FIFF 2017 : après quelques remaniements, le festival de Namur souffle ses trente-deux bougies dans la sérénité

Nicole Gillet, la directrice du FIFF, peut se réjouir : la 32ème édition du Festival international du film francophone a connu quelques émotions organisationnelles mais se déroule désormais dans d’excellentes conditions. En effet, en 2017, le FIFF a perdu deux lieux importants de projections : le cinéma Eldorado a fermé ses portes fin 2016 et la Maison de la culture connaîtra deux ans de travaux.

— Nicole Gillet (directrice du festival) & Fabrizio Rongione (président d’honneur)
© Stephan Dierckx

Le FIFF a remédié à ces changements en trouvant deux lieux d’accueil au cœur de la ville : le Théâtre de Namur – espace de création et de diffusion en arts de la scène par essence –  a mis à disposition son immense salle, splendide et mise en valeur par un jeu de lumières chatoyantes. De style néoclassique, disposant de  quatre-cents places, la salle est équipée pour l’occasion d’un immense écran fixé sur la scène et d’un projecteur. Le Palais des congrès, sur la place d’Armes, qui abrite le service de presse, connaît la même transformation. Le grand auditoire de trois-cents places a été converti en salle de cinéma. Le troisième lieu du FIFF est le Quai22, espace culturel de l’Université de Namur. Le festival propose une décentralisation, accessible par navettes, à Liège et dans la province de Luxembourg.

— Des fans demandent des dédicaces à l’entrée du Palais des congrès
© Firouz Pillet

Le Festival international du film francophone de Namur (FIFF), créé en 1986, organise une compétition officielle depuis 1989. Cette compétition s’adresse aux longs métrages comme aux courts métrages, œuvres de fiction ou documentaires, illustrant la diversité de la Francophonie à travers les autre coins du monde. Le FIFF propose chaque année près de cent-cinquante films – longs et courts métrages, animations, fictions, documentaires.

Créateur du cheval Bayard qui domine la majestueuse Meuse à Namur, le sculpteur Olivier Strebelle a confectionné une réduction de son œuvre originale, le Bayard d’Or, qui récompense, chaque année, les meilleurs films francophones. Les Bayard sont attribués par le Jury officiel, présidé cette année par Martin Provost, réalisateur français pensionnaire de la Comédie Française.

Le Festival organise également de nombreux ateliers et rencontres permettant aux professionnels de se réunir et de construire l’avenir du cinéma francophone de demain. Le FIFF Campus, par le trament d’activités et de séances pédagogiques destinée aux 3-25 ans, participe à l’éducation des jeunes générations, cinéphiles de demain.

— Le Caméo, lieu névralgique de projections du FIFF, magnifiquement rénové, met quatre salles à disposition du festival.
Image courtoisie du FIFF

Le 32ème Festival International du Film Francophone de Namur entamé le 29 septembre, se poursuit jusqu’au 6 octobre 2017 au cœur de la capitale wallonne, faisant la part belle au septième art  issu de la Francophonie, de la France au Québec, en passant par l’Afrique ou la Roumanie, mais aussi, bien évidemment la Belgique , dont la récence est très marquée pour cette édition 2017. En gala d’ouverture ou dans les différentes sections, le cinéma belge a toujours occupé une place de choix au FIFF. Cette année, le festival a annoncé près de quatre-vingts films belges au public.

Outre des lieux d’accueil splendides tels le Théâtre de Namur et le Palais des congrès, le FIFF 2017 propose la troisième édition de la « Caravane du court » qui se déroule pour le moment dans la province de Namur pour ensuite passer par la province de Luxembourg et de Liège.

Avis aux amateurs !

Firouz-E. Pillet, Namur

www.fiff.be

© j:mag Tous droits réservés

 

Firouz Pillet

Journaliste RP / Journalist (basée à Genève)

Firouz Pillet has 313 posts and counting. See all posts by Firouz Pillet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*