ALFILM, le festival du film arabe de Berlin fête ses 10 ans – Mabrouk !

Nous suivons ce festival depuis ses débuts et nous pouvons attester du chemin parcouru ! ALFILM a, depuis ses débuts, su ouvrir l’horizon de ses écrans à la diversité des cinémas arabes tant dans les thématiques que dans ses formes et ses formats. Cette 10e édition (du 3 au 10 avril 2019) ne déroge pas à ce credo d’engagement et de qualité porté par une équipe de passionnés qui ne ménage pas ses efforts pour que ce festival maintienne son niveau à l’international. Le choix des films présentés est donc à l’image de cette volonté, avec des films ayant fait leur Première à Cannes ou Locarno, avec de nombreux invités présents; le seul regret que l’on peut émettre est la disparition depuis trois ans d’une sous-thématique alliant projection d’une série de films avec à la clef une table ronde sur le sujet évoqué.

Les temps forts

À côté de longs métrages et documentaires de l’année, il y aura également des films d’animation, des courts métrages qui pourront être vus dans différentes partie de la ville puisque le festival projette ses films dans 3 cinémas : Arsenal (Mitte), City Kino Wedding et le Wolf Kino (Neukölln). Les films présentés reflètent, entre l’espace européen et l’espace arabe, les destins individuels et les déchirures historiques, et interrogent l’avenir et l’accomplissement personnel dans des environnements encore très grégaires. Dans un programme spécial, des longs et courts métrages réalisés en collaboration avec des cinéastes, producteur.trice.s et, entre autres, poétesses et poètes allemand.e.s et égyptien.ne.s.

L’Égypte est d’ailleurs mise à l’honneur cette année avec deux films qui ont bousculé la Croisette en 2018 – Yomeddine d’ A.B. Shawky, film d’ouverture d’ALFILM, et Exterior/Night d’Ahmad Abdalla. Autre représentant du cinéma égyptien, la fiction documentaire Dreamaway – fruit de nombreuses années de collaboration entre la réalisatrice égyptienne Marouan Omara et la réalisatrice allemande Johanna Domke qui en sont déjà à leur deuxième film en coréalisation – , ainsi que des courts métrages en coproduction germano-égyptienne issus du programme lab/p – poetry in motion 3. Le film de clôture est également égyptien : Le Retour de l’enfant prodigue de Youssef Chahine (1976).

 

Une thématique cinématographique abordée par la bande dans la sélection des films est celle de la coproduction de films avec les mondes arabes, coproductions indispensables à la réalisation mais aussi à la distribution des films à l’international et qui prend différentes formes allant de coproductions classiques entre intervenants de plusieurs pays à, comme mentionné plus haut, un travail de création et de collaboration qui fait partie intrinsèque du projet. Le festival s’ouvre également à des productions qui n’ont ni financement ni réalisateur.trice « arabe » mais s’inscrivent dans une perspective d’engagement sur une thématique des mondes arabes, comme le film d’animation du cinéaste norvégien Mats Grorud The Tower (Wardi) qui aborde l’exode des Palestiniens au lendemain de la guerre israélo-arabe de 1948 et la vie depuis dans les camps de réfugiés – ici celui de Burj el-Barajneh à côté de Beirut ; ou Samouni Road de Stefano Savona, un documentaire bouleversant sur une famille de Gaza qui malgré les malheurs à répétition endurés se refuse à laisser la vie s’enterrer sous les gravats de la destruction et de la mort.

Yomeddine d’ A.B. Shawky : critique de FeP
Zagros de Sahim Omar Khalifa: critique de MaB
Amra and the Second Marriage  de Mahmoud Sabbagh : critique de MaB
Sofia  de  Meryem Benm’Barek : critique de FeP
Regarde-moi (Look at me) de Néjib Belkadhi : critique de MaB
Les Bienheureux (The Blessed) de Sofia Djama : critique de MaB

Et bien sûr la fête de ce jubilé ne serait pas complète sans une party – Dance Habibi Dance ! Samedi 6 avril 2019 à partir de 22 heures au  ACUD  avec pour les prestations live : Colonel Abu Diab (Damas/Berlin), Hiba Salameh (Haifa), Amr Hammer (Gayhane) (Alexandrie/ Berlin) avec une performance de percussion d’Ali Hasan aka Nar (Damas/ Berlin), Moji (Teheran/Berlin) et Jazar Crew (Haifa/Berlin).

Le programme complet du festival ainsi que toutes les informations pratiques : www.alfilm.de.

Malik Berkati

© j:mag Tous droits réservés

malik berkati

Journaliste / Journalist - Rédacteur en chef j:mag / Editor-in-Chief j:mag

malik berkati has 422 posts and counting. See all posts by malik berkati

Une pensée sur “ALFILM, le festival du film arabe de Berlin fête ses 10 ans – Mabrouk !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*