Du 28 octobre au 1er novembre 2020 le Salon du livre de Genève, annulé au printemps dernier, s’invite dans la Cité

Le Salon du livre de Genève comme nous le connaissons – au printemps et à Palexpo – n’a bien sûr pas pu avoir lieu cette année pour cause de crise sanitaire. Mais comme de nombreuses manifestations culturelles, celle-ci a su s’adapter et se réorganiser afin de proposer au public une version allégée et différente de son offre. C’est ainsi que le Salon du livre de Genève s’invite au cœur de la ville, dans des lieux culturels, emblématiques et populaires où les autrices et auteurs pourront retrouver leurs publics, célébrer les différentes formes de littérature et d’innover avec différents formats de rencontres.

Cette édition propose près de 200 rencontres, un programme éclectique et de nombreux invités qui, pour des raisons évidentes, vivent principalement en Suisse ou en France, ce qui n’enlève en rien à la diversité des plumes et la variété des genres. La liste complète ici.

Quelques temps forts du Salon du livre en ville

Le mercredi 28 à UNI MAIL, Juan Branco conseiller juridique de Julian Assange, retrace le parcours du fondateur de Wikileaks.

Le jeudi 29 au Cinéma Bio, un échange avec François Busnel, journaliste, critique littéraire, producteur et animateur de l’émission La Grande Librairie qui sera suivi de la projection du film qu’il a réalisé Seule la terre est éternelle, qui avait déjà été diffusé lors de l’édition remasterisée du Festival du film et forum international des droits humains (FIFDH) 2020.

Le vendredi 30 octobre au Théâtre Saint-Gervais, les deux artistes Olivia Ruiz – chanteuse et autrice d’un premier roman La commode aux tiroirs de couleurs (Éditions Jean-Claude Lattès) – et Carole Martinez, romancière (son dernier livre paru chez Gallimard, Les roses fauves) et conteuse, échangeront autour de leur roman qui ont pour point commun de mettre au centre de leur récit des femmes espagnoles qui ont fui le franquisme emportant pour seul bagage leurs secrets qu’elles ont mis à leur arrivée dans le pays d’accueil dans commode pour l’une, une armoire bretonne pour l’autre et qui n’en que plus d’une génération plus tard à l’une de leurs descendantes.

Le samedi 31 octobre, à Les Salons, le dessinateur de presse suisse Chappatte, collaborateur au Temps, à la NZZ, au Spiegel, au Boston Globe ou au Canard enchaîné (qui recevra le 28 octobre le Prix de la Fondation pour Genève et dont la cérémonie sera exceptionnellement retransmise en direct sur le site Internet de la Fondation pour Genève et en différé sur Léman Bleu) rencontrera le désormais célèbre Professeur Didier Pittet, non seulement pour avoir offert la formule du gel hydroalcoolique à l’OMS mais aussi pour sa participation à la gestion de la crise du coronavirus : l’un appréhende l’actualité en images, l’autres en analyses scientifiques ; ils croiseront leur regard sur cette période de pandémie qui fait vaciller le monde.

Le 31 toujours, Mika Biermann, écrivain allemand d’expression francophone, dialoguera avec le romancier à succès genevois Matthieu Mégevand au MAMCO, le premier auteur de Trois jours dans la vie de Paul Cézanne (Éditions Anacharsis), le second de Lautrec (Editions Flammarion).

Encore le 31, dans la salle des catalogues de la Bibliothèque de Genève, le professeur à l’Université de Lausanne et philosophe Dominique Bourg conversera avec la journaliste et réalisatrice Mireille Dumas sur nos sociétés contemporaines et les principaux enjeux des crises actuelles et à venir.

Et encore le 31, deux spécialistes du polar échangeront au Musée d’Art Moderne et Contemporain : Hannelore Cayre, avocate et écrivaine (son dernier livre La Daronne a reçu le Grand Prix de la littérature policière 2017 et le Prix du Polar européen 2017, et a été adapté au cinéma par Jean-Paul Salomé avec Isabelle Huppert), et le genevois Marc Voltenauer dont le Qui a tué Heidi ? (Slatkine & Cie, 2017) a obtenu le prix du « meilleur polar français » des Nouvelles voix du polar.

Le dimanche 1er novembre, la romancière Alice Ferney présentera au Musée ethnographique de Genève son dernier livre, L’intimité (éditions Actes Sud), sur les différentes manières de former un couple, d’être un parent, de donner (ou non) la vie.

1er novembre toujours, à Les Salons, l’écrivaine et psychologue clinicienne Sarah Chiche rencontrera le juriste et écrivain Oscar Lalo autour de ce que la littérature fait de ces récits où petite et grande Histoire se nouent.

Leïla Slimani, journaliste et écrivaine, invitée d’honneur aura le privilège de deux événements : le 30 octobre au Museum d’histoire naturelle avec l’écrivaine belge Diane Meur et en clôture des festivités avec le philosophe, également invité d’honneur, Raphaël Enthoven (Les Salons, 1er novembre).

L’écrivaine et journaliste Mélanie Chappuis a animé pendant trois mois des ateliers d’écriture avec des femmes victimes de violences conjugales. Le 31 octobre, au Théâtre Saint-Gervais, des extraits des textes issus de ce travail seront lus par leurs auteures, en présence de Leïla Slimani.

Un salon du livre sans BD n’est pas envisageable, pour les amateurs, cette rencontre ce décidemment samedi 31 octobre très chargé, entre le scénariste belge David Vandermeulen et le dessinateur français Daniel Casanave. Les deux bédéistes ont adapté le bestseller du chercheur israélien Yuval Noah Harari, Sapiens. Ils raconteront au Musée d’Ethnographie de Genève comment ils ont procédé pour s’approprier cette œuvre emblématique et moderne de notre brève histoire de l’humanité.

En outre, des lectures par leurs autrices et auteurs auront lieu en ville, ainsi qu’Eaux-Vives ou à Bel-Air, des anonymes, des passionnés viendront faire découvrir leur livre coup de cœur dans le cadre du «livre en partage». Et pour la jeunesse, tout un programme d’animations, dédicaces et lectures de contes.

Le programme complet ici. Pour assister aux manifestations, une inscription gratuite au préalable est nécessaire!

Le Prix Ahmadou Kourouma 2020 sera remis dans le cadre du salon du livre en ville le vendredi 30 octobre 2020 à 18h30 à ILAB-Design, suivi d’une rencontre avec le lauréat. La remise du prix pourra être suivie en live sur salondulivre.ch et leur page Facebook:

Décerné chaque année dans le cadre du salon du livre de Genève, le prix Ahmadou Kourouma récompense un auteur d’expression française, africain ou d’origine africaine de l’Afrique subsaharienne, pour un ouvrage de fiction – roman, récit ou nouvelles – dont l’esprit d’indépendance, de lucidité et de clairvoyance s’inscrit dans l’héritage littéraire et humaniste légué par le romancier ivoirien.

Le Salon du livre devrait retourner sur son lieu d’exposition habituel à Palexpo du 28 avril au 2 mai 2021, si ce sacré Covid-19 nous lâche un peu la grappe d’ici là !

Malik Berkati

© j:mag Tous droits réservés

malik berkati

Journaliste / Journalist - Rédacteur en chef j:mag / Editor-in-Chief j:mag

malik berkati has 539 posts and counting. See all posts by malik berkati

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*