Cannes 2021 : Bigger Than Us, de Flore Vasseur, est présenté dans la section éphémère « Le cinéma pour le climat » du Festival de Cannes

Ce samedi 10 juillet 2021, Marion Cotillard (coproductrice), Flore Vasseur, Mary Finn (lire l’interview là), jeune Irlandaise, capitaine de navire et activiste sur l’île de Lesbos, Melati Wijsen, jeune activiste indonésienne, Mohamad Aliounde, jeune activiste syrien et Denis Carot, co-producteur, étaient présents au photocall du dernier film de Flore Vasseur, Bigger Than Us.
Marion Cotillard a souhaité soutenir et co-produire, par amitié et par convictions, le projet de son amie de longue date, Flore, consacré à de jeunes activistes à travers le monde et à leurs combats pour protéger l’environnement, le monde, leur monde. Lire ici son interview.

Bigger Than Us de Flore Vasseur
© Jour2Fête

Après son documentaire Meeting Snowden (2017), la réalisatrice Flore Vasseur vient au 74ème Festival de Cannes avec son nouveau documentaire, Bigger Than Us. Suivant de jeunes activistes venant d’un peu partout sur le globe, accompagnée par le jeune Indonésienne Melati Wysjen, dix-huit ans, qui part à la rencontre de ses pairs pour échanger sur leurs expériences, Flore Vasseur dépeint leur manière de protéger l’environnement et démontre l’importance de leurs actions.

Sur son île de Bali, Melati Wijsen qui agit auprès du gouvernement local pour interdire la vente de sacs en plastique à usage unique, sert de fil conducteur et de trait d’union entre les différents jeunes activistes que le documentaire de Flore Vasseur nous permet de rencontrer, sept au total.

Marion Cotillard a su apporter son soutien à ce projet sans mettre en avant sa personne comme ce fut le cas de Mélanie Laurent sur son propre documentaire à portée écologique, Demain (2015), si présente que l’actrice en éclipsait l’intention initiale.

Bigger Than Us, tourné aux quatre coins de la planète, offre un témoignage d’une jeunesse engagée et remarquable qui lutte pour les droits humains, le climat, la liberté d’expression, la justice sociale, l’égalité, l’accès à l’éducation ou l’alimentation, tout simplement pour la dignité. Des villages du Malawi aux favelas de Rio, d’une école en Syrie aux étendues d’eaux et aux rivages de Jakarta, ces jeunes se lèvent pour défendre leurs droits à vivre dans une planète plus propre et préservée, pour l’instant saccagée par un capitalisme qui spolie ses richesses et son environnement. Ces jeunes activistes font preuve d’une incroyable humanité, d’une immense maturité et d’un engagement incommensurable, un engagement « plus grand que soi » comme le résume si justement le titre du documentaire.

Melati veut comprendre comment maintenir et poursuivre son action et nous entraîne à constater le drame des migrants et de leurs embarcations de fortune au large de l’île de Lesbos où Mary Finn, qui y a travaillé comme bénévole, lui montre l’atroce commerce qui est fait sur le dos des migrants qui achètent des gilets de sauvetages de misère, faits de simples plastiques à bulles que l’on utilise dans les colis, des gilets qui ne supporteront jamais le poids d’un corps humaain. Melati poursuit son périple et part assister aux cérémonies amérindiennes dans les montagnes du Colorado, dans une favela de Rio aux côtés de Rene Silva qui a constaté que les médias brésiliens ne parlaient jamais de ce qui se passe dans les favelas et a créé le journal « Voz da comunidade ».

Melati nous permet aussi de rencontrer Mary, Xiu, Memory, et Winnie, qui œuvrent pour arrêter la tradition des camps d’initiation au Malawi durant lesquels les jeunes fillettes, à peine pubères, sont violées par un adulte afin « de devenir femme », et lutte contre les mariages forcés et les grossesses d’adolescentes.

Les jeunes activistes sont unanimes : la solution ne viendra malheureusement pas des politiciens, plus enclins à entretenir la consommation immédiate à outrance et se figeant dans un complet déni des catastrophes qui s’accumulent à travers le monde et précipitent la planète bleue vers sa disparition programmée si rien ne change. Et « le changement, c’est nous », constatent ces jeunes. Face à cette inaction et cette absence de prise de conscience des gouvernements, ces jeunes activistes « nous disent comment vivre et ce qu’être au monde signifie », souligne la réalisatrice.

Partout, adolescents et jeunes adultes luttent pour les droits humains fondamentaux et certains d’entre eux n’étaient encore des enfants âgés d’à peine six ans quand ils ont entamé leur action. Le constat brossé par Bigger Than Us est sans appel : il y a urgence d’agir ! Comme dit Greta Thunberg au début du film : « Partout, ce sont les mêmes promesses. Partout, ce sont les mêmes mensonges ».

Seuls contre tous, parfois au péril de leur vie et de leur sécurité, ces jeunes activistes protègent, dénoncent, soignent les autres comme Mohamad Aliounde qui avait construit pour les victimes de la guerre en Syrie et avec leur aide une école. Une école détruite par le gouvernement de Bachar Al-Assad ! Peu importe les pressions et les oppressions pour Mohamad Aliounde qui, toujours avec l’aide des enfants, a rebâti l’école ! On y suit Melati qui explique aux écoliers, en les impliquant en leur demandant leur prénom, l’importance de parler à leurs proches, à leurs amis pour porter un message qui fera tache d’huile en conscientisant un nombre croissant de personnes.

Melati, partie à leur rencontre à travers le globe, est le point d’ancrage du film, rencontrant des jeunes, partageant les mêmes idées qu’ils combattent toutes et tous : l’injustice dans leurs communautés, les disparités de chance, le poids des traditions qui maintiennent les filles sous le joug du patriarcat. Faisant campagne au nom des peuples opprimés et aidant à instaurer le changement devenu impératif, ces jeunes activistes sont un remarquable modèle qui devrait inciter les générations qui les précèdent à leur emboîter le pas et à suivre leur exemple.

Bigger Than Us est un film nécessaire, un puissant témoignage sur ces jeunes activistes qui révèlent une génération engagée, consciente et responsable, courageuse et téméraire, qui ose braver les intimidations des lobbys et des gouvernements à leur encontre. Une jeunesse qui montre la voie à suivre pour sauver notre planète !

Firouz E. Pillet, Cannes

© j:mag Tous droits réservés

Firouz Pillet

Journaliste RP / Journalist (basée à Genève)

Firouz Pillet has 592 posts and counting. See all posts by Firouz Pillet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*