Palais Galliera : Gabrielle Chanel. Manifeste de mode

Sur une surface de près de 1 500 m2 – dont les nouvelles galeries ouvertes en rez-de-jardin et un parcours jalonné de plus de 350 pièces issues des collections de Galliera, du Patrimoine de CHANEL, de musées internationaux – le Victoria & Albert Museum de Londres, le De Young Museum de San Francisco, le Museo de la Moda de Santiago du Chili, le MoMu d’Anvers… – et de collections particulières se présente le style intemporel de Coco Chanel. La célèbre Maison de la rue Cambon a soutenu l’exposition avec laquelle le Musée de la Mode parisien fête aussi son ouverture, après deux ans de travaux d’extension.

Gabrielle Chanel  a consacré de longues années à introduire et promouvoir une mode de liberté de mouvement, légère car basé sur sportwear. Elle se souleva contre un style vestimentaire traditionnel, imposée aux femmes. De ses nombreux amants, la couturière emprunta la fonctionnalité, confort et élégance sobre des vêtements masculins. Elle a donné une note contemporaine au tailleur, existant depuis les années 1850 et sa version de la petite robe noire , symbolisait féminité nouvelle des deux côtés de l’atlantique. Coco Chanel a obtenu un style intemporel, unique et immédiatement apprécie. La styliste a su respecter le corps, ses mouvements, en élaborant des modelés élégants, utilisant des matières et des couleurs inattendues, différentes… tout comme des techniques sophistiquées qui privilégient l’impression d’ensemble.
Une salle du sous-sol, nommée Galerie d’Honneur est remplie de ses bijoux inspirés par les civilisations anciennes ; la Galerie Est montre le toujours attractif et très demandé parfum N°5 crée en 1921, sans odeur précise. Son parfumeur Ernest Beaux a utilisé 85 différentes composantes : jasmin de Grasse, ylang-ylang, la rose du mai …
Depuis ses premières réussites : l’ouverture de boutique à Deauville en 1912 et à Biarritz, ou elle construit sa maison de couture trois ans plus tard, la styliste évolua en avançant vers une mode particulière, originale et équilibrée, glorifiant le mouvement.

— Exposition Gabrielle Chanel. Manifeste de mode au Palais Galliera – musée de la Mode de la Ville de Paris
©Laurent Vu/SIPA

Éternelle rebelle

C’est la matière qui fait la robe et non les ornements que l’ont peut y ajouter.

aimer à souligner  la créatrice.

Avec l’évolution de la silhouette, Chanel réalisait des vêtements sobres, épurés, nets, cousus des tissus souples et monochromes. Ses modelés très élégants furent issus des créations masculines qui à l’époque, célébraient un luxueux dandysme. Durant des Années folles, ses robes offraient une vision du corps découvert, mais très élégant. Comme personne, la couturière a réussi à harmoniser des matières et des formes. Elle a su jongler avec l’asymétrie et les longueurs inégales en réalisant un retour au classicisme mondain, avec ses robes floues, soulignant les formes.
Au milieu du siècle dernier, après une pause de 10 ans, Mademoiselle Chanel a présenté en 1954 une étonnante collection en relançant sa maison de couture, à l’âge de 71 ans. Montrant ses tailleurs épurés elle indiqua encore une fois son souci de l’équilibre de la silhouette et sa conception de l’élégance naturelle. Ce vêtement archétype est toujours la véritable référence de la mode féminine. Son mannequin Marie -Hélène Arnaud a posé devant l’objectif de Hanry Clarke, pour le Vogue américain.

Chanel possédait un style unique et harmonieux, doté d’une grande utilité et unité. Son fameux sac 2.55, lancé au début de 1955, reconnaissable grâce à l’effet matelassé, a été proposé en trois tailles, et fut d’abord très pratique. Deux ans plus tard le soulier bicolore, un des emblèmes de la marque, complétait la silhouette Chanel.
Le septième art s’empara de ses créations, surtout de l’attractive robe dorée, portée par Delphine Seyrig dans film-culte d’Alain Resnais, L’année dernière à Marienbad, aussi exposé au Palais Galliera à côté de tenue du soir appartenant à Romy Schneider, des vêtements portés par Audrey Hepburn ou Anouk Aimée et même Annie Girardot. Le fatidique 22 novembre 1963 à Dallas, Jacky Kennedy portait le tailleur Chanel rose…

Gabrielle Chanel a activement participé à la libération de la femme en accélérant l’évolution de sa place dans la société. Mademoiselle l’a fait à sa manière : en dépullant la silhouette et en la couvrant de nombreux bijoux. Avec un parfum unique et l’introduction de vêtements masculins dans sa garde-robe, ainsi que du sportwear. La créatrice, toujours entre avant-garde artistique et la mode, inventa une allure fonctionnelle et chic.

Le Palais Galliera rouvre le 19 mai et l’exposition est prolongée jusqu’au 18 juillet 2021. Les réservations sont obligatoires sur www.billetterie-parismusees.paris.fr.

https://www.palaisgalliera.paris.fr

Visite guidée virtuelle:

Djenana Mujadzic

© j:mag Tous droits réservés

Djenana Mujadzic

Rédactrice / Reporter (basée à Paris)

Djenana Mujadzic has 76 posts and counting. See all posts by Djenana Mujadzic

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*