Cannes 2021 : une conférence de presse du président et des membres du jury empreinte de politique et imprégnée par la joie de retrouver le septième art

Le Festival de Cannes s’est ouvert ce mardi avec la traditionnelle conférence de presse du président, le cinéaste new-yorkais Spike lee, et les membres du jury de la compétition officielle, un jury essentiellement féminin : la cinéaste franco-sénégalaise Mati Diop (Grand Prix de Cannes 2019 avec Atlantique en 2019), la chanteuse Mylène Farmer, l’actrice-réalisatrice- scénariste et productrice américaine Maggie Gyllenhaal, la réalisatrice et scénariste autrichienne Jessica Hausner (Little Joe, 2019), l’actrice-scénariste et réalisatrice française Mélanie Laurent, le réalisateur-scénariste et producteur brésilien Kleber Mendonça Filho, l’acteur français Tahar Rahim et l’acteur sud-coréen Song Kang-ho.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2021 – Berlinale Special: The Mauritanian (Der Mauretanier): Spotlight auf das Guantanamo-Gefängnis

Dieser Film beruht auf einer wahren Geschichte. Dieser Satz taucht mittlerweile bei extrem vielen Filmen im Vorspann auf, aber nur selten stimmt dies wie in diesem Fall. Regisseur Kevin Macdonald ist sowohl beim Spielfilm (Der letzte König von Schottland, State of play) als auch bei Dokumentarfilmen (Ein Tag im September, Marley) dafür bekannt, das er vor politischen Themen, auch wenn sie unpopulär sind, nicht zurückschreckt. Diesmal nimmt er sich der Geschichte des Mauritaniers Mohamedou Ould Slahi an, der kurz nach den Attentaten von 9/11 auf einer Hochzeitsfeier verhaftet wird und zunächst bis 2005 spurlos verschwindet. Der französische Schauspieler Tahar Rahim (Ein Prophet, Le Pari- Das Vergangene) spielt diesen Mann virtuos, ja man denkt, er ist der Inhaftierte.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2019 – Compétition jour #1: The Kindness of Strangers – Une romance entre invisibles de la société fait l’ouverture de la Berlinale

Au moins une chose de sûre : le film part d’une bonne intention ! Une chaîne de gentillesse peut sauver les gens ; pardonner et se pardonner à soi-même également.
Lone Scherfig, la réalisatrice danoise mainte fois primée (dont l’Ours d’argent – Grand prix du jury) pour son film Italian for Beginners (2000), reprend ici la structure des personnages qui se mettent doucement en place et finissent par se croiser. Cette approche tout à fait classique met un peu de temps à aboutir (et le film, à son bout fait partie de ceux qui n’en finissent pas d’en finir), mais surtout n’offre que très peu de latitude aux personnages pour se développer ; l’impression de rester à la surface des choses freine l’enthousiasme pour un film par ailleurs efficace dans son genre : un film romantique aux abords dramatiques.
(…)

Lire la suite