lesbos, Melati Wijsen, jeune activiste indonésienne, Mohamad Aliounde, jeune activiste syrien et Denis Carot, co-producteur, étaient présents au photocall du dernier film de Flore Vasseur, Bigger Than Us.
Marion Cotillard a souhaité soutenir et co-produire, par amitié et par convictions, le projet de son amie de longue date, Flore, consacré à de jeunes activistes à travers le monde et à leurs combats pour protéger l’environnement, le monde, leur monde. Lire ici son interview.
(…)

Lire la suite

Cannes 2021 : Little Palestine – Diary of a Siege – Le journal filmé par Abdallah Al-Khatib du siège brutal imposé par le régime syrien au camp de réfugiés palestinien de Yarmouk

Abdallah Al-Khatib est étudiant en sociologie à l’Université de Damas quand la révolte explose dans les rues syriennes. À ce moment-là, il n’a aucune espèce d’expérience filmique que celle que tout le monde a de nos jours avec les nouvelles technologies. Il travaillait pour l’UNWRA (Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient) et du jour au lendemain, les rôles sociaux établis se sont transformés dans l’urgence de cette révolte politique. Al-Khatib explique comment il est arrivé à filmer ce journal qui suit le destin des civils pendant le siège :
(…)

Lire la suite

Cannes 2021 : rencontre avec Melati Wisjen, jeune activiste indonésienne et Marion Cotillard, co-productrice du film Bigger Than Us présenté dans la section éphémère « Le cinéma pour le climat »

Par une fin de matinée ensoleillée, sur la Terrasse des journalistes au quatrième étage du Palais, l’effervescence se fait ressentir alors qu’un premier de journalistes attendent l’arrivée de Marion Cotillard et de Melati Wisjen, une jeune activiste indonésienne qui mène un combat acharné face à la pollution de son île, Bali, par le plastique. Marion Cotillard a co-produit avec Denis Carot et la cinéaste Bigger Than Us, le nouveau documentaire de Flore Vasseur.
(…)

Lire la suite

De la cuisine au Parlement, de Stéphane Goël, se penche sur le long chemin des femmes pour obtenir des droits fondamentaux : le droit de vote et d’éligibilité

Ce film propose une balade à travers un siècle d’histoire suisse, sur les traces de celles qui se sont battues pour sortir de leur cuisine – et de ceux qui ont tout tenté pour les y renvoyer – jusqu’à l’obtention d’une égalité de droit dont la réalité semble parfois encore bien fragile et menacée. Faut-il le rappeler ? La Suisse peut se targuer d’avoir été l’un des derniers pays du monde à accorder le droit de vote et d’éligibilité aux femmes : Un triste record !
Réalisé en 2011 alors que l’on fêtait le quarantième anniversaire du suffrage féminin « dans une sorte d’indifférence », le documentaire de Stéphane Goël est d’abord sorti en 2012 et connaît en 2021 une seconde édition, complétée car «l’historie continue de se dérouler », comme le souligne le cinéaste. A l’opposé du désintéressement de 2011, le réalisateur constate que, dix ans après la première version, le cinquantième anniversaire du suffrage féminin est accompagnée d’une profusion d’événements, de publications, de projets et d’expositions à Berne, à Zürich et à Lausanne et mentionne qu’il décide de réaliser une seconde mouture sur l’invitation de la RTS :

Lire la suite

Aube Dorée l’affaire de tous – Quelle résistance ? demande la réalisatrice de ce documentaire, Angélique Kourounis

(…)
Depuis ce premier volet, l’affaire personnelle est devenue l’affaire de toutes et tous ! La réalisatrice et son co-auteur Thomas Iacobi, plusieurs fois agressé par des nervis du parti lors du tournage, veut avec ce second volet rechercher les réponses à donner à Aube Dorée, mais aussi de manière plus large, à tous les partis d’extrême-droite qui s’installent confortablement sur la scène politique du continent européen. C’est pourquoi, dès les premières secondes d’Aube Dorée l’affaire de tous, on est en place : Jean-Marie Le Pen et sa fameuse phrase sur les chambres à gaz comme étant « un point de détail de l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale », le chef du parti nationaliste allemand AfD Alexander Gauland et sa non moins fameuse phrase évoquant l’ère nazie qui « n’est qu’une petite tache de merde d’oiseau dans plus de 1000 ans d’histoire », une interview de Nikólaos Michaloliákos, chef du parti Aube Dorée. En quelques secondes, Angélique Kourounis place un contexte et ces partis (que l’on peut aisément compléter avec d’autres partis et personnels politiques européens) dans une continuité, celle de l’idéologie nazie, qui permet au rhizome fasciste européen de continuer à s’étendre.
(…)

Lire la suite

Le collectif anarchiste Masovka porte plainte contre l’unité antiterroriste grecque

Notre collègue Angélique Kourounis, correspondante en Grèce de Radio-France et de Charlie Hebdo, réalisatrice du documentaire Aube dorée : Une affaire personnelle nous alerte sur certaines dérives policières en Grèce visant des collectifs politiques et militants. Voici ce qu’Angélique Kourounis et Thomas Iacobi – correspondant du quotidien La Croix et de la Deutsche Welle en Grèce et co-scénariste du documentaire sur Aube dorée – nous relatent :
(…)

Lire la suite

Berlinale 2021 – Berlinale Special : Courage du Biélorusse Aliaksei Paluyan nous entraîne dans le cœur battant de la résistance pacifique – Entretien avec le cinéaste

Le documentaire d’Aliaksei Paluyan s’ouvre sur des images de manifestations réprimées violement, il semble qu’il y a des morts et disparus. On se dit, tiens, les images semblent un peu passées de couleurs, les gens n’ont pas tout à fait l’allure de ceux d’aujourd’hui et puis tout à coup apparaît à  l’écran Loukachenko jeune ! Et on réalise que ces images n’appartiennent pas à la collection de celles que l’on voit dans nos journaux télévisés depuis août 2020 avec l’élection truquée qui vaut au pays d’immenses manifestations violemment réprimées depuis lors ainsi que le départ en exil des principales figures de l’opposition qui n’ont pas encore été arrêtées, mais fait partie de l’iconographie socio-politique de la Biélorussie depuis l’arrivée de son président-dictateur en 1996 !
Le décor est planté : la résistance à l’oppression ne date de l’été passé mais dure depuis 25 ans et nous allons suivre les manifestations récentes dans le sillage de Maryna Yakubovich, Pavel Haradnizky et Denis Tarasenka qui, il y a quinze ans, frustrés par le régime autoritaire, ont quitté le théâtre d’État de Minsk pour se produire dans le tout nouveau Théâtre libre du Belarus, avec la désobéissance civile comme impératif moral. Parallèlement aux manifestations, Aliaksei Paluyan nous fait entrer dans l’univers fascinant des répétitions – avec un metteur en scène en exil, Nokola Kalezine, qui les dirige à travers Skype –  et des représentations de la pièce jouée actuellement sur les femmes et la prison dans le Belarus contemporain, ainsi que des incises dans la vie privée des actrices et acteurs, témoignages précieux de leurs idéaux, mais aussi de leurs doutes et de leurs interrogations légitimes sur la limite qu’ils et elles doivent poser à leur courage.
(…)

Lire la suite

FIFDH 2021 : dans la Compétition fiction, Les racines du monde, de Byambasuren Davaa vite à un voyage poétique tout en faisant réfléchir sur les menaces de la mondialisation

Accompagné par des complaintes envoûtantes d’un violon, le film de Byambasuren Davaa s’ouvre sur de vastes étendues aux tons impressionnistes et chatoyants, la caméra s’approche progressivement d’une voiture qui file au travers de ces immenses plaines où la nature semble préservée de prime abord.
Au milieu de la steppe mongole, Amra, douze ans, grandit dans une communauté nomade traditionnelle dans une yourte. Sa maman, Zaya (Enerel Tumen), fait paître le troupeau de chèvres, confectionne des fromages de chèvre qu’elle confie à Amra pour les vendre sur le marché de la ville et parcourt les steppes à cheval. Le matin, Amra est conduit à l’école par son père, Erdene (Yalalt Namsrai), le soir il aide à conduire le troupeau de moutons et de chèvres à la yourte.
(…)

Lire la suite

FIFDH 2021- Coronation de Ai Weiwei qui continue à faire contrepoids au discours officiel chinois, ici sur la gestion de la crise sanitaire à Wuhan

Nous sommes en janvier 2020, alors que le monde regarde avec circonspection ce qu’il se passe en Chine suite aux nouvelles alarmantes concernant la nouvelle forme de coronavirus qui ronge la ville hyper moderne de Wuhan, capitale de la province du Hubei, les autorités chinoises ferment totalement la ville et confine ses habitants. Pour savoir ce qu’il s’y passe réellement, Ai Weiwei demande, depuis son exil européen, à 12 habitant.es de Wuhan de filmer au cœur du cyclone, de donner une version intérieure, faite de chair et de sang, loin des images officielles aseptisées, de la situation, nous faisant entrer dans les hôpitaux dans le sillage des soignants, les parkings où se cachent ceux venus de la province construire l’immense hôpital et qui ne peuvent plus rentrer chez eux, les appartements confinés, les livreurs de colis et bien de première nécessité, les familles endeuillées. Ai Weiwei a reçu 500 heures d’image tournées pendant le confinement, du 23 janvier au 8 avril 2020,  à partir desquelles il a monté un film d’une heure cinquante qui donne un visage et une parole à une population balayée par la raison d’État.
(…)

Lire la suite