Hope Gap de William Nicholson : la dérive d’un mariage et un héritage parental lourd à porter pour le fils unique de la famille

Jamie (Josh O’Connor) est de retour dans sa ville natale, la bourgade côtière de Seaford, pour rendre visite à ses parents, Grace (Annette Bening) et Edward (Bill Nighy). Edward et Grace sont des intellectuels – il est enseignant d’histoire et vérifie les faits de manière obsessionnelle et compulsive sur Wikipédia, elle est retraitée en train de regrouper des poèmes pour constituer une anthologie de poésie. Alors que l’on découvre Grace marchand au bord de la plage, au lieu-dit Hope Gap, où se remémore Jamie, alors enfant,  y jouant, elle déclame quelques vers. Mais si le calme semble régnaer sur les côtes verdoyantes au bord de ces falaises qui surplombent la mer qui s’étend à perte de vue, la tempête n’est pas loin.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2019 – Compétition jour #1: The Kindness of Strangers – Une romance entre invisibles de la société fait l’ouverture de la Berlinale

Au moins une chose de sûre : le film part d’une bonne intention ! Une chaîne de gentillesse peut sauver les gens ; pardonner et se pardonner à soi-même également.
Lone Scherfig, la réalisatrice danoise mainte fois primée (dont l’Ours d’argent – Grand prix du jury) pour son film Italian for Beginners (2000), reprend ici la structure des personnages qui se mettent doucement en place et finissent par se croiser. Cette approche tout à fait classique met un peu de temps à aboutir (et le film, à son bout fait partie de ceux qui n’en finissent pas d’en finir), mais surtout n’offre que très peu de latitude aux personnages pour se développer ; l’impression de rester à la surface des choses freine l’enthousiasme pour un film par ailleurs efficace dans son genre : un film romantique aux abords dramatiques.
(…)

Lire la suite