Palmarès du 24è Festival du Film de Sarajevo

La plus importante manifestation d’Europe du sud-est, le Sarajevo Film Festival a attiré 100 000 spectateurs et 2 600 professionnels accrédités. Durant huit jours 266 films venus de 54 pays ont été montrés.

Palmarès

Dans une atmosphère décontracté le public a pu rencontrer Paweł Pawlikowski dont le film Cold War, célébré à Cannes (voir la critique de Cold War, l’interview de Joanna Kulig, ainsi que l’interview de Tomasz Kot,  effectuées au Festival de Cannes 2018 par j:mag; ndlr.), a ouvert l’événement, mais aussi Barbara Albert, John Cleere, Nuri Bilge Ceylan qui a reçu le Coeur de Sarajevo d’honneur et Asghar Farhati, président du jury des longs métrages qui a personnellement remis le Cœur de Sarajevo au réalisateur bulgare Milko Lazarov, auteur d’Ága, jugé meilleur film de la 24 édition du festival.

 

Pour sa première fiction Lemonade , la Roumaine Ioana Uricaru soutenue par le prestigieux producteur et réalisateur oscarisé Cristian Mungiu, déjà remarquée à Berlin, Tribeca, Leipzig, Turin, entre autres célèbres festivals, a été proclamé meilleure réalisatrice de cette édition:

Je souhaite partager cette reconnaissance avec les acteurs: je suis bien heureuse et honorée! Le Festival offre à la région un grand espoir et beaucoup d’énergie

a souligné la cinéaste qui a aussi obtenu la somme de 10 000 euros, offerte par la styliste française, agnès b.

L’acteur croate Léon Lucev a reçu un Cœur de Sarajevo pour son rôle du chauffeur Vlado, devenu  malgré lui, complice du crime organisé par les paramilitaires serbes, en transportant des Kosovars assassinés à l’autre but des Balkans. Teret (Le chargement) du réalisateur serbe, originaire de la ville Pancevo, Ognjen Glavonić a déjà été projeté dans plusieurs manifestations importantes du septième art mondial. Au programme de la sélection de la Quinzaine des réalisateurs ce long métrage a obtenu au printemps dernier l’ovation du public cannois :

J’ai toujours à dire quelque chose  mais je suis devenu muet, carrément  « sans texte » et je ne sais pas comment décrire mes sentiments. Le tournage fut dur et le thème du film aussi. C’est une œuvre responsable!

a souligné le comédien.

La Hongroise Zsófia Szamosi a obtenu le très convoité titre de la meilleure actrice grâce a l’attachante histoire d’une femme débordée et épuisée par les tâches quotidiennes, intitulé Egy Nap (Un jour), écrit et réalisé par Zsófia Szilágyi. Déjà apprécié à Cannes dans la sélection officielle de la 57ème Semaine de la Critique, le film avait reçu le Prix FIPRESCI .

— Zsófia Szamosi
Image courtoisie Sarajevo Film Festival

Le prix du meilleur documentaire est parti dans les mains du cinéaste croate Nebojsa Slijepcevic, auteur de Srbenka et la coproduction turquo-gréco-bosnienne Araf de Didian Pekun a obtenu le Prix des Droits humains. László Csuja auteur de Kilenc hónap háború (La guerre de neuf mois) soutenu par la Hongrie et le Quatar a reçu le Prix spécial du jury. Le Prix du Meilleur film étudiant a été décerné à la jeune Hongroise Hajni Kis pour son film Last Call (Le dernier appel). Le film Dah (Breath) de l’acteur-réalisateur sarajevien Ermin Bravo a reçu le titre du meilleur court métrage du Festival alors que la coproduction gréco-américaine Icebergs d’Eirini Vianelli a gagné le Prix spécial du jury de cette catégorie.  Le Prix du public a été remporté par la Libanaise Nadine Labaki pour Capharnaüm, déjà primé par le jury cannois (voir la critique j:mag faite pendant le festival ,ndlr).

La diversification  créative

L’impact économique, social et culturel de l’événement est considérable. Le festival a enrichi le canton de Sarajevo avec 27 millions d’euros et offert 1385 emplois. Ce sont les conclusions d’Olberg SPI, cabinet principal du conseil international des industries créatives, dans leur analyse des grandes retombées économiques  du festival. Essentielle pour l’augmentation de l’audience locale, la manifestation développe la production et la qualité de l’industrie dans l’Europe du sud-est.

La Déclaration de Sarajevo  est actuellement analysée par le Conseil de l’Europe que avance aussi le fondement d’une politique d’égalité entre les sexes dans les activités liées au 7ème art. Environ 60 femmes employées dans le secteur cinématographique se sont rassemblées en protestant  sur le vieux escalier du Théâtre National, datant de l’époque autrichienne, comme leurs collègues de Cannes ou celles présentes au Festival de Locarno, qui a eu lieu peu avant SFF.

— Marche pour l’égalité des sexes, Tapis rouge du 24è Festival du film de Sarajevo
(C) Obala Art Centar

CinéLink Industry Day – le département industriel du Festival a présenté les plus grands avantages mais aussi inconvénients d’un plan européen de grands réseaux qui aiderait dans les procédures de financements internationaux et internes. Pour son premier film Juraj Lerotic a obtenu 20 000 euros et le Prix Eurimages pour son projet Safe Place. Le metteur en scène Pjer Žalica s’est vu attribuer 6000 euros pour sa coproduction des cinq ex-républiques yougoslaves avec la France, intitulée May Labour Day.

Djenana Mujadzic, Sarajevo

© j:mag Tous droits réservés

 

Djenana Mujadzic

Rédactrice / Redactor (basée à Paris)

Djenana Mujadzic has 26 posts and counting. See all posts by Djenana Mujadzic

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*