La disparition de Jean-Claude Carrière ! Un conteur de génie s’en est allé

Studio Harcourt, CC BY 3.0, via Wikimedia Commons

Vivre pour écrire

Il a habité une jolie maison blanche aux abords de Montmartre. C’est là où je l’ai connu il y a 30 ans, quand il a accepté ma demande d’interview. J’ai passé deux heures inoubliables, en écoutant un vrai magicien des mots!
Jean-Claude Carrière est mort le 8 février dernier, dans son sommeil. Il n’était pas malade et n’a pas souffert. Connu dans le monde entier, il se considérait comme un paysan de l’Hérault ou il naquit le 17 septembre 1931. L’homme aux 80 livres, pièces de théâtre, romans, essais a aussi écrit des dictionnaires et livres d’histoire, une discipline qu’il a étudié à l’université. Il a adapté à la scène le magnifique Mahabharata, réalisé par Peter Brook, long de 9 heures. Mais les scénarios ont été son sujet préféré; soixante chefs-d’œuvre, réalisés par les plus grands cinéastes : Jacques Tati, Luis Bunuel, Andrzej Wajda, Jean-Luc Godard, Milos Forman, entre autres.
Le scénariste développa de très célèbres collaborations, d’abord avec Pierre Etaix durant huit ans, puis Bunuel, avec qui il a travaillé presque deux décennies. Ensemble ils ont élaboré des films cultes : Journal d’Une Femme de Chambre, Le Charme Discret de la Bourgeoisie ou Belle du Jour.
Jean-Claude Carrière aimait travailler avec des acteurs connus mais talentueux : Romy Schneider, Alain Delon, Gérard Depardieu, Daniel Day Lewis, Nicole Kidman, Natalie Portman…

Passeur de rêves

Ses scénarios ont eu trois nominations aux Oscars : Le Charme Discret de la Bourgeoisie en 1973, Cet Obscur Objet du Désir en 1978 et pour le film de Philip Kaufman- L’Insoutenable Légèreté de l’Être en 1981.
Jean-Claude Carrière a obtenu deux British Academy Film Award grâce aux scénarios des films : Le Charme Discret de la Bourgeoisie et L’Insoutenable Légèreté de l’Être. Il reçoit un César en 1983 comme scénariste de l’œuvre très primée, Le Retour de Martin Guerre, de Daniel Vigne.
Le fameux Oscar ne manque pas à son palmarès de reconnaissances. Il a été honoré avec la statuette dorée en 2014 pour l’ensemble de son œuvre.
Jean-Claude Carrière a aussi présidé la célèbre Fémis, l’École nationale supérieure des métiers de l’image et du son, pendant dix ans. Le MOMA de New York lui a rendu un grand hommage avec la rétrospective de son œuvre, il y a trois ans.
Jean-Claude Carrière sera inhumé dans son village natal Colombières-sur-Orb, là où tout a commencé pour ce passeur des récits extraordinaires.

Djenana Djana Mujadzic

© j:mag Tous droits réservés

Djenana Mujadzic

Rédactrice / Reporter (basée à Paris)

Djenana Mujadzic has 71 posts and counting. See all posts by Djenana Mujadzic

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*