La disparition de Jean-Claude Carrière ! Un conteur de génie s’en est allé

Vivre pour écrire

Il a habité une jolie maison blanche aux abords de Montmartre. C’est là où je l’ai connu il y a 30 ans, quand il a accepté ma demande d’interview. J’ai passé deux heures inoubliables, en écoutant un vrai magicien des mots!
Jean-Claude Carrière est mort le 8 février dernier, dans son sommeil. Il n’était pas malade et n’a pas souffert. Connu dans le monde entier, il se considérait comme un paysan de l’Hérault ou il naquit le 17 septembre 1931. L’homme aux 80 livres, pièces de théâtre, romans, essais a aussi écrit des dictionnaires et livres d’histoire, une discipline qu’il a étudié à l’université. Il a adapté à la scène le magnifique Mahabharata, réalisé par Peter Brook, long de 9 heures. Mais les scénarios ont été son sujet préféré; soixante chefs-d’œuvre, réalisés par les plus grands cinéastes : Jacques Tati, Luis Bunuel, Andrzej Wajda, Jean-Luc Godard, Milos Forman, entre autres.
Le scénariste développa de très célèbres collaborations, d’abord avec Pierre Etaix durant huit ans, puis Bunuel, avec qui il a travaillé presque deux décennies. Ensemble ils ont élaboré des films cultes : Journal d’Une Femme de Chambre, Le Charme Discret de la Bourgeoisie ou Belle du Jour.
Jean-Claude Carrière aimait travailler avec des acteurs connus mais talentueux : Romy Schneider, Alain Delon, Gérard Depardieu, Daniel Day Lewis, Nicole Kidman, Natalie Portman…
(…)

Lire la suite

Le septième art tunisien est en deuil : Moufida Tatli, réalisatrice de Les silences du palais, a tiré sa révérence

La presse tunisienne a annoncé la nouvelle ce dimanche 7 février 2021: la réalisatrice scénariste et monteuse Moufida Tlatli est décédée, à l’âge de septante-quatre ans, après un long combat contre la maladie. Née en 1947 dans le quartier aux maisons joyeuses blanches et bleu ciel de Sidi Bou Saïd, Moufida Tlatli a fait ses études de montage à la fameuse école de cinéma de Paris, l’IDHEC qui sera intégrée à la FEMIS en 1988.

Lors de sa venue en 1995 en Suisse romande, à l’invitation du distributeur Trigon film, Moufida Tatli se confiait sur la période de ses études :

« J’ai vécu une époque charnière et dans ma vie en vivant ces deux modes de culture parallèlement : je sortais d’un milieu arabo-musulman traditionnel et, lors de mon arrivée en France pour mes études, j’ai tout de suite basculé dans le monde occidental avec Paris, Mai 68 et tout l’enthousiasme de cette révolution. J’avais déjà ressenti ce même enthousiasme à mes vingt ans, juste après l’indépendance du pays; cette période était euphorique et nous donnait l’impression d’avoir un pays à reconstruire après la colonisation.»
(…)

Lire la suite

Disparition de Jean-Pierre : un râleur attachant et facétieux nous tire sa révérence

On le devinait à sa maigreur : Jean-Pierre Bacri était malade mais tous ses proches, comme Rhicard Berry, disaient qu’il restait très discret au sujet de son état tout en se battant avec vaillance. Décédé lundi 18 janvier 2021 à l’âge de soixante-neuf ans d’un cancer, Jean-Pierre Bacri aurait dû fêter ses septante ans en mai prochain.

Le monde du cinéma et du théâtre comme les spectateurs pleurent un immense acteur, d’une justesse et d’une authenticité remarquables. Jean-Pierre Bacri a joué avec les plus grands : Alain Resnais, Claude Letouch, Jacques Deray, Luc besson, Yves Robert, Jean-Marie Poiret, Nicole Garcia, Alexandre Arxady, Cédric Klapisch, Alain Chabat. A son palmarès, Jean-Pierre Bacri affiche plus de soixante de films et une vingtaine de pièces de théâtre; Jean-Pierre Bacri a été nommé six fois aux Césars du Meilleur acteur.
(…)

Lire la suite

Fernando Solanas, cinéaste, documentariste, homme politique et activiste argentin laisse l’humanité orpheline d’un défenseur des arts et des justices

L’ambassadeur d’Argentine auprès de l’UNESCO, Fernando “Pino” Solanas, est décédé le 6 novembre 2020 à Paris, en France, où il recevait un traitement contre le coronavirus. Les messages de sympathie ont afflué du monde entier, à commencer par l‘Argentine, pays où est né Fernando Solanas le 16 février 1936, à à Buenos Aires dont les natifs s’appellent los Porteños. Le Palacio San Martín, le Ministère argentin des Affaires étrangères, situé dans le quartier de Retiro, à Buenos Aires, commentant la mort du cinéaste et activiste sur son compte Twitter officiel (…)
Connu pour son appartenance au groupe Proyecto Sur, mouvement politique, social et culturel en Argentine, d’orientation nationale, de ligne politique de centre-gauche, progressiste et lié à l’écologie politique, Fernando Solanas en était la principale référence au niveau national.
Fernando “Pino” Solanas laisse un héritage caractérisé par sa vie de militantisme, qui s’est déroulée à travers son action politique passionnée et son travail artistique à contenu social, mettant son art et sa vie au service de son pays qu’il souhaitait meilleur après les vicissitudes et exactions commises sous la dictature. Ses idées politiques marquent sa performance publique, à la fois en tant que cinéaste, où il se distingue avec une dizaine de films à succès à fort contenu social, jusqu’à sa participation à la politique.
(…)

Lire la suite

Le dessinateur Kiraz, créateur des Parisiennes, est décédé le 11 août 2020

Célèbre pour ses dessins de gracieuses silhouettes féminines, l’artiste Kiraz est mort le 11 août 2020 à l’âge de 96 ans. Talentueux autodidacte d’origine arménienne, devenu habitant de la Ville lumière peu après son 22ème anniversaire, il fut vite subjugué par les Parisiennes admirant leur assurance et leur très particulière liberté d’être :
En Egypte où je suis né, il y avait autour de moi des femmes grassouillettes…Et puis, tout un coup à Paris je vois des “libellules”
(…)

Lire la suite

Le regard de Charles – la vie filmée de et par Charles Aznavour

Le film s’ouvre sur des image en noir et blanc sur lesquelles une voix off (celle de Romain Duris) énonce :

Toute ma vie, j’ai enregistré en super 8, en 16 mm; j’ai gardé dans cette pièce tout le matériel, toutes les bobines. Si le public connaît toutes mes chansons, ce n’est pas le cas pour ces archives et films que je n’ai jamais montrés. 

L’intention du film est d’emblée claire : comme indiqué dans le générique du début, il s’agit d’un film de Charles Aznavour, réalisé par de Marc Di Domenico.
(…)

Lire la suite

Locarno 2019 : La 72ème édition du Festival du Film de Locarno se tiendra du 7 au 17 août 2019 sur les rives du Lac majeur

Lors de la conférence de presse qui a eu lieu le mercredi 17 juillet, le programme officiel de la 72ème édition du Festival du film de Locarno a été dévoilé, une édition sous la nouvelle direction artistique de Lili Hinstin.
Rappelons que depuis Irene Bignardi, qui avait succédé à Marco Müller, le Festival de Locarno n’avait connu que des directeurs. Ce souffle féminin sur le festival tessinois est donc très attendu.
(…)

Lire la suite

Hommage : Agnès Varda, figure de proue de la Nouvelle Vague, laisse la rue Daguerre orpheline

Toujours alerte, distillant une énergie communicative, des propos à la fois sages et emplis de fraîcheur, mâtinés d’une malice qui se reflétaient dans ses yeux, tel un pèlerin infatigable, Agnès Varda parcourait le monde, son monde, à l’affût des moindres détails, attentive à ce qu’autrui considérait comme des broutilles qu’elle magnifiait par son observation. Agnès Varda nous semblait éternelle. Et pourtant, ce vendredi matin, en pleine projections de presse, certains téléphones se sont mis à sonner, certains journalistes sont sortis de la salle pour répondre à ces appels qui annonçaient le triste nouvelle de la disparition d’Agnès Varda : elle souffrait d’un cancer que tous ignoraient tant cette grande dame était discrète.
(…)

Lire la suite

Rencontre avec Toni Servillo à l’occasion d’une petite rétrospective qui lui est consacrée à Berlin

L’acteur, metteur en scène de théâtre et d’opéra et producteur napolitain est un vrai caméléon capable de se fondre physiquement dans ses personnages sans y laisser son âme personnelle. En dehors de l’Italie, quand on cite son nom, la réaction est souvent : « cela me dit quelque chose mais ne me reviens pas là… ». Et pourtant et pour cause !
Et pourtant dès que l’on cite quelques titres de films (au hasard – La grande bellezza, Gomorra, Il divo, Una vita tranquilla [Une vie tranquille], Le Confessioni), les gens réalisent qu’ils l’ont tous vu ici ou là. Et pour cause, puisque dans la veine de la Commedia dell’arte, il n’hésite jamais à se transformer, parfois à l’extrême comme dans Il divo de Paolo Sorrentino où il interprète Giulio Andreotti, une des figures majeures de paysage politique italien du XXè siècle, avec un maquillage transformant tellement le visage qu’il s’apparente au masque.
(…)

Lire la suite

Das 4. Italian Film Festival Berlin: Die besten italienischen Filme des vergangenen Jahres (9.-12. November)

Vom 9.-12. November bietet das Italian Film Festival Berlin wieder einen einzigartigen Überblick über das zeitgenössische italienische Kino.
(…)
+Lesung von Toni Servillo + Konzert von Carmen Consoli

Lire la suite