Sortie en Suisse romande de Tom Medina, de Tony Gatlif

Présenté à Cannes en 2021, Tom Medina s’ouvre sur une scène magistrale où un jeune homme imprévisible bondit des gradins dans l’arène pour affronter un taureau alors que le toréador a été sorti et emmené : une véritable chorégraphie dont la magie séduit immédiatement. Le film sort aujourd’hui, 8 juin, sur les écrans romands.

— Tom Medina de Tony Gatlif
Image courtoisie Festival de Cannes

Dans la mystique Camargue, Tom Medina (David Murgia) débarque en liberté surveillée dans le mas chez Ulysse (Slimane Dazi), un homme au grand cœur. Ulysse, qui a perdu son fils, « un jeune homme habité par les mystères de la Camargue alors que lui se sent seulement un passeur », donne sa chance à Tom en l’accueillant au mas pour lui éviter la prison. Jusqu’alors, Tom n’a connu que des psychologues, éducateurs, juges. Il aspire à devenir quelqu’un de bien et souhaite apprendre à être gardien de taureaux. Mais Tom se heurte à une hostilité ambiante qui ne change pas à son égard, devant se justifier de tout ce qu’il fait et même de qui il est auprès des autres jeunes accueillis au mas, en particulier Stella (Caroline Rose Sun), une activiste accompagnée dans sa mission par Suzanne, qui ramassent les détritus, surtout les déchets en plastique qui polluent la terre comme la mer.
Ulysse qui l’accueille lui fait la lecture en langue d’oc de La Bèstio Dou Vaccarès, un dieu mi-homme mi-animal; il lui propose de lui trouver une édition bilingue et lui assène des citations : « Nous croyons conduire le destin mais c’est toujours lui qui nous mène. Diderot ! » Au fil de leurs échanges, une relation filiale s’instaure, faite de transmission, de partage et de compréhension. Ulysse essaie de canaliser la fougue et le caractère rebelle de Tom pour lui éviter la prison maintenant qu’il est devenu majeur.

(…)

Lire la critique complète, écrite par Firouz E Pillet, lors du festival de Cannes 2021.

© j:mag Tous droits réservés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*