Paris : L’Hôtel des Invalides fête son 350e anniversaire

Mondialement connus pour abriter le tombeau de Napoléon Ier, l’Hôtel des Invalides sera célébré toute l’année 2020. Cela a commencé le 5 mars à la Cathédrale Saint Louis avec Triomphe de l’Amour et de la Paix, concert consacré à Lully, surintendant de la Musique du Roi et directeur de l’Académie royale de musique. Pour l’occasion de la Journée de la Femme, Maureen Ragoucy, photographe documentaire et vidéaste montrera la vie des femmes sous l’occupation, avec l’exposition Rappelle toi, Barbara. Deux jours plus tard, au même endroit sera présenté Te Deum de Charpentier, concert spirituel sous la direction d’Hervé Niquert. Suit Didier Sandre le pensionnaire de la Comédie Française, avec ses récits de grands textes historiques de Louis XIV à Napoléon et l’évocation des Invalides écrits par Madame de Maintenon, des Abbés Maury et Osini, de Montesquieu, Voltaire, Chateaubriand…

— Façade septentrionale de l’hôtel des Invalides au crépuscule
Image Creative Commons (CC BY-SA 3.0) Auteur: Daniel Vorndran / DXR

La Nuit des Invalides s’annonce magistrale avec la nouvelle version qui traversera 3000 ans d’histoire dans un lieu intemporel mais plein de mémoire planétaire. Le spectacle  sera en plein air avec un son multicanal et des projections laser 4k, dernière génération! Le public pourra assister aux parcours intitulés : Les Invalides 350 ans d’histoire de France, Les Invalides au temps de Louis XIV, ou Mémoires de guerre. Un festival de fictions et de films militaires sera aussi proposé ainsi que l’exposition Canons de l’élégance, avec des prêts des maisons Arthus-Bertrand, Gaultier, Raf Simons et Dries van Noten.

l’Hôtel des Invalides, chef-d’œuvre de l’architecture classique sur 15 hectares en plein Paris, fut fondé en 1670 par Louis XIV et selon ses propres dires est « son œuvre le plus utile » ! Le Roi Soleil a trouvé très juste que les soldats incapables de travailler aient un lieu où ils peuvent se soigner et passer le reste de leur existence, trouvant une retraite honorable. Érigé à l’entrée de Paris, dans la plaine de Grenelle, au bord de la Seine, le chantier fut conduit de 1671 à 1675 par Bruant, architecte libéral qui voulait un édifice en quadrilatère avec une monumentale façade entourant une grande cour centrale. Jules Hardouin-Mansard le remplaça au printemps 1676. Spécialiste des églises, il termina celle des soldats, trois ans plus tard. Louis XIV introduira l’église royale du Dôme bien plus tard, en 1706. L’édifice complet est au début un hospice, caserne, couvent et, ce qu’on connaît moins, un centre manufacturier! Sur place furent produits livres enluminés, tapisseries, souliers…

Le magnifique bâtiment préserve les collections de trois musés nationaux : le musée de l’Armée, le musée de l’Ordre de la Libération et le musée des Plans-Reliefs. Selon Montesquieu « le monument le plus  remarquable de la terre » (Les Lettres persanes, 1721), “il est le seul au monde à réunir sous le même toit mémoire et histoire, charité et assistance, soin des âmes et des corps »!

Le programme sur toute l’année

Djenana Djana Mujadzic

© j:mag Tous droits réservés

Djenana Mujadzic

Rédactrice / Reporter (basée à Paris)

Djenana Mujadzic has 59 posts and counting. See all posts by Djenana Mujadzic

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*